Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Rappel de santé publique : maladie de Lyme

Pourquoi tenir compte du présent avis

La maladie de Lyme est une infection grave présente au Canada et en croissance. Les Canadiens qui risquent de la contracter sont ceux qui vivent, travaillent ou jouent à proximité de tiques qui transmettent la maladie.

Si elle n'est pas détectée et traitée tôt, la maladie de Lyme peut causer de graves problèmes de santé. Mais vous pouvez prendre des mesures simples et efficaces pour vous protéger.

Alors que vous vous préparez à passer du temps à l'extérieur, apprenez-en plus sur la maladie de Lyme et sur sa prévention.

Qu'est-ce que la maladie de Lyme?

La maladie de LymeLien externe est une infection grave qui peut être transmise par la morsure des tiques à pattes noires infectées.

Risque pour les Canadiens

Bien que les tiques à pattes noires ne soient pas toutes porteuses de la maladie de Lyme, les populations de tiques à pattes noires infectées sont en croissance. Cela signifie que le risque de contracter la maladie de Lyme est en hausse au Canada.

Les tiques à pattes noires peuvent être actives presque toute l’année; cependant, le risque d’être mordu par une tique est plus élevé pendant le printemps et les mois d’été.

Les gens peuvent entrer en contact avec les tiques pendant qu’ils font des activités en plein air, comme le golf, la randonnée, le camping ou le jardinage. Le contact se produit lorsque les gens ou les animaux frôlent la végétation présente dans les forêts et dans les zones broussailleuses entre les espaces boisés et les espaces découverts.

Prenez des mesures pour réduire votre risque si vous passez du temps à l’extérieur dans des endroits où il pourrait y avoir des tiques. Étant donné que les tiques sont très petites et que leurs morsures sont habituellement sans douleur, vous pourriez ignorer que vous avez été mordus. Il est donc important de surveiller la présence de tiques et les symptômes de la maladie de Lyme.

Où retrouve-t-on des tiques?

Les tiques à pattes noires s’observent dans les forêts et dans les zones envahies par la végétation entre les boisés et les espaces ouverts. Elles sont plus nombreuses dans les régions suivantes :

  • le sud de la Colombie-Britannique
  • le sud-est et le centre-sud du Manitoba
  • le sud, l’est et le nord-ouest de l’Ontario
  • le sud du Québec
  • le sud du Nouveau-Brunswick et l’île Grand Manan
  • certaines parties de la Nouvelle-Écosse

Les tiques ne vont pas loin d’elles-mêmes, mais elles peuvent s’agripper aux oiseaux migrateurs et se retrouver loin de leur emplacement initial. Pour cette raison, il est possible de trouver des tiques infectées dans d’autres régions que celles précitées. La surveillance est constante pour confirmer les nouvelles régions touchées.

Comment se protéger

  • On encourage les Canadiens à passer du temps dehors, à faire de l’activité physique et à se protéger contre les morsures  de tiques en prenant les quelques précautions suivantes :
  • porter des chaussures fermées, de même que des chandails à manches longues et des pantalons longs;
  • enfiler ses chaussettes par-dessus le bas de son pantalon pour empêcher les tiques de grimper sur ses jambes;
  • porter des vêtements de couleur pâle pour faciliter le repérage des tiques;
  • utiliser un insectifuge contenant du DEET (l’ingrédient actif qui tient les insectes à distance) ou de l’icaridine sur sa peau et ses vêtements (toujours suivre le mode d’emploi sur l’étiquette;
  • se doucher ou prendre un bain dans les deux heures après chaque sortie en plein air pour se débarrasser des tiques non attachées;
  • faire tous les jours un examen de vérification de la présence de tiques sur tout son corps, et celui de ses enfants et de ses animaux de compagnie;
  • Si l’on trouve une tique sur sa peau, il faut la retirer dans les 24 à 36 heures, ce qui prévient habituellement l’infectionLien externe

Symptômes

Puisque les symptômes initiaux diffèrent d’une personne à l’autre et que certaines n’auront aucun symptôme, il est très difficile de diagnostiquer la maladie de Lyme. De plus, d’autres personnes peuvent avoir de légers symptômes comme la fièvre ou une éruption cutanée peu de temps après avoir été mordues, alors que d’autres peuvent avoir des symptômes graves, mais des semaines après la morsure.

Les symptômes de la maladie de Lyme peuvent comprendre l’une ou plusieurs des affections suivantes à différents degrés de gravité :

  • Fatigue
  • Fièvre ou frissons
  • Maux de tête
  • Spasmes ou faiblesse
  • Engourdissements ou picotements
  • Ganglions lymphatiques enflés
  • Éruption cutanée

Voici d’autres des symptômes possibles :

  • Dysfonctionnement cognitif (lassitude du cerveau), étourdissements
  • Troubles du système nerveux
  • Arthrite et symptômes arthritiques (douleurs musculaires et articulaires)Arythmie cardiaque

Les symptômes non traités peuvent durer des mois ou des années. Ils peuvent comprendre de l’arthrite, des problèmes neurologiques, un engourdissement et une paralysie. Bien que ce soit rare, des décès attribuables à la maladie de Lyme ont été signalés.

Si vous présentez des symptômes de la maladie de Lyme, communiquez immédiatement avec un fournisseur de soins de santé, puisque plus tôt vous recevrez un diagnostic, meilleures seront vos chances de recevoir un traitement efficace. Si vous avez conservé la tique qui vous a mordu, apportez-la à votre rendez-vous chez le médecin qui pourra plus facilement évaluer votre maladie.

Ce que fait l’Agence de la santé publique du Canada

L’Agence de la santé publique du Canada demeure déterminée à travailler avec les autorités provinciales de la santé et d’autres partenaires pour s’occuper des risques de la maladie de Lyme pour la population canadienne. L’Agence a élaboré le Plan d’action sur la maladie de LymeLien externe qui sert à réduire l’effet de la maladie au moyen de diverses activités, notamment :

  • augmentation de la sensibilisation à la maladie de Lyme chez les Canadiens et communication d’information sur les façons de se protéger;
  • collaboration avec les médecins de famille pour améliorer leurs connaissances et renforcer leur capacité de diagnostiquer et de traiter promptement la maladie;
  • surveillance accrue en vue d’améliorer les données actuelles sur les endroits où la maladie est apparue et les endroits où les populations sont à risque;
  • création d’information destinée aux professionnels de la santé publique au sujet de la surveillance, de la prévention et de la lutte contre la maladie.

Renseignements additionnels

Personne-ressource pour les médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983