Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Cryptosporidium parvum - Fiches techniques santé/sécurité (FTSS)

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ - MATIÈRES INFECTIEUSES

SECTION 1 - AGENT INFECTIEUX

NOM : Cryptosporidium parvum

SYNONYME OU RENVOI : Cryptosporidiose

CARACTÉRISTIQUES : Protozoaire appartenant à l'ordre des Coccidies; sporozaires; les cycles sexué et asexué s'effectuent à l'intérieur d'un seul hôte; les sporozoïtes, les trophozoïtes et les mérozoïtes demeurent attachés aux cellules épithéliales (habituellement des cellules intestinales); l'oocyste mature contient 4 sporozoïtes mobiles, plats et allongés (mesurant de 2 à 4 µm x 6 à 8 µm).

SECTION II - DANGER POUR LA SANTÉ

PATHOGÉNICITÉ : Cause une diarrhée aqueuse profuse, des crampes, des douleurs abdominales, une perte de poids, une anorexie, une flatulence et un malaise et, dans certains cas, des nausées, des vomissements, de la fièvre et des myalgies; les symptômes sont spontanément curables chez les sujets immunocompétents, mais peuvent persister durant de longues périodes et croître en intensité chez les sujets immunodéprimés, en particulier chez les personnes atteintes du SIDA.

ÉPIDÉMIOLOGIE : Répandu dans le monde entier; les taux d'infection varient entre 1 et 4,5 % dans les pays industrialisés et entre 3 et 20 % dans les pays en développement; des taux plus élevés ont été observés chez des sujets atteints du SIDA (3 à 20 % aux États-Unis, 50 à 60 % en Afrique et à Haïti); des épidémies sont fréquemment signalées dans les garderies.

GAMME D'HÔTES : Vertébrés : l'humain, volaille, poissons, reptiles et mammifères (de petite et de grande taille).

DOSE INFECTIEUSE : ID50 = 132 organismes (N Engl J. Med 1995; 332:855-9).

MODE DE TRANSMISSION : Par voie fécale-orale, au contact d'une personne ou d'un animal infecté, par ingestion d'eau ou de nourriture contaminée.

PÉRIODE D'INCUBATION : De 1 à 12 jours, en moyenne 7 jours.

TRANSMISSIBILITÉ : Les oocystes, stade infectant, sont éliminés dans les selles dès l'apparition des premiers symptômes jusqu'à plusieurs semaines après leur disparition.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : L'humain, le bétail et d'autres animaux domestiques.

ZOONOSE : Oui - par contact avec des substances contaminées par des déjections d'animaux (diarrhée, en particulier).

VECTEURS : Aucun.

SECTION IV - VIABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : Aucun agent thérapeutique n'a fait la preuve de son efficacité; la cyclosporine empêche la croissance de Cryptosporidium in vitro.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : Résiste à la majorité des désinfectants dont l'hypochlorite à 3 %, les iodophores, le formaldéhyde à 5 %; un traitement prolongé (18 heures) avec une solution saline de formol à 10 %, d'ammoniac à 5 % ou d'hydrogène de peroxyde à 3 % réduit le pouvoir infectant du micro-organisme.

INACTIVATION PAR DES MOYENS PHYSIQUES : L'exposition à une température de 65 oC pendant 30 minutes diminue le pouvoir infectant du micro-organisme.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE : Les oocystes conservent leur viabilité en milieu humide durant 2 à 6 mois.

SECTION V - ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : Rechercher les symptômes; confirmer le diagnostic par examen microscopique des échantillons et par recherche des oocystes dans des frottis fécaux.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : Administrer un traitement de soutien et une réhydratation chez les sujets immunocompétents; la spiramycine peut atténuer les symptômes causés par la diarrhée dans les infections précoces; la paromomycine s'est révélée efficace chez les patients atteints du SIDA.

IMMUNISATION : Aucune.

PROPHYLAXIE : Aucune.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS LIÉES OU ACQUISES AU LABORATOIRE : En 1983, on a signalé 1 cas dû à une inoculation accidentelle; on croit que des infections surviennent régulièrement dans tous les laboratoires qui travaillent avec cet organisme (BMBL, 4e éd., 1999).

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : Fèces, prélèvements obtenus par biopsie intestinale.

DANGERS PRIMAIRES : Ingestion; inoculation parentérale accidentelle; la transmission par les aérosols est également possible.

DANGERS PARTICULIERS : Les animaux infectés naturellement ou expérimentalement représentent un danger pour le personnel de laboratoire et les préposés aux soins des animaux.

SECTION VII - PRÉCAUTIONS RECOMMANDÉES

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Méthodes, matériel et installations de confinement du niveau de biosécurité 2 pour tous les travaux réalisés avec des matières reconnues comme étant infectieuses ou susceptibles de l'être.

VÊTEMENTS PROTECTEURS : Blouse de laboratoire; gants, si le contact direct avec des matières infectieuses est inévitable et pour les travaux réalisés avec des animaux.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Respect des règles d'hygiène personnelle et lavage fréquent des mains.

SECTION VIII - RENSEIGNEMENTS RELATIFS À LA MANIPULATION

DÉVERSEMENTS : Laisser retomber les aérosols; endosser des vêtements protecteurs, couvrir soigneusement la substance déversée avec une serviette de papier absorbant et appliquer une solution saline de formol à 10 % ou d'ammoniac à 5 % , de la périphérie vers le centre; laisser agir pendant une période suffisante (environ 20 heures) avant de procéder au nettoyage.

ÉLIMINATION : Décontaminer tous les déchets avant de les éliminer; stérilisation par la vapeur, désinfection chimique, incinération.

ENTREPOSAGE : Dans des contenants scellés étiquetés de façon appropriée.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS DIVERS

Date : août 2002

Préparée par : Bureau de la sécurité des laboratoires, ASPC

Bien que les renseignements, opinions et recommandations contenus dans la présente Fiche technique santé-sécurité proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures encourues par suite de l'utilisation des renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas à jour.

Copyright ©
Santé Canada, 2001