Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

ARCHIVÉ - Supplément - Compte rendu de l'atelier sur la coqueluche du laboratoire national de microbiologie

Avertissement Cette page a été archivée

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du CanadaLien externe, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

Supplément Compte rendu de l'atelier sur la coqueluche du laboratoire national de microbiologie national de microbiologie

Winnipeg (Manitoba)
le 7 mars 2006

Volume : 32S4 - Novembre 2006

Version PDF PDF
24 pages (572 KB)

Table des matières

Sommaire

En 2002, on a tenu une conférence de concertation sur la coqueluche dans le cadre de laquelle une série de recommandations relativement au diagnostic et à la surveillance en laboratoire ont été formulées. L'atelier tenu le 7 mars 2006 par le Laboratoire national de microbiologie avait pour but de réunir des experts canadiens de la coqueluche et de leur permettre d'examiner les recommandations formulées en 2002. Également, de discuter des questions liées au diagnostic en laboratoire et à la caractérisation des souches à des fins de surveillance. Au nombre de 21, les participants à l'atelier venaient de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador, du Québec, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, de l'Alberta, de la Colombie- Britannique et des États-Unis. Ils oeuvraient dans le milieu universitaire, dans des laboratoires fédéraux, provinciaux et hospitaliers et dans l'industrie.

L'atelier sur la coqueluche avant pour objectif de permettre : 1) la formulation de recommandations sur un éventuel système de diagnostic en laboratoire, 2) la formulation de recommandations sur un éventuel système de surveillance de la coqueluche en laboratoire et 3) l'élaboration d'un plan d'action pour la mise en oeuvre de ces recommandations. Les premiers exposés ont donné un aperçu de la situation de la coqueluche au Canada en regard des aspects suivants : surveillance de la maladie à l'échelle nationale, diagnostic de la coqueluche par PCR et au moyen de techniques sérologiques, caractérisation en laboratoire de l'agent pathogène responsable de la coqueluche et enquête sur les récents cas de coqueluche à Toronto. Les exposés qui ont suivi portaient sur les activités du Laboratoire national de microbiologie (LNM) en ce qui concerne les maladies bactériennes évitables par la vaccination et sur les défis que doivent relever les réseaux de laboratoires de santé publique à l'échelle régionale et à l'échelle mondiale. L'atelier comprenait des exposés et des discussions de groupe.

Recommandations

Voici un résumé des recommandations formulées au cours de l'atelier sur la coqueluche :

  1. Recommandations relatives à un éventuel système de diagnostic en laboratoire :

    • 1.1 Il faut favoriser le recours à la PCR pour diagnostiquer la coqueluche et rendre cette technique largement accessible au Canada. Le LNM doit mettre sur pied un programme de vérification de la compétence des laboratoires où l'on effectue le diagnostic de la coqueluche par PCR.

    • 1.2 Il faut poursuivre la culture de Bordetella pertussis, afin qu'il soit possible d'« archiver » la bactérie à des fins d'utilisation ultérieure, ou à tout le moins congeler des échantillons appropriés (p. ex., produits d'aspiration rhinopharyngée) de façon que l'on puisse récupérer la bactérie en cas de besoin.

    • 1.3 Il faut modifier la définition de cas canadienne de la coqueluche de façon à préciser que l'interprétation des résultats des analyses de laboratoire doit prendre en compte le tableau clinique du patient.

    • 1.4 Il faudrait envisager de mener, auprès de la population canadienne d'âge adulte, une étude séroépidémiologique de la coqueluche qui aurait deux objectifs : i) mesurer l'immunité protectrice contre la coqueluche, ce qui pourrait orienter les recommandations ultérieures au sujet de la vaccination anticoquelucheuse chez cette population; ii) définir le rôle des tests sérologiques de routine dans le diagnostic de la coqueluche chez les adolescents et les adultes.

  2. Recommandations relatives à un éventuel système de surveillance en laboratoire :

    • 2.1 Il faut mettre sur pied un groupe de travail comptant des représentants de la C.-B., de l'Alberta, de l'Ontario, de la N.-É., du LNM et du Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses (CPCMI). Ce groupe devrait se pencher sur la mise en oeuvre d'un programme national d'étude et de caractérisation des souches de B. pertussis.

    • 2.2 Le CPCMI doit trouver des moyens efficaces d'utiliser les ressources ou les programmes actuels pour mettre en place des sites « sentinelles », tant en vue de la collecte de souches de B. pertussis qu'en vue de la collecte de données épidémiologiques, tels les antécédents vaccinaux.

  3. Plan d'action visant la mise en oeuvre des recommandations précédentes :

    • 3.1 Le CPCMI doit mener une enquête à l'échelle canadienne afin de trouver les laboratoires hospitaliers où l'on fait le diagnostic de la coqueluche par PCR, les endroits où l'on cultive B. pertussis et/ou ceux où l'on pourrait conserver des échantillons de produits d'aspiration rhinopharyngée à l'état congelé en vue d'une mise en culture ultérieure.

    • 3.2 Le LNM doit étudier la faisabilité de la mise sur pied d'un programme de vérification de la compétence en ce qui concerne le diagnostic de la coqueluche par PCR.

    • 3.3 Le LNM doit former un groupe de travail, lequel devra discuter de la mise enoeuvre d'un programme national de caractérisation des souches de B. pertussis.

    • 3.4 Le CPCMI doit étudier divers moyens qui permettront de renforcer la surveillance de la coqueluche à l'échelle nationale en incorporant le volet de la caractérisation des souches en laboratoire.

    • 3.5 Le CPCMI doit diriger le processus de modification de la définition de cas canadienne de la coqueluche de façon que la nouvelle définition reflète l'importance accordée à l'interprétation des résultats des analyses de laboratoire à la lumière des données cliniques et épidémiologiques pertinentes.

    • 3.6 Le LNM étudiera avec les parties intéressées la faisabilité de la mise au point d'une technique ELISA (dosage immunoenzymatique) normalisée pour mesurer les taux d'anticorps sériques dirigés contre B. pertussis et la faisabilité de la réalisation d'une étude séroépidémiologique auprès de la population canadienne d'âge adulte.


[Table des matières][Prochaine]