Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

ARCHIVÉ - Maladie de Lyme

Avertissement Cette page a été archivée

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du CanadaLien externe, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

[Précédent][Table des matières][Prochaine]


À déclaration obligatoire à l’échelle nationale depuis : 2009

1.0 Déclaration à l’échelle nationale

Les cas confirmés et les cas probables de la maladie devraient être déclarés.

2.0 Type de surveillance

Déclaration systématique de chaque cas aux autorités fédérales

3.0 Classification du cas

3.1 Cas confirmé

Manifestations cliniques de la maladie avec confi rmation en laboratoire :

  • isolement de Borrelia burgdorferi dans un échantillon clinique approprié
    OU
  • détection d’ADN de B. burgdorferi par PCR
    OU

Manifestations cliniques de la maladie et antécédents de résidence ou de voyage dans une région endémique* et résultats de laboratoire indiquant une infection :

  • test sérologique positif selon les critères de l’approche en deux étapes (épreuve ELISA et d’immunotransfert) (se reporter à la section 4.0)

3.2 Cas probable

Manifestations cliniques de la maladie en l’absence de résidence ou de voyage dans une région endémique* et résultats de laboratoire indiquant une infection

  • test sérologique positif selon les critères de l’approche en deux étapes (épreuve ELISA et d’immunotransfert) (se reporter à la section 4.0)

OU
OU Érythème migrant observé par un clinicien en l’absence de résultats de laboratoire indiquant une infection, mais antécédents de résidence ou de voyage dans une région d’endémicité*

4.0 Laboratoire — Commentaires

Les critères relatifs aux tests sérologiques sont décrits dans les lignes directrices du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada. Les résultats sérologiques ne permettent de confirmer le diagnostic que chez les patients présentant un érythème migrant ou des manifestations cliniques objectives de maladie de Lyme disséminée ainsi que des antécédents de résidence ou de voyage dans une région endémique.

5.0 Manifestations cliniques

Les renseignements cliniques présentés ci dessous ne prétendent pas décrire la totalité des signes et des symptômes pouvant servir à poser un diagnostic clinique de maladie de Lyme. Les symptômes de la maladie de Lyme disséminée précoce ou tardive sont décrits dans les lignes directrices en matière de pratique clinique de l’Infectious Diseases Society of America. Les autres symptômes qui sont (ou que l’on croit) associés à la maladie de Lyme (notamment la maladie de Lyme dite « chronique » et les syndromes post maladie de Lyme) ne sont pas jugés suffi samment spécifi ques pour servir à la défi nition des cas à des fins de surveillance, qu’ils soient ou non causés par une infection à B. burgdorferi.

Les signes et symptômes suivants constituent les manifestations cliniques objectives de la maladie aux fins de la surveillance de la maladie de Lyme :

Érythème migrant : lésion cutanée érythémateuse expansive, de forme ronde ou ovale, ayant un diamètre supérieur à 5 cm, qui s’étend lentement sur une période de quelques jours à quelques semaines. L’érythème migrant apparaît un ou deux semaines (intervalle : 3 à 30 jours) après l’infection et peut durer jusqu’à huit semaines. Certaines lésions sont uniformément érythémateuses, tandis que d’autres présentent un éclaircissement central ou une forme annulaire distinctive. Aux membres inférieurs, la lésion peut être partiellement purpurique. Les signes d’inflammation aiguë ou chronique ne sont pas prédominants. Habituellement, la douleur, le prurit, l’oedème, la desquamation, l’exsudation ou la formation de croûtes, l’érosion ou l’ulcération sont peu importants, mais une certaine inflammation associée à la morsure de tique elle même peut être présente en plein centre de la lésion. Remarque : Une lésion cutanée érythémateuse présente alors que la tique vectrice est toujours fixée à la peau ou qui apparaît en moins de 48 heures après le retrait de la tique est probablement une réaction d’hypersensibilité à la morsure de tique (c. à d. un processus non infectieux), plutôt qu’un érythème migrant. Les réactions d’hypersensibilité à la morsure de tique ont généralement un diamètre < 5 cm, ont parfois un aspect urticarien et commencent habituellement à s’estomper au bout de 24 à 48 heures.

OU

Lorsqu’aucune autre explication ne peut être trouvée, les manifestations cliniques objectives de la maladie de Lyme disséminée sont les suivantes :

Neurologique :
Maladie de Lyme neurologique précoce : atteinte aiguë du système nerveux périphérique, comprenant une radiculopathie, une neuropathie crânienne, et une mononeuropathie multiple (atteinte multifocale de nerfs anatomiquement non reliés), et atteinte du SNC comprenant une méningite lymphocytaire et, rarement, une encéphalomyélite (inflammation du parenchyme cérébral et/ou de la moelle épinière accompagnée d’anomalies focales). La maladie de Lyme neurologique tardive peut se manifester par une encéphalomyélite, une neuropathie périphérique ou une encéphalopathie.
Musculosquelettique :
L’arthrite de Lyme est une forme monoarticulaire ou oligoarticulaire d’arthrite qui touche surtout le genou, mais peut aussi toucher d’autres grosses articulations ou l’articulation temporomandibulaire. Un épanchement important et démesuré par rapport à la douleur, est caractéristique. Non traitée, l’arthrite de Lyme est souvent intermittente et évolue par poussées d’inflammation articulaire pouvant durer de quelques semaines à quelques mois. Une inflammation persistante de la même articulation pendant 12 mois et plus constitue un tableau clinique inhabituel.
Cardiaque :
L’atteinte cardiaque associée à la maladie de Lyme comprend un bloc auriculo ventriculaire intermittent, souvent au niveau du noeud auriculo-ventriculaire (quoique le siège du bloc soit variable), et elle est parfois associée à une myopéricardite. Une cardite peut survenir aux premiers stades de la maladie.

6.0 Code(s) de la CIM

6.1 Code(s) de la CIM-10

A69

A69.2
Maladie de Lyme (Érythème migrateur chronique à Borrelia burgdorferi)

6.2 Code(s) de la CIM-9

7.0 Type de déclaration à l’échelle internationale

8.0 Commentaires

Ces définitions sont fournies à des fins de surveillance et de recherches épidémiologiques seulement et ne constituent pas des définitions de cas cliniques.

9.0 Références

Wormser, G.P., Dattwyler, R.J & Shapiro, E.D. et al. The clinical assessment, treatment, and prevention of Lyme disease, human granulocytic anaplasmosis, and babesiosis: clinical practice guidelines by the Infectious Diseases Society of America. Clin Infect Dis 2006; 43:1089-1134.

Réseau des laboratoires de santé publique du Canada. 2007. The laboratory diagnosis of Lyme borreliosis: Guidelines from the Canadian Public Health Laboratory Network. Can J Infect Dis Med Microbiol 2007;18:145-8

Date de la dernière révision :

mai 2008


* Par région d’endémicité, on entend une localité où la présence d’une population reproductrice des tiques vectrices Ixodes scapularis ou I. pacificus est reconnue et où il a été établi par des méthodes d’analyse moléculaire que ces tiques favorisaient la transmission de B. burgdorferi.

[Précédent][Table des matières][Prochaine]