Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Partagez cette page

La grippe aviaire (H5N1) : situation mondiale

Mise à jour : 21 avril 2015

Conseils de santé aux voyageurs

La grippe aviaireLien externe (H5N1) est une infection virale qui se répand facilement et rapidement chez les oiseaux. L’Agence de la santé publique du Canada rappelle aux voyageurs que certains pays, particulièrement en Asie, au Moyen Orient, en Europe et en Afrique, continuent de signaler des cas de grippe aviaire (H5N1).

Même si le virus de la grippe aviaire (H5N1) s’attaque habituellement aux oiseaux, dans de rares cas, il peut infecter l’humain. Les personnes qui contractent la grippe aviaire (H5N1) peuvent devenir très malades, et plus de la moitié mourront de la maladie. Le risque de transmission de personne à personne est très faible.

En janvier 2014, l’Agence de la santé publique du Canada a confirmé un cas de grippe aviaire (H5N1) chez un résident de l’Alberta qui est revenu d’un voyage en Chine. Ceci constitue le premier cas confirmé de H5N1 en Amérique du Nord.

Les voyageurs qui se rendent dans une région où il existe des cas de grippe aviaire (H5N1) peuvent réduire leur risque en suivant les recommandations ci-dessous.

Où la grippe aviaire (H5N1) constitue-t-elle une préoccupation?

  • Il existe un risque de contracter la grippe aviaire par les personnes qui voyagent dans des pays avec des éclosions d’infection virale chez la volaille. Des éclosions de grippe aviaire (H5N1) ont été signalées chez la volaille en Asie, au Moyen Orient, en Europe et en Afrique depuis 1997.
  • Depuis le début de 2015, des cas humains de H5N1 ont été signalés en Chine, en Egypte et en Indonésie. La grande majorité de ces cas (plus de 95%) ont été signalés en Egypte.
  • Depuis 2003, plus de 800 cas humains ont été confirmés dans 16 pays : Azerbaïdjan, Bangladesh, Birmanie (Myanmar), Cambodge, Canada, Chine, Djibouti, Égypte, Indonésie, Iraq, Laos, Nigéria, Pakistan, Thaïlande, Turquie et Vietnam. 
  • Depuis 2003, plus de 400 personnes sont mortes de la grippe aviaire (H5N1), à l’échelle mondiale.

L’Organisation mondiale de la santé publie des renseignements sur le nombre total de cas de grippe aviaire chez l’humainLien externe (en anglais seulement) et des cartes indiquant où ces cas sont survenusLien externe (en anglais seulement).

Recommandations

Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage, de préférence six semaines avant votre départ.

  1. Évitez de contracter la grippe aviaire (H5N1)
    • Si vous vous rendez dans une région où il existe un risque de grippe aviaire (H5N1), notamment dans un des pays susmentionnés :
      • évitez les endroits à risque élevé, comme les fermes d’élevage de volaille et les marchés d’animaux vivants, y compris les endroits faisant l’abattage de volailles.
      • évitez tout contact direct avec les oiseaux (vivants ou morts), notamment les poules, les canards et les oiseaux sauvages.
      • évitez les surfaces contaminées par des excréments ou des sécrétions d’oiseaux.
      • assurez-vous que les plats à base de volaille, y compris ceux à base d’œufs, sont bien cuits.
  2. Lavez-vous les mains souvent
    • Lavez-vous les mains à l'eau tiède courante et au savon pendant au moins 20 secondes, autant que possible.
    • Utilisez un désinfectant à base d’alcool si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon. Soyez prévenant et gardez-en avec vous lorsque vous voyagez.
  3. Observez les règles d’hygiène lorsque vous toussez ou éternuez
    • Couvrez-vous la bouche et le nez avec votre bras plutôt qu’avec la main afin de réduire la propagation des germes. Si vous utilisez un mouchoir en papier, jetez-le dès que possible et lavez-vous les mains par la suite.
  4. Surveillez votre santé
    • Si vous présentez des symptômes d’allure grippale et vous avez voyagé ou vous avez vécu dans une région touchée par la grippe aviaire :
      • À votre arrivée au Canada, informez un agent des services frontaliers ou un agent de quarantaine.
      • Si vous développez les symptômes après votre retour au Canada, vous devriez consulter un fournisseur de soins de santé immédiatement et l’informer des régions dans lesquelles vous avez voyagé ou vécu.