Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Partagez cette page

Guide canadien d'immunisation

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]

Partie 4
Vaccins actifs

Vaccin contre la rougeole

Information clé (consulter le texte pour plus de précisions)

Quoi

  • La rougeole est présente partout dans le monde et elle représente l'une des maladies les plus transmissibles qui existent.
  • Des cas de rougeole sont importés au Canada, et il y a également au pays des éclosions occasionnelles de la maladie.
  • Le vaccin contre la rougeole est disponible sous forme de vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) ou sous forme de vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle (RROV).
  • Il est possible d'administrer le vaccin RRO ou des immunoglobulines humaines à des personnes non immunisées qui ont été exposées à la maladie.
  • On estime que l'efficacité d'une dose unique de vaccin contre la rougeole administrée entre l'âge de 12 et 15 mois varie entre 85 et 95 %. Avec la seconde dose, l'efficacité grimpe à près de 100 %.
  • Les réactions aux vaccins RRO et RROV sont habituellement bénignes et transitoires, et comprennent une douleur et une rougeur au site d'injection, une légère fièvre et des éruptions cutanées

Qui

  • Il est recommandé que le vaccin contenant le virus de la rougeole soit administré dans le cadre de l'immunisation systématique des enfants et de l'immunisation des enfants et des adolescents qui n'ont pas suivi le programme de vaccination systématique contre la rougeole.
  • Il est recommandé que le vaccin contenant le virus de la rougeole soit administré aux adultes réceptifs nés en 1970 ou après.
  • Il peut être supposé que les adultes nés avant 1970 aient développé une immunité naturelle à la rougeole; toutefois, les travailleurs de la santé, les voyageurs et le personnel militaire non immunisés devraient recevoir le vaccin RRO, quelle que soit leur année de naissance.

Comment

  • Vaccination systématique des enfants : Il faut administrer deux doses du vaccin contenant le virus de la rougeole (RRO ou RROV); la première dose doit être administrée lorsque l'enfant est âgé entre 12 et 15 mois, et la deuxième dose, à 18 mois, ou à n'importe quel moment après, normalement avant son entrée à l'école.
  • Enfants et adolescents qui n'ont pas été vaccinés : Il faut administrer deux doses du vaccin contenant le virus de la rougeole. L'intervalle minimal entre les doses de vaccin RRO est de 4 semaines. Le vaccin RROV peut être administré aux enfants en bonne santé âgés de 12 mois à 12 ans. L'intervalle recommandé entre deux doses du vaccin RROV est d'au moins 3 mois; un intervalle minimal de 6 semaines entre les doses peut être utilisé si une protection rapide et complète est nécessaire.
  • Adultes réceptifs nés en 1970 ou après : Il faut administrer une dose du vaccin RRO. Les personnes les plus susceptibles d'être exposées à la rougeole (les personnes voyageant hors de l'Amérique du Nord, les travailleurs de la santé, les étudiants qui fréquentent des établissements d'enseignement postsecondaire et le personnel militaire) devraient recevoir deux doses du vaccin RRO.
  • Travailleurs de la santé et personnel militaire non vaccinés qui sont nés avant 1970 : Il faut administrer deux doses du vaccin RRO à au moins 4 semaines d'intervalle.
  • Voyageurs non vaccinés qui sont nés avant 1970 : Il faut administrer une dose du vaccin RRO.
  • Étudiants non vaccinés qui sont nés avant 1970 : Il faut envisager l'administration d'une seule dose du vaccin RRO.

Pourquoi

  • La rougeole est présente partout dans le monde et elle représente l'une des maladies infectieuses les plus transmissibles.
  • Des complications surviennent dans 10 % des cas de rougeole.
  • Les vaccins RRO et RROV sont sûrs et efficaces.

Depuis la publication du Guide canadien d'immunisation 2006 :

  • De nouvelles recommandations ont été formulées pour la vaccination des travailleurs de la santé, des voyageurs et du personnel militaire contre la rougeole.
  • Un nouveau vaccin combiné multivalent (rougeole, rubéole, oreillons et varicelle [RROV]) destiné aux enfants âgés entre 12 mois et 12 ans a été mis au point.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez vous référer aux déclarations suivantes du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) : la Déclaration sur le vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle et les Recommandations mises à jour sur l’utilisation du vaccin contre la varicelle et du RRO chez les personnes infectées par le VIH.

Épidémiologie

Description de la maladie

Agent infectieux
Le virus de la rougeole appartient à la famille des Paramyxoviridae.

Réservoir
Les humains.

Transmission
La rougeole est l'une des maladies infectieuses les plus transmissibles et les risques d'attaques secondaires dépassent les 90 % chez les personnes réceptives. Le virus est transmis par voie aérienne, par des gouttelettes aéroportées ou par contact direct avec des sécrétions du nez ou de la gorge de personnes infectées. La période d'incubation varie entre 7 et 18 jours, mais dure en moyenne 10 jours. L'intervalle entre l'exposition au virus et l'apparition des éruptions cutanées est d'environ 14 jours. La période de contagion débute une journée avant le stade prodromique et se termine 4 jours après l'apparition des éruptions cutanées. Les personnes qui se rétablissent de la rougeole développent une immunité permanente à la maladie.

Facteurs de risque
Les personnes qui n'ont pas jamais contracté la rougeole et qui n'ont jamais été vaccinées contre cette maladie sont susceptibles d'être infectées. En général, au Canada, il peut être supposé que les adultes nés avant 1970 ont développé une immunité naturelle à la rougeole. Les personnes les plus à risque de contracter la maladie sont les personnes qui voyagent hors de l'Amérique du Nord, les travailleurs de la santé, les étudiants de niveau postsecondaire et le personnel militaire.

Tendances saisonnières et temporelles
Historiquement, la rougeole apparaissait principalement à la fin de l'hiver et au printemps dans les régions tempérées. La maladie survient maintenant seulement dans des cas sporadiques ou dans le cadre d'éclosions.

Spectre de la maladie clinique
Les symptômes de la rougeole comprennent la fièvre prodomique, la toux, le coryza, la conjonctivite, les taches de Koplik (taches blanches sur la muqueuse buccale) et une éruption cutanée qui se manifeste habituellement en premier lieu sur le visage, ensuite sur le tronc, et finalement sur les bras et les jambes. Des complications, comme l'otite moyenne ou la bronchopneumonie, apparaissent dans environ 10 % des cas signalés; elles sont plus fréquentes chez les personnes mal nourries et atteintes d'une maladie chronique ainsi que chez les nourrissons âgés de moins d'un an. Dans environ un cas signalé sur 1 000, la rougeole se complique d'une encéphalite pouvant laisser des séquelles cérébrales permanentes. L'infection rougeoleuse peut entraîner une panencéphalite sclérosante subaiguë, une maladie rare mais mortelle. Pendant la grossesse, la rougeole accroît le risque d'accouchement prématuré, d'avortement spontané et d'insuffisance pondérale à la naissance. La rougeole peut être très grave chez un sujet immunodéprimé.

Répartition de la maladie

La rougeole est présente partout dans le monde et elle représente l'une des maladies infectieuses les plus transmissibles.

La rougeole ne sévit plus au Canada depuis 1998; toutefois, on observe encore des cas résultant des importations. De 1998 à 2013, 1 429 cas de rougeole confirmés ont été signalés au Canada, avec un nombre médian de 21,5 cas par année (entre 6 et 752). Pour obtenir plus de renseignements sur la rougeole, y compris la répartition et l'épidémiologie de la maladie au Canada, veuillez consulter la page Web sur la rougeole de l'Agence de la santé publique du Canada. Des mises à jour complètes sur l'épidémiologie de la rougeole au Canada sont publiées chaque année dans le Relevé des maladies transmissibles au Canada.

Préparations offertes au Canada

Vaccins contenant la rougeole
  • M-M-RMD II (vaccin combiné à virus vivants atténués contre la rougeole, la rubéole et les oreillons), Merck Canada Inc. (RRO)
  • PRIORIXMD (vaccin combiné à virus vivants atténués contre la rougeole, rubéole et les oreillons), GlaxoSmithKline Inc. (RRO)
  • PRIORIX-TETRAMD (vaccin combiné à virus vivants atténués contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle), GlaxoSmithKline Inc. (RROV)

Au Canada, le vaccin contre la rougeole est seulement disponible sous forme de vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) ou de vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle (RROV). Dans de nombreux autres pays, seul le vaccin contre la rougeole est donné.

Immunoglobulines humaines
  • GamaSTANMD S/D immunoglobulines (humaines), Grifols Therapeutics Inc. (Ig)

Pour obtenir l'information posologique dans son intégralité, veuillez consulter le dépliant du produit ou la monographie de produit accessible à partir de la Base de données sur les produits pharmaceutiquesLien externe de Santé Canada. Veuillez consulter le chapitre sur les agents immunisants et leurs constituants offerts au Canada de la partie 1 pour connaître la liste des vaccins et des agents d'immunisation passive offerts au Canada ainsi que de leurs constituants.

Efficacité potentielle, efficacitéréelle et immunogénicité

Efficacité

On estime que l'efficacité d'une dose unique de vaccin contre la rougeole administrée entre douze et quinze mois varie entre 85 et 95 %. Avec une seconde dose, près de 100 % des enfants sont protégés. Toutefois, des éclosions de la rougeole sont survenues au sein de populations ayant des taux de couverture vaccinale élevés. En raison de l'infectiosité élevée de la rougeole (chaque personne infectée peut en contaminer de 12 à 18 autres), au moins 95 % de la population doit être immunisée pour développer une immunité collective. Il n'y a pas de données concernant l'efficacité du vaccin RROV.

Immunogénicité

Dans les essais cliniques, l'administration d'une seule dose de vaccin RRO suffit pour induire des anticorps contre la rougeole, les oreillons et la rubéole chez 95 %, 96 % et 99 % des enfants auparavant séronégatifs, respectivement.

Dans une étude menée chez des enfants âgés de douze mois, le taux de séroconversion obtenu pour la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle après l'administration d'une seule dose de RROV était de 98 %, de 97 %, de 98 % et de 93 % respectivement. Le taux de séroconversion et les moyennes géométriques des titres pour chacun des composants vaccinaux ne différaient pas significativement de ceux obtenus après l'administration du RRO et d'un vaccin monovalent contre la varicelle ou du RRO seul. Dans une autre étude menée chez des enfants ayant reçu deux doses de RROV durant leur seconde année de vie, le taux de séropositivité pour la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle s'établissait, trois ans après la vaccination, à 99 %, 97,4 %, 100 % et 99,4 % respectivement. La persistance à long terme des anticorps contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle après l'administration du vaccin RROV fait l'objet d'une évaluation.

Indications

Enfants (âgés de 12 mois à 17 ans)

Il est recommandé que deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole soient administrées dans le cadre de la vaccination systématique des enfants et de l'immunisation des enfants et des adolescents n'ayant pas suivi le programme de vaccination systématique contre la maladie. Le vaccin RROV peut être administré aux enfants âgés de 12 mois à 12 ans.

Adultes (18 ans et plus)

Immunisation systématique : Il est généralement supposé que les adultes nés avant 1970 aient développé une immunité naturelle à la rougeole; toutefois, certaines de ces personnes peuvent demeurer réceptives.
Les adultes qui ne présentent pas de contre-indications, qui sont nés en 1970 ou après et qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu un vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire ou après celui-ci, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir une dose de vaccin RRO.

Les travailleurs de la santé qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir, quelle que soit leur année de naissance, deux doses de vaccin RRO. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Travailleurs.

Les étudiants qui fréquentent des établissements d'enseignement postsecondaire, qui sont nés en 1970 ou après et qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir deux doses de vaccin RRO. Dans le cas des étudiants nés avant 1970, l'administration d'une dose du vaccin RRO devrait être envisagée.

Les membres du personnel militaire qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir, quelle que soit leur année de naissance, deux doses de vaccin RRO.

Les personnes voyageant hors de l'Amérique du Nord qui sont nées en 1970 ou après qui n'ont pas une preuve attestant qu'elles ont reçu deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole. Les voyageurs qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu un vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir une dose du vaccin RRO s'ils sont nés avant 1970. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Voyageurs.

Le Tableau 1 ci-dessous présente un résumé des critères d'immunité à la rougeole. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Calendrier.

Tableau 1: Critères d’immunité à la rougeole
Vaccination systématique Travailleurs de la santé Personnes voyageant à l'extérieur de l'Amérique du Nord Étudiants de niveau postsecondaire Personnel militaire
Note de bas de page 1
Vaccin contenant la rougeole
Note de bas de page 2
Veuillez consulter les recommandations supplémentaires pour les travailleurs de la santé, les personnes qui voyagent hors de l'Amérique du Nord, les étudiants qui fréquentent des établissements d'enseignement postsecondaire et le personnel militaire.

Preuve de vaccination

OU

Antécédents de rougeole confirmés en laboratoire,

OU

Preuve d'immunité fournie par un laboratoire,

OU

Être nés avant 1970.

Preuve de réception de 2 dosesTable 1 - Note de bas de page 1 (quelle que soit l'année de naissance)

OU

Antécédents de rougeole confirmés en laboratoire,

OU

Preuve d'immunité fournie par un laboratoire.

Preuve de vaccination

OU

Antécédents de rougeole confirmés en laboratoire,

OU

Preuve d'immunité fournie par un laboratoire.

Preuve de vaccination

OU

Antécédents de rougeole confirmés en laboratoire,

OU

Preuve d'immunité fournie par un laboratoire.

Preuve de réception de 2 dosesTable 1 - Note de bas de page 1 (quelle que soit l'année de naissance)

OU

Antécédents de rougeole confirmés en laboratoire,

OU

Preuve d'immunité fournie par un laboratoire

Personnes ayant un dossier de vaccination incomplet

Les enfants et les adultes n'ayant pas une preuve d'immunisation adéquate doivent être considérés comme étant non vaccinés et doivent être vaccinés conformément au calendrier de vaccination adapté à leur âge et à leurs facteurs de risque, sauf si leur immunité a été établie au moyen d'un essai en laboratoire. Les vaccins RRO et RROV, au besoin, peuvent être administrés sans avoir à se préoccuper des antécédents de vaccination, car il a été démontré que l'administration répétée de ces vaccins ne provoque pas d'effets secondaires additionnels. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des enfants et des adultes dont le dossier de vaccination est incomplet de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Grossesse et allaitement

Il faut vérifier l'immunité à l'égard de la rougeole, de la rubéole et des oreillons chez les femmes en âge de procréer et recommander la vaccination à celles qui ne sont pas enceintes et qui sont réceptives. Idéalement, l'état immunitaire des femmes qui songent à devenir enceintes devrait être déterminé et la vaccination, mise à jour au besoin avant qu'elles conçoivent. Il est recommandé que les femmes évitent de devenir enceintes pendant au moins 28 jours suivant l'administration d'un vaccin vivant.

Les vaccins RRO et RROV sont généralement contre-indiqués durant la grossesse, car il existe un risque théorique de transmission de la maladie au fœtus; toutefois, rien n'indique que ces vaccins comportent un risque tératogène ou un autre risque découlant de ces vaccins. Aucun cas de rubéole congénitale n'avait été observé chez les enfants de 226 femmes vaccinées par erreur pendant leur grossesse. Une vaccination malencontreuse contre la rougeole, la rubéole et les oreillons ne justifie pas l'interruption de la grossesse. Cependant, dans certaines situations où les avantages potentiels du vaccin RRO peuvent l'emporter sur les risques, comme durant une éclosion de rougeole ou de rubéole, il est possible d'envisager la vaccination.

Les femmes qui allaitent peuvent recevoir un vaccin RRO.

Veuillez consulter la section Contre-indications et précautions. Veuillez consulter le chapitre Immunisation durant la grossesse et l'allaitement de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Patients et résidents des établissements de santé

Les résidents réceptifs des établissements de soins de longue durée doivent recevoir un vaccin contenant les virus de la rougeole, de la rubéole et des oreillons, ainsi que tous les vaccins systématiques prévus pour leur âge et leurs facteurs de risque. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des personnes ou des résidents dans les établissements de santé de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Sujets immunodéprimés

En général, les personnes immunodéprimées ne devraient pas recevoir de vaccins à virus vivants en raison du risque de maladie lié aux souches du vaccin. Si la vaccination d'un sujet immunodéprimé avec un vaccin vivant est envisagée, il faut obtenir au préalable l'approbation de son médecin traitant. Pour les cas complexes, il est recommandé de consulter un expert-conseil spécialisé dans les domaines de l'immunisation et de l'immunodéficience.

Immunodéficience congénitale (primaire)

Les personnes qui présentent des antécédents médicaux suspects d'immunodéficience (p. ex. des antécédents familiaux connus ou présumés d'immunodéficience congénitale ou d'infection au VIH ou antécédents de retard staturo-pondéral et d'infections récurrentes) ne devraient pas recevoir un vaccin vivant tant que leur cas n'a pas été étudié à fond et que la possibilité d'un déficit en lymphocytes T n'a pas été écartée. Une immunodéficience peut ne pas être diagnostiquée chez de jeunes enfants dans le cadre d'une immunisation systématique comprenant des vaccins vivants. Il est particulièrement important de tenir compte de ce fait dans le cas des nourrissons qui reçoivent des vaccins vivants avant l'âge de 12 mois. Des antécédents de dépistage prénatal négatif du VIH chez la mère du nourrisson devraient être obtenus avant d'administrer un vaccin vivant. Si une mère n'a pas reçu de soins prénatals de routine au Canada, la possibilité d'une infection au VIH non diagnostiquée doit être envisagée.

Les vaccins vivants ne sont généralement pas recommandés dans le cas de personnes ayant une immunodéficience congénitale, mais certaines exceptions demeurent.

Déficits en lymphocytes B

Les personnes atteintes d'un déficit en lymphocytes B peuvent recevoir le vaccin RRO, conformément aux recommandations formulées pour leur âge, si elles ne sont pas soumises à un traitement avec une immunoglobuline de remplacement, lequel peut altérer l'efficacité du vaccin.

Déficits en lymphocytes T, en cellules tueuses naturelles et déficits combinés cellulaires (p. ex. syndrome d'immunodéficience combinée aiguë)

Tous les vaccins à virus vivants, y compris le RRO et le RROV, sont contre-indiqués chez les personnes ayant des déficits en lymphocytes T.

Déficits phagocytaires ou neutrophiles (p. ex. neutropénie congénitale, déficience d'adhésion des leucocytes et déficits de migration, granulomatose septique chronique)

Les enfants ayant des déficits phagocytaires ou neutrophiles peuvent recevoir le vaccin RRO selon les recommandations formulées pour leur âge.

Déficits en complément

Le vaccin RRO n'est pas contre-indiqué chez les sujets souffrant de troubles de déficience en complément. Toutefois, l'immunité peut diminuer avec le temps. Le dosage des anticorps et la revaccination, au besoin, devraient être envisagés.

Troubles hématologiques malins

Les vaccins RRO et RROV sont contre-indiqués chez les personnes ayant une immunodéficience élevée due à la dyscrasie sanguine, aux lymphomes, à la leucémie de tout type ou à tout autre néoplasme malin affectant la moelle osseuse ou le système lymphatique et chez des personnes recevant un traitement immunosuppresseur contre la malignité. Les enfants atteints d'une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) peuvent être vaccinés à l'aide d'un vaccin RRO si la maladie est en rémission depuis au moins 12 mois, si la numération totale des lymphocytes de l'enfant est d'au moins 1,2 × 109/L, si l'enfant ne reçoit pas de radiothérapie et si la chimiothérapie d'entretien peut être arrêtée pendant au moins une semaine avant et après l'immunisation.

Tumeurs solides malignes

Les vaccins RRO et RROV sont contre-indiqués pour les personnes soumises à une thérapie immunosuppressive pour traiter une tumeur solide maligne.

Greffe de cellules souches hématopoïétiques (autologue ou allogénique)

  • Avant la greffe : Les personnes en attente d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques ne devraient pas recevoir un vaccin contenant la rougeole, la rubéole et les oreillons. Il n'est pas recommandé de vacciner les donneurs tout juste avant le prélèvement de leurs cellules souches, car rien n'indique pour l'instant que l'immunité se transmette du donneur au receveur et il n'existe aucune donnée portant sur l'innocuité.
  • Après la greffe : Les titres d'anticorps dirigés contre les maladies évitables par la vaccination diminuent après une greffe de cellules souches hématopoïétiques allogénique ou autologue si le greffé n'est pas revacciné. L'administration du vaccin RRO peut être envisagée 24 mois après la greffe en l'absence de signe d'une maladie du greffon envers l'hôte, si le traitement immunosuppresseur est terminé depuis au moins trois mois et si la personne est jugée immunocompétente par un spécialiste des greffes. La réponse sérologique devrait être évaluée après l'administration de la première dose et, en l'absence d'une séroconversion, il est recommandé d'attendre au moins trois mois avant l'administration de la seconde dose.

Transplantation d'un organe plein

Si possible, les personnes qui doivent être opérées pour la greffe d'un organe plein devraient être immunisées avant la transplantation, conformément aux recommandations formulées pour leur âge. Le vaccin RRO peut être administré aux nourrissons dès l'âge de 6 mois si une transplantation est prévue avant l'âge de 12 à 15 mois. Le vaccin RRO devrait être administré au moins quatre semaines avant l'opération. En général, ce vaccin est contre-indiqué après la greffe.

Thérapie immunosuppressive

Pour les personnes immunocompétentes qui sont susceptibles d'être soumises à une thérapie immunosuppressive ou dont la maladie pourrait mener à une immunodéficience. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir la liste des médicaments immunosuppresseurs.

S'il est indiqué, le vaccin RRO devrait être administré au moins quatre semaines avant le début du traitement immunosuppresseur afin de réduire le risque de maladie causée par la souche du vaccin. S'il n'est pas possible d'administrer un vaccin RRO avant le début du traitement immunosuppresseur, une période d'au moins trois mois devrait s'écouler entre l'arrêt des médicaments immunosuppresseurs (à l'exception des corticostéroïdes généraux à fortes doses) et l'administration de vaccins vivants pour réduire le risque de maladie causée par la souche du vaccin. Dans le cas de fortes doses de stéroïdes à action générale, le délai entre l'arrêt des traitements et l'administration de vaccins RRO diminue à quatre semaines. L'intervalle entre l'arrêt des médicaments immunosuppresseurs et l'administration du vaccin RRO peut varier selon l'intensité du traitement immunosuppresseur, la maladie sous-jacente et d'autres facteurs.

Les vaccins vivants sont en général contre-indiqués si le traitement immunosuppresseur ne peut pas être arrêté, bien que le rapport risques-avantages puisse être en faveur de l'immunisation si seules de petites doses de médicaments immunosuppresseurs sont requises et s'il existe un risque important de maladie. L'innocuité et l'efficacité des vaccins vivants atténués administrés pendant un traitement intermittent, à faibles doses ou d'entretien ayant recours à des médicaments immunosuppresseurs (autres que les corticostéroïdes) ne sont pas connues. On a signalé que les médicaments immunosuppresseurs entraînent la réactivation d'une infection tuberculeuse latente et créent une prédisposition pour d'autres infections opportunistes. Par conséquent, jusqu'à ce que de nouvelles données soient produites à ce sujet, il est préférable d'éviter d'administrer des vaccins RRO à des personnes soumises à des traitements de chimiothérapie intermittents ou à faibles doses, ou à toute autre thérapie immunosuppressive.

Le traitement par un corticostéroïde n'est pas une contre-indication de l'administration d'un vaccin vivant lorsque le produit est donné pendant une courte période (p. ex. moins de 14 jours); lorsque la dose est faible à modérée (moins de 2 mg/kg par jour chez un enfant ou moins de 20 mg/jour de prednisone ou d'un médicament équivalent chez un adulte); lorsqu'il s'agit d'un traitement à long terme par un agent à action brève donné tous les deux jours; lorsqu'il s'agit d'un traitement d'entretien visant un remplacement physiologique; ou lorsqu'il est administré par voie topique, par inhalation ou par injection locale (p. ex. dans une articulation).

En général, les vaccins vivants atténués sont contre-indiqués pendant un traitement aux anticorps monoclonaux ou chez les nourrissons exposés à des anticorps monoclonaux. Les anticorps monoclonaux pris pendant la grossesse sont transmis au fœtus et leurs effets peuvent persister après la naissance. Les nourrissons ayant été exposés aux anticorps monoclonaux, soit pendant la grossesse ou pendant l'allaitement, devraient subir une numération des lymphocytes B. La numération des lymphocytes B devrait être normale avant l'administration des vaccins vivants. Une consultation avec un immunologiste est conseillée. Le statut de vaccination doit être examiné avant l'administration d'anticorps monoclonaux.

Personnes séropositives

Il est conseillé de consulter un spécialiste des maladies infectieuses ou un immunologiste pour l'administration du vaccin RRO aux personnes atteintes du VIH. Le vaccin peut être offert aux personnes récemment infectées, mais il est contre-indiqué pour les sujets qui sont à un stade avancé de la maladie. L'innocuité et l'immunogénicité du vaccin RROV pour les personnes séropositives n'ont pas encore été évaluées; il est donc impossible de le recommander de manière systématique.

  • Enfants : Les enfants séropositifs de 12 mois ou plus appartenant à la catégorie clinique N, A ou B et à la catégorie immunologique 1 ou 2 des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (correspondant à une numération des lymphocytes T-CD4 égale ou supérieure à 15 %), peuvent recevoir 2 doses de vaccin RRO avec un intervalle de 3 à 6 mois entre les deux. Un vaccin monovalent contre la varicelle peut être administré au même moment à condition d'utiliser des seringues et des aiguilles distinctes ainsi que des sites d'injection différents.
  • Adolescents et adultes : Les adolescents et les adultes séropositifs réceptifs ayant un nombre égal ou supérieur à 200 X 106 de CD4 par litre (200 X 106/L) et un pourcentage de CD4 égal ou supérieur à 15 % peuvent recevoir deux doses de RRO à trois mois d'intervalle.
Contacts familiaux

Les contacts familiaux des personnes immunodéprimées qui sont réceptifs devraient recevoir un vaccin contenant la rougeole conformément aux recommandations formulées pour leur âge et leurs facteurs de risque.

Veuillez consulter la section Contre-indications et précautions. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la Partie 3 pour obtenir davantage de renseignements.

Personnes ayant des pathologies chroniques
Hyposplénie ou asplénie

Les personnes souffrant d'hyposplénie ou d'asplénie (absence congénitale, chirurgicale ou fonctionnelle [p. ex. maladie drépanocytaire]) doivent être immunisées contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, ou doivent recevoir le vaccin RRO ou RROV conformément aux recommandations.

Maladie rénale chronique/dialyse

Les personnes souffrant d'une maladie rénale chronique ou sous dialyse doivent être immunisées contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, ou doivent recevoir le vaccin RRO ou RROV conformément aux recommandations.

Troubles neurologiques

Les personnes ayant un trouble du spectre autistique ou un trouble neurologique démyélinisant (y compris la sclérose en plaques) devraient recevoir tous les vaccins systématiquement recommandés, y compris le vaccin RRO ou le vaccin RROV selon les recommandations.

Maladie auto-immune

Les personnes atteintes d’une maladie auto-immune qui ne prennent pas de médicament immunosuppresseur ne sont pas considérées comme très immunodéprimées et peuvent recevoir le vaccin RRO après consultation auprès d’un médecin. Les agents antirhumatismaux modifiant l'évolution de la maladie, par exemple l'hydroxychloroquine, la sulfasalazine ou l'auranofine, ne sont pas habituellement considérés comme des médicaments immunosuppresseurs.

Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets présentant des pathologies chroniques de la Partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Voyageurs

Il est particulièrement important pour les personnes désirant voyager hors de l'Amérique du Nord de se protéger contre la rougeole. Les voyageurs nés en 1970 ou après et qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu deux doses du vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire ou après celui-ci, et qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir deux doses du vaccin contenant la rougeole. Il faut administrer le vaccin contre la rougeole plus tôt que l'âge habituel chez les enfants qui voyagent dans les pays à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Le vaccin RRO peut être administré à partir de l'âge de six mois; or, deux doses supplémentaires du vaccin contenant la rougeole doivent être administrées après le premier anniversaire de l'enfant pour assurer une immunité à long terme contre la rougeole. Les voyageurs qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu un vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir une dose du vaccin RRO s'ils sont nés avant 1970.

La rougeole est une maladie endémique dans bon nombre de pays. Veuillez consulter la section portant sur les taux d'incidence de la rougeole dans les pays membres de l'OMSExternal Link (disponible en anglais seulement) pour obtenir plus d'information.

Veuillez consulter le chapitre Immunisation des voyageurs de la Partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Nouveaux arrivants au Canada

Les dispensateurs de soins de santé qui examinent des personnes nouvellement arrivées au Canada devraient vérifier leurs antécédents vaccinaux et mettre leur immunisation à jour. Dans bon nombre de pays étrangers, les vaccins contre les oreillons et la rubéole sont offerts en quantité limitée et le vaccin contre la rougeole est administré seul. Ainsi, les résultats d'une étude canadienne ont révélé que plus d'un tiers des nouveaux immigrants et réfugiés, notamment les femmes, est réceptif à la rougeole, à la rubéole ou aux oreillons.Veuillez consulter le chapitre Immunisation des nouveaux arrivants au Canada de la Partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Travailleurs

Il est recommandé que tous les travailleurs du milieu de la santé soient immunisés contre la rougeole. Les travailleurs de la santé qui n'ont pas une preuve attestant qu'ils ont reçu deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole le jour de leur premier anniversaire, qui ne possèdent pas une preuve d'immunité fournie par un laboratoire ou qui n'ont pas d'antécédents de rougeole confirmés en laboratoire, devraient recevoir, quelle que soit leur année de naissance, deux doses de vaccin RRO.

Veuillez consulter le chapitre Immunisation des travailleurs de la Partie 3 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Immunisation post-exposition

Toutefois, il continuera d'y avoir des cas importés de la rougeole au Canada. Des éclosions peuvent survenir chez les populations réceptives. À des fins pratiques, toutes les personnes fréquentant un même établissement scolaire devraient être considérées comme contacts.

Vaccin RRO

Les personnes réceptives et immunocompétentes âgées de douze mois et plus qui ont été exposées à la rougeole peuvent être protégées de la maladie si elles reçoivent un vaccin RRO dans les 72 heures suivant leur exposition. Il peut être recommandé d'administrer le vaccin RRO aux enfants âgés de six mois à moins de douze mois qui ont été exposés à la rougeole, à condition qu'il soit administré dans les 72 heures suivant l'exposition; par contre, deux autres doses d'un vaccin contenant le virus de la rougeole doivent être administrées après le premier anniversaire de ces enfants (et au minimum 28 jours après l'administration de la première dose) pour assurer une immunité à long terme contre la maladie.

Immunoglobulines humaines (Ig)

L’efficacité de l'usage prophylactique de ces produits a été démontrée pour la modification et la prévention de la maladie s'ils sont administrés au plus tard six jours après l'exposition à la rougeole; cela dit, l'immunoglobuline devrait être administrée dès que possible après l'exposition lorsque cela est indiqué. On doit envisager d'administrer des immunoglobulines aux femmes enceintes et aux personnes immunodéprimées susceptibles d'être exposées à la rougeole ainsi qu'aux enfants de moins de six mois; le vaccin contenant le virus de la rougeole est contre-indiqué dans les deux premiers groupes, et son efficacité et son innocuité n'ont pas été établies dans le dernier groupe. L'administration d'immunoglobulines humaines à des personnes immunocompétentes âgées de six mois ou plus qui ont été exposées à la rougeole depuis plus de 72 heures est une solution envisageable (lorsque le vaccin RRO n'offre plus de protection post-exposition), mais elle doit se faire dans les six jours suivant l'exposition (lorsque les immunoglobulines humaines peuvent encore offrir une protection après l'exposition).

Chez les personnes infectées par le VIH, le titre d'anticorps antirougeoleux diminue plus rapidement avec le temps chez les enfants infectés au VIH que chez les enfants non infectés. Une dose d'immunoglobulines doit être envisagée chez les personnes infectées par le VIH atteintes d'une grave immunodépression après une exposition connue à un cas confirmé de rougeole, même si elles ont une preuve documentée de vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons. Quel que soit le statut de vaccination avant une greffe, on devrait également envisager une dose d'immunoglobulines pour les receveurs d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques, à moins que le receveur vacciné de greffe de cellules souches hématopoïétiques ne soit connu pour avoir un titre d'anticorps antirougeoleux adéquat.

Au moment d'évaluer l'étendue de l'exposition au virus de la rougeole et de choisir entre le vaccin RRO et l'administration d'immunoglobulines pour le traitement post-exposition, il est important de tenir compte du fait que les immunoglobulines n'offrent qu'une protection à court terme et qu'elles impliquent de repousser de cinq à six mois l'administration du vaccin RRO. Si une protection à long terme contre le virus de la rougeole est nécessaire en raison de la propagation de la maladie dans la collectivité, le vaccin RRO pourrait être le meilleur choix. Il est important de noter que malgré une prise en charge post-exposition avec un vaccin RRO ou des immunoglobulines humaines, il est possible d'être infecté par le virus de la rougeole. Les personnes exposées doivent recevoir des conseils concernant les signes et les symptômes de la rougeole; les conseils doivent inclure d'éviter le contact avec d'autres personnes au cas où elles tomberaient malades en présentant des symptômes semblables à ceux de la rougeole ainsi que la nécessité d'avoir recours à des soins médicaux, y compris informer les travailleurs de la santé de la possibilité de contracter la rougeole s'ils se rendent dans des établissements de santé afin qu'ils puissent prendre les précautions nécessaires. Pour plus de détails sur la prévention et le contrôle des infections, veuillez consulter les Lignes directrices pour la prévention et le contrôle des éclosions de rougeole au Canada.

La dose recommandée d'immunoglobulines pour les personnes en santé qui ont été exposées à la rougeole est de 0,25 mL/kg de poids corporel; on recommande également d'administrer la dose par voie intramusculaire. La dose pour les sujets qui ont été exposés et qui sont immunodéprimés est de 0,5 mL/kg de poids corporel. Il ne faut pas dépasser la dose maximale de 15 mL. Pour obtenir l'information posologique dans son intégralité, veuillez consulter le dépliant du produit ou la monographie de produit accessible à partir de la Base de données sur les produits pharmaceutiquesLien externe de Santé Canada.

On considère que les personnes recevant une dose de remplacement d'immunoglobuline intraveineuse (400 mg/kg de poids corporel ou plus) sont protégées et qu'elles n'ont pas besoin d'immunoglobuline si la dernière dose d'immunoglobuline intraveineuse a été administrée dans les 3 semaines avant l'exposition au virus de la rougeole.

À moins de contre-indications, les personnes qui reçoivent des immunoglobulines devraient recevoir un vaccin contenant le virus de la rougeole à des intervalles précis une fois que les anticorps de la rougeole administrés passivement se sont dégradés. Pour connaître les intervalles recommandés entre l'administration d'immunoglobulines humaines ou de produits sanguins et l'injection d'un vaccin contenant la rougeole, veuillez consulter le chapitre Administration récente d'immunoglobulines humaines et de produits sanguins et Moment propice à la vaccination de la partie 1.

Veuillez consulter le chapitre Immunisation passive de la partie 5 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Contrôle des éclosions

La vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons est une composante intégrale d'une stratégie globale de gestion et de prévention des éclosions de rougeole. Dans une éclosion de la rougeole, le vaccin RRO peut être administré à tout moment dès l'âge de six mois. Cependant, s'il est administré aux enfants âgés de six mois à moins de douze mois, deux autres doses d'un vaccin contenant le virus de la rougeole doivent être administrées après le premier anniversaire de ces enfants (et au minimum 28 jours après l'administration de la première dose) pour assurer une immunité à long terme contre la maladie. Pour plus de détails sur le contrôle des éclosions, veuillez consulter les Lignes directrices pour la prévention et le contrôle des éclosions de rougeole au Canada.

Administration du vaccin

Dose, voie d’administration et calendrier

Dose
Chaque dose est de 0,5 ml.

Voie d'administration
Le vaccin RRO doit être administré par voie sous-cutanée; le vaccin RROV peut être administré par voie sous-cutanée ou par voie intramusculaire. Veuillez consulter le chapitre Méthodes d'administration des vaccins de la partie 1 pour obtenir de plus amples renseignements.

Calendrier

Enfants (âgés de 12 mois à 12 ans)

Dans le cadre de l'immunisation systématique des enfants âgés entre 12 mois et 12 ans, il faut administrer deux doses de vaccin contenant le virus de la rougeole (RRO ou RROV). La première dose du vaccin contenant le virus de la rougeole devrait être administrée lorsque l'enfant est âgé entre 12 et 15 mois et la deuxième dose, à 18 mois ou après, mais elle ne devrait pas être administrée après son entrée à l'école.

L'intervalle minimal recommandé entre les doses de vaccin RRO est de 4 semaines. Les enfants ayant déjà reçu une dose du vaccin RRO devraient recevoir une deuxième dose au moins 4 semaines après l'administration de la première dose. L'intervalle recommandé entre deux doses du vaccin RROV est d'au moins 3 mois; un intervalle minimal de 6 semaines entre les doses peut être utilisé si une protection rapide et complète est nécessaire.

Adolescents (de 13 à 17 ans)

Les adolescents qui sont réceptifs à la rougeole devraient recevoir deux doses de vaccin RRO à au moins 4 semaines d'intervalle.

Adultes (18 ans et plus)

Les adultes qui sont réceptifs à la rougeole devraient recevoir une ou deux doses du vaccin RRO en fonction de leur âge et de leurs facteurs de risque (voir le Tableau 1). Si l'administration de deux doses est nécessaire, il faut administrer les doses du vaccin RRO à au moins 4 semaines d'intervalle.

Doses de rappel et revaccination

Il n'est pas nécessaire de procéder à une revaccination si un vaccin contenant le virus de la rougeole adapté à l'âge et aux facteurs de risque de la personne en question a été administré.

Tests sérologiques

Des tests sérologiques peuvent être recommandés pour confirmer le diagnostic de rougeole ou pour déterminer l'état immunitaire. L'exécution d'un test sérologique n'est pas recommandée avant ou après la réception d'un vaccin contenant le virus de la rougeole. Il ne serait donc pas nécessaire de vacciner de nouveau si un test sérologique réalisé par inadvertance après une immunisation adéquate contre la rougeole ne démontrait pas une immunité à la maladie.

Conditions d'entreposage

M-M-RMD II : Il faut conserver le vaccin à une température égale ou inférieure à 10°C ou plus froide pendant l'expédition. Si le vaccin gèle pendant le transport, son efficacité n'en sera pas affectée. Le vaccin doit être protégé de la lumière. Avant le début du processus de reconstitution, il faut conserver les fioles de vaccins à une température variant entre +2°C et +8°C ou à une température moins élevée. Le diluant peut être conservé dans un réfrigérateur ou à la température ambiante et ne doit pas être congelé.

PRIORIXMD : Le vaccin doit être réfrigéré à une température variant entre +2°C et +8°C. Le diluant peut être conservé séparément à la température ambiante. Le vaccin doit être protégé de la lumière.

PRIORIX-TETRAMD : Le vaccin et le diluant doivent être réfrigérés à une température variant entre +2 °C et +8°C et il ne faut pas les congeler. Le vaccin doit être protégé de la lumière.

Veuillez consulter le chapitre Manipulation et entreposage des agents immunisants de la partie 1 pour obtenir davantage de renseignements généraux. Veuillez consulter le chapitre Agents d'immunisation passive de la partie 5 pour obtenir des renseignements sur les exigences relatives à l'entreposage des immunoglobulines.

Administration simultanée d'autres vaccins

Les vaccins vivants administrés par voie parentérale peuvent être administrés en même temps que d'autres vaccins au cours de la même visite, mais à des sites d'injection différents, et à l'aide d'aiguilles et de seringues distinctes. En général, lorsque deux vaccins vivants à administration parentérale ne sont pas administrés simultanément, il faut attendre au moins 4 semaines avant de donner le second vaccin vivant à administration parentérale. Les vaccins contenant le virus de la varicelle, notamment le vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle, font exception :

  • les doses du vaccin contenant le virus de la varicelle devraient être administrées à au moins 3 mois d'intervalle chez les enfants âgés de 1 à 12 ans. S'il est nécessaire d'offrir une protection rapide et complète contre la varicelle, il est recommandé de respecter un intervalle d'au moins 6 semaines entre 2 doses chez les enfants âgés de 1 à 12 ans;
  • le vaccin contenant le virus de la varicelle ne devrait pas être administré en même temps que le vaccin contre la variole; les vaccins contre la varicelle et la variole devraient être administrés à au moins 4 semaines d'intervalle.

Les vaccins administrés par voie orale et intranasale peuvent être administrés en même temps que d'autres vaccins vivants ou à tout moment avant ou après tout autre vaccin vivant ou inactif, peu importe la voie d'administration de l'autre vaccin vivant. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Moment propice à la vaccination de la Partie 1 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Innocuité et effets secondaires du vaccin et des immunoglobulines

Veuillez consulter le chapitre Innocuité des vaccins de la partie 2 pour obtenir des renseignements généraux supplémentaires.

Effets secondaires courants et effets secondaires locaux
Vaccin RRO

La fréquence et la gravité des effets secondaires consécutifs à l'administration d'un vaccin RRO sont moins importantes que les manifestations associées à la maladie naturelle. Les effets secondaires sont moins fréquents après la seconde dose du vaccin et ne se produisent en général que chez les sujets qui n'ont pas été protégés par la première dose. Dans les 6 à 23 jours suivant l'administration du vaccin RRO, environ 5 % des enfants vaccinés sont atteints d'un malaise ou d'une fièvre (accompagnés ou non d'une éruption cutanée) pouvant durer jusqu'à 3 jours En outre, le vaccin RRO occasionne parfois une parotidite, une éruption cutanée, une lymphadénopathie ou des symptômes articulaires.

Vaccin RROV

Une douleur et un érythème au site d'injection ou une légère fièvre sont observés chez 10 % ou plus des vaccinés. Une éruption cutanée, y compris une éruption ressemblant à celle qui survient en cas de rougeole, de rubéole ou de varicelle, ainsi que de l'enflure au site d'injection et une légère fièvre (plus de 39 °C), apparaissent chez 1 à de 10 % des vaccinés. Comme les éruptions varicelliformes qui apparaissent dans les deux semaines suivant la vaccination peuvent être causées par un virus sauvage, les professionnels de la santé doivent veiller à obtenir des échantillons à l'aide de prélèvements d'un milieu de transport viral à partir d'une lésion afin de s'assurer qu'il s'agit bel et bien d'une réaction au vaccin et non de la varicelle.

Vaccins contenant le virus de la rubéole

De 1 à 3 semaines après l'administration d'un vaccin contenant le virus de la rubéole, il se peut qu'une arthrite ou une arthralgie transitoire aiguë se présente et persiste pendant environ 1 à 3 semaines; ces effets secondaires réapparaissent rarement. Ces réactions sont plus fréquentes chez les femmes pubères, qui présentent une arthralgie dans 25 % des cas et une arthrite dans 10 % des cas après l'administration du vaccin contenant le virus de la rubéole. Rien n'indique que les personnes ayant reçu ce vaccin courent plus de risques de voir réapparaître des arthropathies chroniques ou des troubles neurologiques.

Immunoglobulines

Le patient peut éprouver une douleur ou une sensibilité au site d'injection et développer de l'urticaire ou une angioneurose cutanée.

Effets secondaires moins fréquents et graves ou sévères
Vaccins RRO et RROV

Les manifestations cliniques inhabituelles graves suite à la vaccination sont rares, et, dans la plupart des cas, les données sont insuffisantes pour établir un lien de causalité. Comme dans le cas des autres vaccins, il se peut que l'administration du vaccin RRO ou RROV entraîne une anaphylaxie, mais cela se produit très rarement.

Purpura thrombocytopénique immun (PTI)

Dans de rares cas, un purpura thrombocytopénique immunse produit dans les 6 semaines suivant l'administration du vaccin RRO ou RROV. Chez la plupart des enfants, la thrombocytopénie post-vaccination se résorbe dans les trois mois qui suivent sans complications graves. Dans le cas des personnes ayant subi un purpura thrombocytopénique immunaprès l'administration de la première dose du vaccin RRO ou RROV, il y a lieu d'évaluer leur statut sérologique afin de déterminer si l'administration d'une deuxième dose est nécessaire. Dans de pareils cas, il faut évaluer avec soin les risques et les bienfaits potentiels avant d'envisager l'administration d'un vaccin.

Encéphalite

Des cas d'encéphalite associés au vaccin contre la rougeole ont été signalés à une fréquence d'environ 1 cas pour 1 million de doses distribuées en Amérique du Nord; cette incidence est beaucoup moins fréquente qu'après une infection naturelle (environ 1 cas pour 1 000).

Convulsions fébriles

De récentes études ont révélé la présence d'un risque accru de convulsions fébriles consécutives à l'administration de la première dose d'un vaccin RROV (ProQuadMD®, vaccin non autorisé au Canada) comparativement à l'administration simultanée d'un vaccin RRO et d'un vaccin monovalent contre la varicelle. Selon des données provenant des États-Unis, il est estimé que des convulsions fébriles surviennent chez des enfants de 12 à 23 mois dans les 5 à 12 jours suivant l'administration de la première dose du vaccin RROV à une fréquence d'environ un cas pour 2 600 doses administrées. En ce qui a trait au vaccin RROV disponible au Canada, l'expérience est plus limitée; toutefois, une étude a montré un risque accru de convulsions fébriles après l'administration du vaccin RROV par rapport à l'administration simultanée d'un vaccin RRO et d'un vaccin monovalent contre la varicelle en tant que deux produits distincts. Le risque lié au vaccin canadien était moins important que celui lié au produit utilisé aux États-Unis. Une surveillance étroite et des recherches supplémentaires sont en cours.

Immunoglobulines humaines

Des réactions anaphylactiques ont été rapportées, quoique rarement, par suite d'une injection d'immunoglobulines humaines.

Autres effets secondaires et troubles signalés

Dans la deuxième moitié des années 1990, des chercheurs du Royaume-Uni ont fait état d'une association entre le vaccin RRO et l'autisme ou les maladies inflammatoires de l'intestin. Des études scientifiques rigoureuses et des évaluations des données en cause réalisées partout dans le monde ont permis de recueillir suffisamment de données pour prouver que les conclusions initiales étaient fausses. En 2010, il a été révélé que l'étude initiale qui laissait entendre l'existence d'un lien entre le vaccin RRO et l'autisme était frauduleuse, et l'étude a été rétractée.

Conseils pour la déclaration des manifestations cliniques inhabituelles (MCI) suivant l'immunisation

Les dispensateurs de vaccins sont invités à déclarer les effets secondaires suivant l'immunisation ci-dessous en particulier, et ce, par l'entremise des représentants locaux de la santé publique :

  • Convulsions fébriles dans les 30 jours suivant l'administration d'un vaccin RRO ou RROV.
  • Varicelle modérée (causant de 50 à 500 lésions) ou grave (causant plus de 500 lésions vésiculaires ou associée à des complications ou nécessitant une admission à l'hôpital) qui survient dans les 7 à 21 jours suivant l'administration d'un vaccin RROV.
  • Tout effet secondaire grave ou imprévu qui semble être temporellement associé à la vaccination. Un effet secondaire imprévu suivant l'immunisation est un effet secondaire qui ne figure pas dans les renseignements disponibles sur le produit, mais qui peut être dû à l'immunisation, ou encore une modification de la fréquence d'un effet secondaire connu suivant l'immunisation.

Veuillez consulter le guide Déclaration de manifestations inhabituelles (MCI) à la suite d'une immunisation au Canada et le chapitre Innocuité des vaccins de la partie 2 pour obtenir des renseignements supplémentaires sur la déclaration des MCI.

Contre-indications et précautions

L'administration des vaccins RRO et RROV et d'immunoglobulines est contre-indiquée chez les personnes ayant des antécédents anaphylactiques après l'administration du produit ainsi que chez les personnes ayant une hypersensibilité immédiate ou anaphylactique avérée à toute composante du produit (sauf une allergie aux œufs pour les vaccins RRO ou RROV [voir ci-après]) ou à leur contenant. Veuillez consulter le chapitre sur les agents immunisants et leurs constituants offerts au Canada de la partie 1 pour connaître la liste des vaccins et des agents d'immunisation passive offerts au Canada ainsi que de leurs constituants. Dans le cas des vaccins contenant le virus de la rougeole, voici les allergènes potentiels :

  • M-M-RMD II :néomycine, rouge de phénol, gélatine d'origine porcine, résidus de cultures de fibroblastes de poulet
  • PRIORIXMD :protéines d'œuf, néomycine
  • PRIORIX-TETRAMD :protéines d'œuf, néomycine

Dans les cas où on soupçonne une hypersensibilité ou une allergie non anaphylactique aux composants vaccinaux, une enquête est recommandée, qui peut comprendre l'immunisation dans un milieu contrôlé. Une consultation avec un allergologue est conseillée.

Les composants antirougeoleux et antiourliens des vaccins RRO et RROV sont produits dans une culture de fibroblastes de poulet et peuvent contenir des traces résiduelles de protéines d'œuf. Le vaccin semble ne pas contenir suffisamment de traces de protéines d'œuf pour causer une réaction allergique chez les personnes allergiques aux œufs. L'ingestion d'œufs dans le passé n'est pas une condition préalable à l'administration d'un vaccin contenant des protéines d'œuf. La réalisation d'un test cutané avant l'administration du vaccin n'est pas recommandée, car ce test ne permet pas de prévoir les réactions au vaccin. Les vaccins RRO et RROV peuvent être administrés de la façon courante aux personnes ayant des antécédents d'hypersensibilité anaphylactique aux œufs de poule. L'ingestion d'œufs dans le passé n'est pas une condition préalable à l'administration du vaccin. Comme pour tous les vaccins, l'immunisation devrait être effectuée par du personnel ayant la capacité et les ressources pour gérer les effets secondaires après la vaccination. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Hypersensibilité anaphylactique aux œufs ou aux antigènes de l'œuf de la Partie 2 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Les enfants pour qui l'administration de vaccins à virus vivants est contre-indiquée à cause de leurs antécédents familiaux connus ou présumés d'immunodéficience congénitale ou héréditaire ne devraient pas recevoir de vaccins vivants à moins que leur immunocompétence n'ait été établie.

L'administration du vaccin RROV est contre-indiquée chez les personnes ayant une fonction immunitaire affaiblie, notamment dans le cas de déficits immunitaires primaires ou secondaires. Le lecteur est prié de se reporter à la section Sujets immunodéprimés.

Les vaccins RRO et RROV sont contre-indiqués durant la grossesse. Veuillez consulter le chapitre Grossesse et allaitement.

L'administration du vaccin RRO ou RROV devrait être reportée chez les personnes présentant une maladie aiguë grave. Les personnes atteintes d'une maladie aiguë légère (avec ou sans fièvre) peuvent être vaccinées.

Des antécédents de convulsions fébriles et des antécédents familiaux de convulsions ne sont pas une contre-indication à l'administration du vaccin RROV.

L'administration du vaccin RRO ou RROV devrait être reportée chez les personnes présentant une maladie aiguë modérée ou grave. Les personnes atteintes d'une maladie aiguë légère (avec ou sans fièvre) peuvent être vaccinées.

Il est déconseillé de prendre des salicylates (p. ex. acide acétylsalicylique [AAS]) pendant les 6 semaines suivant la réception du vaccin RROV à cause d'une association entre la varicelle de type sauvage, le traitement aux salicylates et le syndrome de Reye.

Veuillez consulter les chapitres Contre-indications et précautions générales de la partie 2 et Agents d'immunisation passive de la partie 5 pour obtenir des renseignements généraux supplémentaires.

Interactions médicamenteuses

Il est déconseillé de recevoir un traitement antiviral systémique (comme un traitement à l'acyclovir, au valacyclovir ou au famciclovir) pendant la période précédant ou suivant immédiatement la vaccination, car l'efficacité d'un vaccin contenant le virus de la varicelle, comme le vaccin RROV, pourrait être ainsi réduite. D'après l'opinion d'experts, il est recommandé que les personnes recevant un traitement antiviral prolongé cessent de prendre ces médicaments, si possible au moins 24 heures avant l'administration du vaccin RROV et jusqu'à 14 jours après la vaccination.

Le composant anti-rougeoleux des vaccins contenant le virus de la rougeole peut supprimer provisoirement la réactivité à la tuberculine, donnant ainsi lieu à des résultats faussement négatifs. Si un test cutané à la tuberculine ou un test de libération d'interféron-gamma (TLIG) est nécessaire, il doit être réalisé la même journée que la vaccination ou au moins 4 semaines après la réception du vaccin contre la rougeole. Le vaccin contenant le virus de la rougeole peut être administré n'importe quand après la réalisation et l'évaluation du test cutané à la tuberculine.

L'administration d'une immunisation passive au moyen d'immunoglobulines humaines et la réception de la plupart des produits sanguins peuvent nuire à la réponse immunitaire aux vaccins RRO et RROV. Ces vaccins devraient être administrés au moins 14 jours avant l'administration d'une immunoglobuline ou d'un produit sanguin, ou après la dégradation des anticorps contenus dans l'immunoglobuline ou le produit sanguin. Si l'intervalle entre l'administration du vaccin et l'administration subséquente d'immunoglobuline ou d'un produit sanguin est inférieur à 14 jours, il faudra reprendre l'immunisation après l'intervalle recommandé. L'intervalle recommandé entre l'administration d'une immunoglobuline ou d'un produit sanguin et une immunisation subséquente varie selon l'immunoglobuline et le produit sanguin en question. Si le vaccin est administré trop tôt après l'administration d'une immunoglobuline ou d'un produit sanguin, il faut reprendre l'immunisation après la fin de l'intervalle opportun. Le palivizumab (Ac anti-VRS) et la transfusion de globules rouges lavés ne nuisent pas à la réponse anticorps aux vaccins RRO et RROV. Veuillez consulter le chapitre Administration récente d'immunoglobulines humaines et de produits sanguins de la partie 1 pour obtenir des renseignements généraux supplémentaires.

Autres considérations

Interchangeabilité des vaccins

D'après l'opinion d'experts, les vaccins RRO autorisés au Canada peuvent être utilisés de manière interchangeable. Le lecteur est prié de se reporter au chapitre Principes de l'interchangeabilité des vaccins de la Partie 1 pour obtenir davantage de renseignements généraux.

Références choisies

  • Advisory Committee on Epidemiology. Guidelines for control of measles outbreaks in Canada. Can Commun Dis Rep 1995;21:189-95.
  • American Academy of Pediatrics. Pickering L.K., C.J. Baker, D.W. Kimberlin, et coll., éditeurs, Red Book: 2009 Report of the Committee on Infectious Diseases, 28e éd., Elk Grove Village, IL, American Academy of Pediatrics, 2009.
  • Bell, A., A. King, K. Pielak et coll. « Profil épidémiologique d'une éclosion de rougeole en Colombie-Britannique - février 1997 », Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 23, p. 49-51, 1997.
  • Bellini, WJ, JS Rota, LE Lowe et coll. « Subacute sclerosing panencephalitis: more cases of this fatal disease are prevented by measles immunization than was previously recognized », Journal of Infectious Disease, vol. 192, no 10, p. 1686-1693, 2005.
  • Centers for Disease Control and Prevention. Use of Combination Measles, Mumps, Rubella and Varicella Vaccine. Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2010;59(03):1-12.
  • Centers for Disease Control and Prevention. The Yellow Book: CDC Health Information for International Travel 2010. [consulté en octobre 2010]. Accès : http://wwwnc.cdc.gov/travel/content/yellowbook/home-2010.aspx
  • Centers for Disease Control and Prevention. « Update: recommendations from the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) regarding administration of combination MMRV vaccine », MMWR Morb Mortal Wkly Rep, vol. 57, p. 258-260, 2008. [consulté en octobre 2010]. Accès : http://www.cdc.gov/vaccines/recs/provisional/downloads/mmr-evidence-immunity-Aug2009-508.pdf
  • Centers for Disease Control and Prevention. « Use of Combination Measles, Mumps, Rubella and Varicella Vaccine. Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices », MMWR Morb Mortal Wkly Rep, vol. 59, no 03, p. 1-12, 2010.[consulté en octobre 2010]. Accès : http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/default.htm
  • Centers for Disease Control and Prevention. The Yellow Book: CDC Health Information for International Travel 2010 (en ligne) (consulté en octobre 2010). Sur Internet : http://wwwnc.cdc.gov/travel/content/yellowbook/home-2010.aspx. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2008;57:258-60.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. « Déclaration sur le vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle » Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 36 (DCC-9), p. 1-22, 2010.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. « Recommandations mises à jour sur l'utilisation du vaccin contre la varicelle et du RRO chez les personnes infectées par le VIH. » Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 36 (DCC 7), p. 1-19, 2010.
  • De Serres G, N. Boulianne, F. Meyer et coll. « Measles vaccine efficacy during an outbreak in a highly vaccinated population: incremental increase in protection with age at vaccination up to 18 months », Epidemiol Infect, vol. 115, p. 315-323, 1995.
  • De Serres G, J. Sciberras, M. Naus et coll. « Protection after two doses of measles vaccine is independent of interval between doses », J Infect Dis, vol. 180, p. 187-190, 1999.
  • De Serres G, NJ Gay, C. Paddy et coll. « Epidemiology of transmissible diseases after elimination », American Journal of Epidemiology, vol. 151, no 1, p. 1039-1048, 2000.
  • Gay NJ, G. De Serres, CP Farrington et coll. « Elimination of measles from the United States: an assessment through basic surveillance data », J Infect Dis, vol. 189 (suppl 1), p. S36-42, 2004.
  • GlaxoSmithKline Inc. Monographie de produit – PRIORIX-TETRAMC. Mai 2010.
  • GlaxoSmithKline Inc. Monographie de produit – PRIORIX®. Novembre 2008.
  • Halsey, NA et SL Hyman. « Measles-mumps-rubella vaccine and autistic spectrum disorder: report from the New Challenges in Childhood Immunizations Conference convened in Oak Brook, Illinois, June 12-13, 2000. » Pediatrics, vol. 107, p. E84, 2001.
  • Institute of Medicine, Immunization Safety Review Committee (K. Stratton, A. Gable, P. Shetty et coll., éditeurs.). Measles-mumps-rubella vaccine and autism, Washington DC, National Academy Press, 2001.
  • Jadavji T, D. Scheifele et S. Halperin. « Thrombocytopenia after immunization of Canadian children, 1992 to 2001. » Pediatr Infect Dis J, vol. 22, no 2, p 119-122, 2003.
  • King A, P. Varughese, G. De Serres et coll. « Measles elimination in Canada. » J Infect Dis, vol. 189, Suppl. 1, p. S236-242, 2004.
  • Madse, KM, A. Hviid, M. Vestergaard et coll. « A population-based study of measles, mumps, and rubella vaccination and autism. » N Engl J Med, vol. 347, no 19, p. 1477-1482, 2002.
  • Mantadakis, E, E. Farmaki et GR Buchanan. « Thrombocytopenic purpura after measles-mumps-rubella vaccination: a systematic review and guidance for management. » J Pediatr, vol. 156, no 4, p. 623-628, 2010.
  • Markowitz L, P. Albrecht, WA Orenstein et coll. « Persistence of measles antibody after revaccination. » J Infect Dis, vol. 166, p. 205-208, 1992.
  • Merck Frosst Canada Ltée. Monographie de produit M-M-R® II, février 2009.
  • Miller E, N. Andrews, A. Grant et coll. « No evidence of an association between MMR vaccine and gait disturbance. » Arch Dis Child, vol. 90, no 3, p. 292-296, 2005.
  • Murch SH, A. Anthony, DH. Casson et coll. « Retraction. » Lancet, vol. 363, no 4411, p. 750, 2004.
  • Ratnam, S, R. West, V. Gadag et coll. « Immunity against measles in school aged children: implications for measles revaccination strategies. » Can J Public Health, vol. 87, p. 407-410, 1996.
  • Strauss, B et M. Bigham. « Le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) peut-il causer une maladie inflammatoire de l'intestin ou l'autisme? » Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 27, p. 65-72, 2001.
  • Talecris Biotherapeutics Inc. Monographie de produit – GamaSTAN®S/D, septembre 2006.
  • Taylor, B, E. Miller, R. Lingam et coll. « Measles, mumps and rubella vaccination and bowel problems or developmental regression in children with autism: population study. » Br Med J, vol. 324, no 7334, p. 393-396, 2002.

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]