Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire

Qu’est-ce que le Laboratoire de lutte contre les zoonoses d’origine alimentaire?


Technicien de laboratoire qui prépare des milieux de culture de bactéries sur plaques de gélose.

Le Laboratoire de lutte contre les zoonoses d’origine alimentaire fait partie des laboratoires de santé publique de l’Agence de la santé publique du Canada. Son objectif est de prévenir les maladies infectieuses et chroniques en étudiant les risques de santé publique découlant des interactions entre les animaux, l’humain et l’environnement – ce qu’on appelle aussi l’approche « Un monde, Une santé ». Le Laboratoire travaille en collaboration avec des partenaires provinciaux, fédéraux et internationaux afin de traiter les risques prioritaires en santé publique suivant une approche intégrée et dynamique.

Quelle est la mission du Laboratoire de lutte contre les zoonoses d’origine alimentaire?

Le Laboratoire effectue des recherches, offre des services de référence et supervise des activités de surveillance et des analyses de risques à l’échelle de la population. À l’aide de ces outils, le Laboratoire crée des stratégies visant à mitiger les risques de maladies infectieuses et chroniques au sein de la population canadienne. Le Laboratoire se concentre sur les maladies d’origine alimentaire, l’alimentation et la nutrition, la résistance aux antimicrobiens et l’environnement.

Nos travaux sur les maladies d’origine alimentaire permettent :

  • de diminuer l’exposition des Canadiens aux infections dangereuses d’origine alimentaire attribuables à la consommation d’aliments contaminés par des bactéries comme Salmonella, Campylobacter et Escherichia coli (aussi appelée E. coli);
  • de détecter et de traiter plus rapidement les problèmes liés aux maladies d’origine alimentaire, et de réagir plus vite aux éclosions;
  • de mieux mitiger les facteurs de risque de maladies d’origine alimentaire le long de la chaîne alimentaire.

Nos travaux sur la résistance aux antimicrobiens permettent :


Technicienne de laboratoire qui analyse des bactéries d’origine alimentaire, animale et environnementale pour déterminer leur résistance à des antimicrobiens.
  • de limiter l’effet de la résistance aux antimicrobiens sur les Canadiens; (la résistance aux antimicrobiens apparaît lorsque des micro-organismes comme des bactéries et des virus modifient leur constitution de telle manière que les médicaments employés pour éradiquer les infections qu’ils provoquent perdent en efficacité);
  • de mieux identifier et d’atténuer l’émergence et la propagation, due à l’emploi des antimicrobiens chez les animaux, de la résistance aux antimicrobiens dans les pathogènes humains (agents infectieux comme les bactéries ou les virus, à l’origine de maladies).

Nos travaux sur l’alimentation et la nutrition permettent :

  • de produire des données scientifiques propres à faciliter l’établissement d’un lien entre la constitution génétique des personnes et le risque d’apparition de certaines maladies;
  • d’adopter les stratégies nutritionnelles destinées à mitiger le risque élevé de contracter certaines maladies;
  • de sensibiliser plus de monde à l’effet de la nutrition sur le bien-être.

Expert qui analyse des échantillons d’eau de lacs destinés aux loisirs pour savoir s’ils sont contaminés par des bactéries.

Nos travaux sur l’environnement permettent :

  • d’identifier et d’atténuer rapidement les facteurs environnementaux de risque de santé publique, susceptibles de causer des maladies au Canada et dans le monde entier;
  • de produire des données scientifiques contribuant à réduire l’impact des maladies humaines liées à des facteurs environnementaux de risque de santé publique.

Où le Laboratoire de lutte contre les zoonoses d’origine alimentaire est-il situé?

Le Laboratoire possède plusieurs établissements au Canada : en Ontario, au Québec et en Alberta. Le laboratoire principal se trouve à Guelph, en Ontario. Chaque laboratoire est étroitement lié aux réseaux d’expertise provinciaux et fédéraux présents dans ces établissements régionaux; ces collaborations favorisent ainsi des approches intégrées visant à traiter les risques de santé publique.

Liens intéressants