Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

ARCHIVÉ - Rapport final et recommandations du groupe de travail National sur les maladies à déclaration obligatoire

Avertissement Cette page a été archivée

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du CanadaLien externe, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

Relevé des maladies transmissibles au Canada

le 1er octobre 2006  Volume 32  Numéro 19

[Table des matières][Prochaine]

J-A Doherty, MSc (1)

  1. Section des maladies à déclaration obligatoire, Division de la surveillance et de l'évaluation des risques, Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario).

Résumé

Le Groupe de travail national sur lesmaladies à déclaration obligatoire a effectué un classement de 48 maladies transmissibles pour aider à déterminer les priorités de la surveillance nationale. Le groupe de travail présente six recommandations précises concernant l'ajout de maladies transmissibles à la liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale, ou leur suppression.

Principales recommandations

  1. Il est recommandé d'ajouter la diarrhée à Clostridium difficile, l'empoisonnement marin paralysant et la listériose invasive à la liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale.

  2. Les nouvelles propositions concernant les maladies non recommandées à des fins de déclaration nationale comprennent l'hépatite E, le HTLV-1 et le HTLV-2.

  3. L'infection par le virus de la dengue devrait être supprimée de la liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale. (La dengue hémorragique devrait continuer d'être déclarée.)

  4. La maladie de Creutzfeldt-Jakob classique s'est classée bien en dessous du seuil d'inclusion; elle devrait cependant être gardée sur la liste, car la surveillance de la MCJ classique est essentielle à la surveillance efficace de la nouvelle variante de la maladie, et les provinces ainsi que les territoires consultés étaient grandement en faveur de son maintien sur la liste.

  5. Plusieurs maladies qui se sont classées près du seuil de déclaration devraient être gardées sur la liste, notamment :

    1. la brucellose, car même si elle ne présente pas une priorité élevée selon son profil endémique, il s'agit d'un agent de guerre biologique de catégorie B;

    2. la grippe confirmée en laboratoire, parce qu'elle est intégrée à une approche fonctionnelle et pratique de la surveillance;

    3. l'infection à streptocoque du groupe B parce que les autres systèmes de surveillance en milieu hospitalier ne décèlent pas encore une partie importante des cas.

  6. Les infections transmises par transfusion étaient inclassables selon le système actuel.

  7. L'approche de la déclaration de la dengue hémorragique, de la peste, des infections par le virus du Nil occidental et des autres fièvres hémorragiques virales devrait être conforme à celle visant les autres maladies à déclaration obligatoire (voir l'analyse);

  8. La faisabilité et l'utilité de la déclaration nationale des maladies transmissibles ayant une très forte incidence et une faible sévérité (p. ex., varicelle, norovirus) devraient être examinées avec soin, particulièrement lorsque cela entraîne la déclaration de peu ou d'aucune donnée individuelle par les autorités sanitaires. Le groupe de travail recommande d'exercer une surveillance de ces maladies, mais de ne pas exiger la déclaration au cas par cas au niveau national. Parmi les autres approches pouvant être envisagées pour le suivi des tendances pourraient figurer le dénombrement des éclosions dans le cas du norovirus ou le recours à la surveillance sentinelle, à la surveillance en laboratoire ou aux événements de facturation par des médecins dans le cas de la varicelle.

Tableau 1 : Liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale (selon l'exercice d'établissement des priorités)

Paralysie flasque aiguë

Sida

Charbon - à déclaration obligatoire à l'OMS

Botulisme - à déclaration obligatoire à l'OMS

Brucellose

Campylobactériose

Varicelle

Chlamydiose, génitale

Choléra - à déclaration obligatoire à l'OMS

Diarrhée à Clostridium difficile

Maladie de Creutzfeldt-Jakob, classique

Maladie de Creutzfeldt-Jakob, nouvelle variante

Cryptosporidiose

Infection à Cyclospora

Diphtérie

Giardiase

Gonorrhée

Maladie à streptocoque du groupe B chez le nouveau-né

Syndrome pulmonaire dû à l'hantavirus

Hépatite A

Hépatite B

Hépatite C

Virus de l'immunodéficience humaine

Grippe, confirmée en laboratoire

Grippe (nouveau sous-type) - à déclaration obligatoire à l'OMS

Maladie invasive à streptocoque du groupe A

Infection invasive par Haemophilus influenzae de type B

Méningococcie invasive - à déclaration obligatoire à l'OMS

Pneumococcie invasive

Légionellose

Lèpre

Listériose

Maladie de Lyme

Paludisme

Rougeole

Oreillons

Infection à norovirus

Empoisonnement marin paralysant

Coqueluche

Peste (pneumonique) - à déclaration obligatoire à l'OMS

Peste - tous les types à déclaration obligatoire au Relevé national des maladies à déclaration obligatoire

Poliomyélite (type sauvage) - à déclaration obligatoire à l'OMS

Rage

Rubéole

Rubéole, congénitale

Salmonellose

Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) - à déclaration obligatoire à l'OMS

Shigellose

Variole - à déclaration obligatoire à l'OMS

Syphilis, toutes catégories

Tétanos

Tuberculose

Tularémie - à déclaration obligatoire à l'OMS

Fièvre typhoïde

E. coli producteur de vérotoxine

Fièvres hémorragiques virales - à déclaration obligatoire à l'OMS

Crimée-Congo
dengue
Ebola
Lassa
Marburg
Vallée du Rift

Infection par le virus du Nil occidental

Fièvre jaune - à déclaration obligatoire à l'OMS

Introduction

Les maladies transmissibles deviennent « à déclaration obligatoire » dans les provinces et territoires du Canada en application de la législation provinciale et territoriale. L'obligation de déclarer une maladie transmissible donnée vise à faciliter le suivi ainsi que la mise en oeuvre des mesures de lutte contre la maladie par le personnel de la santé publique. La liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle du Canada a été publiée, et elle est révisée de façon périodique1,2. Cette liste aide à promouvoir l'uniformité et la synergie entre les efforts déployés par les provinces et territoires ainsi que la conformité aux exigences internationales en matière de déclaration. L'épidémiologie changeante des maladies infectieuses exige l'examen et la modification périodiques de la liste.

Méthodes

Le Groupe de travail national sur les maladies à déclaration obligatoire réunit des épidémiologistes et des experts des laboratoires des provinces et des territoires ainsi que de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) (annexe 1). Ce groupe est issu du Comité des normes de surveillance des maladies transmissibles, qui était déjà en place, et est composé de membres du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada ainsi que du Réseau de lutte contre les maladies transmissibles, nouvellement mis sur pied. Les deux derniers groupes sont composés de groupes d'experts du réseau canadien de la santé publique.

Le groupe a adapté un système de classement préalablement élaboré pour les maladies à déclaration obligatoire1-4. Le système de classement est présenté en détail à l'annexe 2. Des modifications importantes ont été apportées par rapport à l'approche précédente, notamment :

  • L'élaboration de lignes directrices précises pour le classement à l'intérieur de chaque critère. Par exemple, le classement de l'incidence a été fondé sur les taux connus de déclaration pour les maladies transmissibles et en fonction du quartile de distribution;

  • Aucune cote numérique n'a été attribuée pour les maladies à déclaration obligatoire à l'échelle internationale. Celles-ci étaient plutôt intégrées automatiquement à la liste finale pour que le Canada respecte les exigences internationales;

  • Certains critères ont été élargis. Par exemple, un ancien critère, « L'intérêt d'Agriculture Canada », a été élargi à « L'intérêt pour les programmes nationaux et internationaux de réglementation et de prévention ». De même, le « caractère évitable par la vaccination » a été élargi au « caractère évitable » de façon à ne pas prendre parti pour une forme d'intervention, bien que les maladies évitables par la vaccination se soient classées à un rang élevé en fonction de ce critère.

Le groupe de travail a examiné chaque maladie devenue à déclaration obligatoire à l'échelle nationale en 2000, ainsi que les maladies dont on suggérait l'ajout à la liste, selon un ensemble précis de critères de classement (annexe 2). Le processus d'examen consistait en un classement initial effectué par des sous-groupes comprenant au moins un épidémiologiste et un expert de laboratoire, puis en un examen en plénière. Les sous-groupes ont effectué ce travail de cotation et de classement sans connaître les classements précédents (ayant eu lieu en 2000). Lors de l'examen en plénière, le groupe a recherché et a corrigé tout écart important dans l'application des lignes directrices aux critères.

Résultats

Après avoir mis de côté les 12 maladies transmissibles à déclaration obligatoire à l'échelle internationale, 48 autres maladies ont été examinées. Le résumé des résultats du classement se trouve au tableau 2.

Les 12 maladies à déclaration obligatoire à l'échelle internationale ont été automatiquement intégrées à la liste finale sans être classées. Il s'agit du charbon, du botulisme, du choléra, de la grippe (nouveau sous-type), de la méningococcie invasive, de la peste pneumonique, de la poliomyélite, du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), de la variole, de la tularémie, des fièvres hémorragiques virales et de la fièvre jaune. (La déclaration obligatoire générale de la peste fait l'objet d'une analyse ci-dessous.)

Dans le cas des maladies transmissibles classées selon les critères, les cotes variaient de 12 à 34, avec une médiane de 24,5 et un mode de 27 (voir le tableau 2). Après un examen attentif des caractéristiques des maladies classées, le groupe de travail a déterminé par consensus que « 18 » représenterait la valeur seuil pour l'inclusion dans la liste des maladies à déclaration obligatoire. L'objectif n'était pas d'en faire une règle absolue mais, plutôt, une ligne directrice pour permettre la reconnaissance des maladies transmissibles se trouvant près du seuil d'inclusion en tant que maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale et qui doivent faire l'objet d'analyses plus approfondies. Cinq questions précises demandaient une analyse plus approfondie et un consensus plus large au palier du réseau canadien de la santé publique (voir Analyse).

Tableau 2. Résultats de l'exercice d'établissement des priorités : les maladies selon leur cote

Cote

Maladie

34

Virus de l'immunodéficience humaine

32

Diphtérie

30

Infection par le virus du Nil occidental

29

Diarrhée à Clostridium difficile (NOUVEAU)

29

Grippe, confirmée en laboratoire

29

Peste

28

E. coli producteur de vérotoxine

27

Sida

27

Hépatite A

27

Hépatite B

27

Hépatite C

27

Rougeole

27

Oreillons

27

Rage

27

Tuberculose

26

Pneumococcie invasive

26

Salmonellose

25

Maladie de Creutzfeldt-Jakob, nouvelle variante

25

Listériose (NOUVEAU)

25

Coqueluche

25

Rubéole, congénitale

25

Syphilis, toutes catégories

25

Fièvre typhoïde

24

Varicelle

24

Chlamydiose, génitale

24

Gonorrhée

24

Syndrome pulmonaire dû à l'hantavirus

24

Infection invasive à Haemophilus influenzae de type B

24

Légionellose

24

Shigellose

23

Rubéole

23

Tétanos

22

Maladie invasive à streptocoque du groupe A

22

Lèpre

22

Paludisme

20

Paralysie flasque aiguë

20

Campylobactériose

20

Cryptosporidiose

20

Giardiase

20

Infection à norovirus (NOUVEAU)

19

MaladiedeLyme(NOUVEAU)

19

Empoisonnement marin paralysant (NOUVEAU)

18

Infection à Cyclospora

18

Maladie à streptocoque du groupe B chez le nouveau-né

17

Dengue (devenue une maladie déclarée en vertu du Règlement sanitaire international)

17

HTLV-1 et HTLV-2 (NOUVEAU)

16

Brucellose

14

Hépatite E (NOUVEAU)

12

Maladie de Creutzfeldt-Jakob, classique

Impossible à classer

Infections transmises par transfusion (NOUVEAU)


Maladie

Maladie déclarée en vertu du Règlement sanitaire international de l'OMS
(en vigueur en mai 2007)

Charbon

Botulisme

Choléra

Grippe (nouveau sous-type)

Méningococcie invasive

Peste (pneumonique) - tous les types seront à déclaration obligatoire au Relevé national des maladies à déclaration obligatoire

Poliomyélite (type sauvage)

SRAS

Variole

Tularémie

Fièvres hémorragiques virales

Crimée-Congo

Dengue

Ebola

Lassa

Marburg

Vallée du Rift

Fièvre jaune


Trois nouvelles maladies se sont classées parmi celles dont la déclaration sera recommandée :

  • Diarrhée à Clostridium difficile
  • Empoisonnement marin paralysant
  • Listériose invasive

Les maladies figurant auparavant sur la liste ou nouvellement proposées qui se trouvaient sous le seuil d'inclusion étaient les suivantes :

  • Maladie de Creutzfeldt-Jakob classique
  • Dengue
  • Infection par le virus de l'hépatite E
  • HTLV-1
  • HTLV-2

Analyse


Plusieurs questions méritant une mention particulière ont été soulevées lors de ce processus.

La « liste B des agents de guerre biologique » et l'inclusion automatique en tant que maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale

En fonction de ses caractéristiques endémiques à long terme, la brucellose n'a pas obtenu une cote assez élevée pour être intégrée à la liste. Plus particulièrement, le groupe de travail a déterminé que l'incidence au Canada, la transmissibilité, le risque d'éclosion, la perception du risque et l'apparence de changement étaient très faibles comparativement aux autres maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale. Le fait que cette maladie figure sur la « liste B » des agents de guerre biologique possibles constitue un élément important, et le groupe de travail recommande que la brucellose soit considérée comme une maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale.

Peste

Toutes les formes d'infection par Yersinia pestis, qu'il s'agisse de la forme pulmonaire, bubonique ou autre, ont obtenu un classement suffisamment élevé pour justifier leur inclusion dans la liste. Le groupe de travail recommande que l'affection à déclaration obligatoire à l'échelle internationale qu'est la peste pneumonique soit considérée comme un sous-ensemble de la catégorie générale plutôt que comme une entité distincte. D'un point de vue pratique, on s'attend à ce que la communication entre l'ASPC et une province ou un territoire déclarant des cas de peste humaine se fasse de façon systématique et qu'il soit indiqué de façon suffisamment précise quels cas sont des cas de peste pneumonique devant faire l'objet d'une déclaration obligatoire à l'échelle internationale.

Questions pratiques entourant la déclaration des maladies dont l'incidence est élevée : varicelle, grippe confirmée en laboratoire et infections à norovirus

Ces maladies ont obtenu une cote suffisamment élevée pour qu'on envisage leur déclaration. Cependant, leur très forte incidence exige un examen pratique de la façon dont elles seront déclarées afin d'éviter que le personnel de la santé publique ne soit enterré sous une montagne de rapports, ce qui se solderait par une intervention réduite, voire aucune intervention au cas par cas.

Les cas de varicelle deviendront bientôt un indicateur essentiel de la réussite des vastes programmes de vaccination contre cette maladie. Cependant, en 2006, il se peut que la déclaration au cas par cas ne soit pas encore possible dans toutes les compétences. La situation actuelle est la suivante : certaines compétences n'effectuent aucune déclaration, d'autres déclarent des chiffres agrégés à divers intervalles et quelques-unes font une déclaration au cas par cas.


Au lieu d'exiger une déclaration au cas par cas, il est plus pratique de chercher à obtenir de l'information auprès des unités de santé sentinelles, des médecins sentinelles, ou en se fondant sur les hospitalisations liées à cette maladie et sur la facturation par les médecins.

Les cas de grippe confirmée en laboratoire demeurent une petite minorité des infections grippales et servent vraiment à renseigner le programme de Surveillance de l'influenza ou d'autres initiatives sur la distribution des souches en circulation au sein de la population. Comme il s'agit d'un programme en vigueur, qui semble avoir passé avec succès le test de la faisabilité logistique, le groupe de travail n'a pas de préoccupations importantes, tant que le volume d'épreuves de laboratoire n'augmente pas de façon spectaculaire. Dans l'éventualité d'une pandémie établie, on ne devrait pas s'attendre à recevoir des déclarations continues au cas par cas de la part des laboratoires, car cela ne serait pas faisable du point de vue logistique.

Même si les infections à norovirus ont obtenu une cote de 20, il serait plus réaliste de suivre les éclosions d'infection à norovirus à l'aide d'outils de surveillance des éclosions que de tenter une déclaration au cas par cas.

De façon générale, lorsqu'une maladie transmissible d'intérêt a une très forte incidence au Canada et une faible sévérité, la faisabilité et l'utilité de la déclaration nationale devraient être soigneusement examinées, particulièrement lorsque la déclaration n'entraîne que peu, voire pas du tout, d'intervention au cas par cas de la part des autorités sanitaires. Les données concernant ces maladies transmissibles pourraient être recueillies à l'aide d'autres moyens.

Maladies transmissibles chevauchant le seuil : infection à streptocoque du groupe B chez le nouveau-né et infection à Cyclospora

L'infection à streptocoque du groupe B chez le nouveau-né a obtenu une cote de 18 - le seuil d'inclusion. Après examen de la couverture par le Système canadien de surveillance pédiatrique, le groupe de travail a conclu que la déclaration de l'infection à streptocoque du groupe B chez le nouveau-né était toujours nécessaire.

L'infection à Cyclospora obtient également une cote limite de 18. Le groupe de travail a dit craindre que l'infection devienne un problème grandissant en raison de nos pratiques en matière d'importation de produits. La déclaration aux services de santé publique demeure la principale méthode de surveillance. Les enquêtes sur les éclosions constituent un important moyen d'intervenir pour réduire la morbidité et guider les autorités réglementaires. Par conséquent, le groupe de travail recommande que l'infection à Cyclospora demeure sur la liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale.

Examen des définitions larges ou imprécises de cas

Les critères établis fonctionnent relativement bien pour les infections définies avec précision causées par des micro-organismes identifiables et nommés; cependant, on a demandé au groupe de travail d'examiner, à des fins d'inclusion, plusieurs entités pour lesquelles ce n'était pas le cas.

La vaste catégorie des « Maladies causées par des toxines préformées présentes dans l'eau et les aliments » a fait l'objet d'un examen. Dans l'ensemble, cette catégorie ne s'est pas classée à un niveau élevé et constituait une cible « floue » pour l'exercice des critères de classement. Cette catégorie pourrait comprendre une vaste gamme de maladies causées par des enterotoxines préformées provenant de divers organismes, maladies ayant un impact essentiellement temporaire, et ne présentant aucun risque de propagation secondaire. Ces éclosions ont déjà été portées à l'attention des autorités sanitaires locales à des fins d'enquête (généralement en tant qu'éclosions entériques, sans précision). À l'opposé, l'empoisonnement marin paralysant, comme le botulisme, est une intoxication possiblement mortelle, et sa déclaration donne lieu tant à une intervention en santé publique, pour limiter toute consommation ultérieure des bivalves en cause, qu'à un examen des règlements et des affichages en matière de pêche. Ainsi, le groupe de travail a modifié cet ajout suggéré, en retenant la formulation « empoisonnement marin paralysant », puis a recommandé son inclusion à la liste des maladies à déclaration obligatoire.

Les fièvres hémorragiques virales constituent également une vaste catégorie, mais elles sont moins problématiques parce que la définition de cas contient une liste d'agents précis, et que le syndrome est généralement reconnaissable en plus d'être universellement préoccupant. L'ajout de maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale inscrites séparément en tant que sous-codes des fièvres hémorragiques virales plutôt que comme éléments distincts et redondants devrait être envisagé (p. ex., fièvre de la vallée du Rift). De plus, bien que le groupe de travail recommande que les infections de type dengue, en général, soient retirées de la liste des maladies à déclaration obligatoire, il est suggéré que la dengue hémorragique demeure à déclaration obligatoire en tant que sous-code précis des fièvres hémorragiques virales.

Le groupe de travail n'a pas jugé qu'il était possible d'appliquer les critères aux « infections transmises par transfusion » suggérées. Il a remarqué ce qui suit :

  • Le fonctionnement du système des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale exige des définitions de cas raisonnablement précises et utilisables;

  • Une telle définition n'était pas disponible au moment de l'examen;

  • La grande majorité des infections mises en cause dans les maladies d'origine transfusionnelle sont elles-mêmes à déclaration obligatoire.

Le groupe de travail a établi que les infections causées par le virus du Nil occidental devraient faire partie des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale. Cela demeure vrai même pour les infections asymptomatiques à l'heure actuelle tant en raison de leur rôle dans l'annonce de l'arrivée du virus au sein de nouvelles populations humaines que de leur importance dans l'évaluation des risques pour l'approvisionnement en sang. D'autre part, le fait de retenir pour le VNO trois entités à déclaration obligatoire distinctes (syndrome neurologique lié au virus du Nil occidental, infection symptomatique par le virus du Nil occidental et infection asymptomatique par le virus du Nil occidental) était contraire à la logique interne de la liste des maladies à déclaration obligatoire. Par conséquent, le groupe de travail a recommandé que tous les cas confirmés d'infection par le virus du Nil occidental soient à déclaration obligatoire et que les trois catégories décrites soient présentées en tant que sous-codes de la maladie infectieuse de sorte que, par exemple, il soit toujours possible d'évaluer le fardeau relatif des syndromes neurologiques.

Comparaison avec le classement précédent

Le classement relatif des maladies infectieuses déjà évaluées en 2000 concordait, de façon générale, avec l'exercice actuel. Étant donné que le système de classement a été modifié dans l'intention d'accroître son objectivité, ce qui a entraîné des changements précis aux critères et à la façon dont les maladies transmissibles sont classées, on ne devrait pas s'attendre à une concordance étroite de la cote absolue d'une maladie transmissible particulière entre 2000 et 2005. De plus, le groupe de travail a fait ressortir que la cote absolue d'une maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale n'est pas aussi importante que sa position dans le classement de toutes les maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale par rapport à la valeur seuil.

Limites

  • L'information fournie par les systèmes de déclaration sera moins que complète pour certaines maladies et pourrait entraîner un mauvais classement sur « l'échelle de l'incidence »;

  • On ne disposait pas des chiffres concernant le coût par cas à l'échelle du système de soins de santé ou de la société pour guider le classement selon le fardeau socio-économique;

  • Lors de l'essai pilote de ce système, le groupe de travail a remarqué une étroite concordance du classement général entre les divers observateurs, malgré une certaine variation entre les valeurs attribuées pour chaque critère. Aucune vaste évaluation de la variabilité interobservateur n'a été effectuée.

  • Le système de classement ne peut s'appliquer parfaitement à toutes les maladies transmissibles. Les diverses particularités de chaque maladie transmissible ont été prises en compte lors de la détermination de la cote finale;

  • Le classement hiérarchique obtenu pour chaque maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale ne doit pas être interprété comme un classement hiérarchique de l'importance de chaque maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale;

  • On s'attendra à ce que la cote d'une maladie infectieuse donnée change au fil du temps en raison d'un certain nombre de variables épidémiologiques et biologiques de la maladie.

Prochaines étapes

Le Sous-comité sur la normalisation des laboratoires du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada a travaillé à la mise à jour d'un document liant les définitions de cas aux méthodes actuelles de diagnostic en laboratoire, aux normes connexes et aux exigences en matière de compétence. Le Réseau de lutte contre les maladies transmissibles, avec ses groupes d'expert, examinera les définitions épidémiologiques de cas. La nouvelle liste des maladies à déclaration obligatoire à l'échelle nationale entrera en vigueur dès la publication des définitions de cas. Les épidémiologistes et les directeurs de laboratoire provinciaux veilleront à ce qu'elle soit distribuée aux organismes de santé publique de chaque province et territoire. Les membres du personnel de l'ASPC et leurs homologues provinciaux veilleront à ce que les normes de déclaration et les systèmes existants soient configurés en fonction de la nouvelle liste.

Références

  1. Formulation de buts, de méthodes et de priorités pour le programme canadien de surveillance des maladies transmissibles. RMTC 1991;17:79-84.

  2. Doherty J. Establishing priorities for national communicable disease surveillance. Can J Infect Dis 2000;11:21-4.

  3. Carter A. National Advisory Committee on Epidemiology SubCommittee. Establishing goals, techniques and priorities for national communicable disease surveillance. Can J Infect Dis 1991;2:37-40.

  4. Carter AO. Setting priorities: The Canadian experience in communicable disease surveillance. MMWR 1992;41(Suppl):79-84.

haut de la page

Annexe 1 : Composition du groupe de travail

  1. Dr David Patrick
    Directeur, Epidemiology Services
    BC Centre for Disease Control
    655 West 12th Ave., Rm 2104
    Vancouver (Colombie-Britannique) V5Z 4R4

  2. Mme Jo-Anne Doherty
    Gestionnaire, Section des maladies à déclaration obligatoire
    Division de la surveillance et de l'évaluation des risques
    Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses
    Agence de la santé publique du Canada
    Indice de l'adresse : 0602B, Pré Tunney
    Ottawa (Ontario) K1A 0L2

  3. Dr Robert Pless
    Gestionnaire, Programme d'élaboration de normes de surveillance
    Division de la formation et applications de la santé publique
    Centre de coordination de la surveillance, Agence de santé
    publique du Canada
    120, chemin Colonnade
    Ottawa (Ontario) K1A 0K9

  4. Mme Carole Scott
    Agente de surveillance, Section des maladies à déclaration
    obligatoire, Division de la surveillance et de l'évaluation des risques
    Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses
    Agence de la santé publique du Canada
    Indice de l'adresse : 0602B, Pré Tunney
    Ottawa (Ontario) K1A 0L2

  5. Dre Faith Stratton
    Directrice, Disease Control & Epidemiology
    Department of Health
    Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador
    P.O. Box 8700
    St. John's (Terre-Neuve) A1B 4J6

  6. Dr Paul Van Caeseele
    Directeur de laboratoire
    Laboratoire provincial de Cadham
    C. P. 8450, Winnipeg (Manitoba) R3C 3Y1

  7. Dr André Corriveau
    Médecin hygiéniste en chef, Department of Health and
    Social Services
    Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
    P.O. Box 1320
    Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2L9

  8. Dr Sam Ratnam
    Directeur, Newfoundland Public Health Laboratory
    The Leonard A. Miller Centre for Health Services
    100 Forest Road, P.O. Box 8800
    St. John's (Terre-Neuve) A1B 3T2

  9. Dr Amin Kabani
    Médecin principal
    Laboratoire national de microbiologie
    Agence de la santé publique du Canada
    1015, avenue Arlington
    Winnipeg (Manitoba) R3C 3P6

  10. Dre Monique Douville-Fradet
    Médecin spécialiste
    Risques biologiques, environnementaux et occupationnels
    Institut national de santé publique du Québec
    2400, rue d'Estimauville
    Beauport (Québec) G1E 7G9

  11. Mme Shirley Paton
    Chef, Division des infections nosocomiales et du travail
    Division de l'hémovigilance et des infections acquises en milieu de
    soins de santé
    Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses
    Agence de la santé publique du Canada
    Indice de l'adresse : 0601E2, Pré Tunney
    Ottawa (Ontario) K1A 0L2

  12. Mme Leanne DeWinter
    Agente, Élaboration des normes
    Réseau des laboratoires de santé publique du Canada
    Laboratoire national de microbiologie
    Agence de la santé publique du Canada
    1015, avenue Arlington
    Winnipeg (Manitoba) R3E 3R2

  13. Dr Theodore Kuschak
    Gestionnaire, Réseau des laboratoires de santé publique du Canada
    Laboratoire national de microbiologie
    Agence de la santé publique du Canada
    1015, rue Arlington,Winnipeg (Manitoba) R3E 3P6

  14. Dr Graham Tipples
    Directeur, Services de surveillance et de référence
    Laboratoire national de microbiologie
    Agence de la santé publique du Canada
    1015, avenue Arlington,Winnipeg (Manitoba) R3E 3R2

haut de la page

Annexe 2 : critères et lignes directrices de classement

1. Programmes nationaux et internationaux de réglementation et de prévention

Ce critère vise à déterminer si les maladies présentent un intérêt pour les organismes, tels que les autorités réglementaires, ayant besoin de données de surveillance des maladies susceptibles de guider les programmes de prévention ou de réglementation. Parmi ces organismes figurent notamment Agriculture Canada, la Société canadienne du sang et l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le caractère « urgent » d'une intervention directe en santé publique devrait aussi être pris en compte lors de l'établissement d'une cote en fonction de ce critère. De plus, le critère intègre une partie du Règlement sanitaire international de l'OMS et la liste des maladies d'intérêt pour le Département des maladies transmissibles : Surveillance et riposte aux maladies de l'OMS. Les maladies d'intérêt à cet égard sont l'infection par le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift, la dengue et la méningococcie invasive.

Critère no 1 : Maladies d'intérêt pour les organismes, afin de guider les programmes de prévention et de réglementation

0

aucun intérêt pour les programmes nationaux ou internationaux de réglementation ou de prévention

2

intérêt pour les organismes de réglementation ou le Département des maladies transmissibles : Surveillance et riposte aux maladies de l'OMS (mais pas à déclaration obligatoire à l'échelle internationale)

3

maladie émergente - il est possible d'élaborer des programmes nationaux de prévention si les données sont disponibles (et, autrement, les données ne seraient ni disponibles ni obtenues en temps utile)

4

maladies pouvant être directement prévenues par la déclaration obligatoire (autrement, le problème ne serait pas reconnu suffisamment rapidement pour permettre une intervention)

2. Incidence au Canada

Il s'agit de l'incidence moyenne sur cinq ans, divisée en quartiles, et de l'« incidence critique », pour laquelle un seul cas serait important (p. ex., variole). Les repères sont fondés sur le taux moyen maximal sur cinq ans des maladies à déclaration obligatoire actuelles (données des provinces et territoires qui déclarent les cas, seulement).

Critère no 2 : Incidencemoyenne sur 5 ans

0

aucun cas déclaré

1

plus de 0, mais 0,2/100 000 ou moins par année

2

plus de 0,20, mais 0,38/100 000 ou moins

3

plus de 0,38, mais 5,62/100 000 ou moins

4

plus de 5,62/100 000

5

« incidence critique »

3. Sévérité

Ce critère combine les critères de morbidité, de mortalité et de taux de létalité anciennement séparés. Les données disponibles sont recueillies et résumées pour appuyer le système de classement. On a recours à l'opinion éclairée d'un expert pour créer et appliquer la structure de cotation pour ce critère.

Critère no 3 : Sévérité

1

maladie de courte durée et/ou rétablissement complet dans la majorité des cas, et/ou taux de létalité = 0 %

2

maladie de courte ou de longue durée et/ou long rétablissement dans certains cas, et/ou taux de létalité = 0 % à 1 %

3

incapacité de longue durée et/ou rétablissement rare, et/ou décès probable, et/ou taux de létalité = 1 % à 10 %

4

maladie sévère et/ou décès probable, et/ou taux de létalité = 10 % à 100 %

4. Transmissibilité et propagation possibles au sein de la population générale

Critère fondé sur l'efficacité de la transmission de personne à personne, de la transmission de l'animal à l'humain ou encore de la transmission à l'humain par le biais des aliments, de l'eau ou de l'environnement.

Critère no 4 : Transmissibilité et propagation possibles au sein de la population générale

0

non transmissible

1

faible transmissibilité : exige une dose infectieuse très élevée; instables dans l'environnement; rarement transmise même à des contacts étroits (p. ex., contacts sexuels); organisme entérique qui n'est pas réputé être transmis de personne à personne

2

transmissibilité faible à moyenne : transmissible à des contacts très étroits seulement; pathogènes des voies respiratoires exigeant un contact prolongé (p. ex., dormir dans une même pièce); entéropathogènes pouvant être transmis par les aliments ou l'eau s'ils y sont présents à forte dose, ou (dans le cas de la transmission de personne à personne) nécessitant un contact identifiable avec des matières fécales

3

transmissibilité moyenne : transmissible par simples contacts; pathogènes des voies respiratoires transmis par des gouttelettes et pouvant être transmis aux personnes présentes dans le même lieu que le cas pendant plusieurs heures; entéropathogènes pouvant être transmis par les aliments même à faible dose OU pouvant être transmis de personne à personne sans contact identifiable avec des matières fécales (p. ex., hépatite A, infection à Shigella)

4

transmissibilité élevée : pathogènes des voies respiratoires qui sont transmis par de fins aérosols, qui sont possiblement transmis à quiconque est présent dans le même lieu que le cas

5. Risque d'éclosions

Critère fondé sur la capacité de provoquer des éclosions. Tient compte du nombre d'éclosions et de la taille de celles-ci.

Critère no 5 : Risque d'éclosions

0

aucun risque d'éclosion

1

au moins une éclosion passée consignée dans la littérature

2

de petites éclosions peu fréquentes sont possibles; faible transmissibilité; faible taux d'exposition

3

des éclosions importantes ou fréquentes sont possibles; facilement transmissible; une grande partie de la population est potentiellement exposée et susceptible

4

capacité de provoquer une éclosion importante, étendue, continue et dévastatrice; très facilement transmissible; longue période de transmissibilité; possibilité d'exposition généralisée; haut degré de susceptibilité

6. Fardeau socio-économique

Les maladies et affections ont été classées de façon subjective selon les coûts pour la société associés à chaque cas de maladie, notamment les programmes de vaccination, les incapacités prolongées, les soins extra-hospitaliers et les années potentielles de vie perdues.

Critère no 6 : Fardeau socio-économique

1

faible coût pour le système de soins de santé, aucune incapacité

2

coût faible à moyen, incapacité variant de rare à plutôt courante

3

coût moyen à élevé, handicap plus probable

4

coût élevé pour le système de soins de santé et incapacité importante

7. Caractère évitable

Critère appliqué de façon subjective, selon l'efficacité (y compris le rapport risques/avantages) des mesures de prévention disponibles, notamment les vaccins.

Critère no 7 : Caractère évitable

0

aucune mesure de prévention

1

mesure de prévention disponible, mais faible efficacité

2

mesure de prévention ayant une efficacité modérée et des effets indésirables importants

3

mesure de prévention ayant une efficacité modérée et des effets indésirables faibles

4

mesure de prévention ayant une efficacité élevée et des effets indésirables faibles

8. Perception du risque

Critère appliqué de façon subjective, en fonction des divers aspects de la perception du risque pour la santé personnelle associé au fait d'être atteint de la maladie, y compris l'attention des médias, l'instantanéité de l'effet de la maladie, le degré de peur, le mécanisme inconnu ou incertain de la maladie, le caractère redouté par opposition à familier, le fait de toucher principalement les enfants, le caractère « identifiable » des victimes et le fait de ne pouvoir être maîtrisée par le public. Ce critère ne mesure pas la perception publique du risque de contracter la maladie; cet aspect est abordé par les critères touchant le caractère évitable et la transmissibilité.

Critère no 8 : Perception du risque

1

perception du risque de nulle à faible

2

perception du risque de faible à moyenne

3

perception du risque de moyenne à élevée

4

perception élevée du risque ou situation de « crise » perçue lorsque des cas sont signalés

9. Nécessité d'une intervention de la santé publique

Critère appliqué de façon subjective, en fonction de la nécessité et de l'efficacité d'une intervention de la part des autorités sanitaires afin de prévenir d'autres cas de la maladie, p. ex., prise en charge des cas et des contacts.

Critère no 9 : Nécessitéd'une interventionde la santé publique

1

pas assez important pour que la santé publique soit informée d'un cas

1

déclaration de cas importante seulement pour décrire les tendances

2

déclaration de cas importante pour détecter les éclosions exigeant une enquête

3

déclaration de cas importante pour détecter les éclosions de cas et enquêter sur les contacts devant faire l'objet d'une intervention immédiate pour prévenir les décès ou les issues graves

4

un seul cas peut être perçu comme une éclosion et nécessiter un suivi immédiat

10. Augmentation apparente de l'incidence ou modification des tendances au cours des 5 dernières années

Critère appliqué de façon subjective, selon que la maladie a semblé être émergente ou réémergente et selon que la maladie a subi un changement ou qu'un changement est prévu. Tient compte des facteurs suivants : maladie apparue depuis peu ou événement inattendu ou inhabituel et facteurs pouvant modifier les caractéristiques cliniques et/ou épidémiologiques de la maladie, comme des changements touchant les caractéristiques démographiques, la capacité de propagation rapide, la résistance aux antibiotiques, l'apparition ou la réapparition de la maladie, les groupes vulnérables ou les regroupements de personnes susceptibles, les facteurs environnementaux ou climatiques et les changements survenus dans l'écologie des vecteurs.

Critère no 10 : Tendances en hausse ou changeantes

0

a été stable au cours des 5 dernières années

1

a subi des changements lents au cours des 5 dernières années

2

a subi un changement modéré au cours des 5 dernières années

3

a subi d'énormes changements au cours des 5 dernières années

4

maladie nouvelle, émergente, de très grande importance pour la santé publique


[Table des matières][Prochaine]