Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

HAEMOPHILUS INFLUENZAE

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ : AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I - AGENT INFECTIEUX

NOM : Haemophilus influenzae (type b)

SYNONYME OU RENVOI : Hib, méningite, méningite à Haemophilus , pneumonie infantile, bactériémie, épiglottite, arthrite septique, cellulite, ostéomyélite, péricardite, méningite bactérienne, bacille de Pfeiffer(Note de bas de page 1,Note de bas de page 2,Note de bas de page 3,Note de bas de page 4).

CARACTÉRISTIQUES : Haemophilus influenzae de type b (Hib) est un coccobacille Gram négatif(Note de bas de page 5). Ce parasite obligatoire de la membrane des voies respiratoires a besoin d'hémine (facteur X) et de NAD (facteur V) pour se développer in vitro. Il n'est pas mobile ni acido-alcoolo résistant. Hib pousse dans des conditions aérobies(Note de bas de page 6), mais il peut aussi pousser en milieu anaérobie (aérobie-anaérobie facultatif)(Note de bas de page 5). H. influenzae comporte six sérotypes distincts sur le plan antigénique (« a » à « f ») selon l'antigène polysaccharide capsulaire. L'un de ces antigènes est le polyribosylribitol phosphate (PRP), qui caractérise le sérotype b(Note de bas de page 3). Trois épreuves biochimiques (indole, uréase et ornithine décarboxylase) permettent de subdiviser H. influenzae en 8 biotypes(Note de bas de page 5). Bien que la plupart des souches de Hib appartiennent aux biotypes I et II, il existe aussi des souches standard d'Hib qui appartiennent au biotype VI.

SECTION II - DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ : Une infection à Haemophilus influenzae (type b) peut causer une méningite (50 % de tous les cas, adultes et enfants), une épiglottite (17 %), une pneumonie (15 %), une arthrite septique (8 %), une cellulite (6 %), une ostéomyélite (2 %) ou une bactériémie généralisée (2 %)(Note de bas de page 6). Chez une petite proportion d'enfants (0,5-3 %), l'infection est asymptomatique.

La méningite peut débuter comme une infection bénigne des voies respiratoires supérieures(Note de bas de page 3). Les symptômes comprennent un changement de l'état mental ou du comportement, de la fièvre, des vomissements, des céphalées et des signes d'irritation des méninges tels qu'un bombement de la fontanelle chez les nourrissons ou des raideurs au cou chez les enfants plus vieux et les adultes. Chez les adultes, le rétablissement complet est courant avec un traitement(Note de bas de page 7), mais, chez les enfants, le taux de mortalité atteint 2 à 5 %, même avec un traitement. Des séquelles telles qu'une perte de l'audition, un retard mental, des convulsions, une perte de la vision ainsi qu'un retard moteur ou de la parole peuvent survenir dans 15 à 30 % des cas(Note de bas de page 3).

L'épiglottite est une infection aiguë des voies respiratoires supérieures qui cause un œdème et une inflammation de l'épiglotte et des tissus adjacents et qui peut mener en quelques heures à l'obstruction complète des voies respiratoires(Note de bas de page 3). Les symptômes comprennent un mal de gorge intense et de la fièvre. La parole, la déglutition et la respiration peuvent être altérées, et la respiration peut être bruyante. Pour respirer plus facilement, les patients peuvent adopter la position du « trépied » ou la position de « reniflement ». Le taux de mortalité associé à l'obstruction des voies respiratoires est de 5 à 10 %.

La cellulite touche souvent le visage, la tête ou le cou(Note de bas de page 3). La cellulite cause une inflammation localisée des tissus et peut entraîner une exophtalmie, une perte d'acuité visuelle, une limitation du mouvement extra-oculaire et la mort. De 12 à 25 % des enfants touchés peuvent présenter une méningite concomitante.

Les autres maladies associées à l'infection comprennent la pneumonie (infection pulmonaire accompagnée d'expectorations purulentes), l'ostéomyélite (infection de l'os), l'arthrite septique (infection des articulations) et la péricardite (infection de la membrane péricardique qui enveloppe le cœur)(Note de bas de page 3).

ÉPIDÉMIOLOGIE : Avant l'arrivée du vaccin, un enfant sur 200 âgés de moins 5 ans développait une maladie liée à Hib, particulièrement entre l'âge de 6 et 12 mois(Note de bas de page 3). Après l'introduction du vaccin en 1986(Note de bas de page 8), l'incidence a diminué de 97 %(Note de bas de page 3). Actuellement, Hib est plus fréquent dans les pays en développement, et les populations autochtones sont plus à risque(Note de bas de page 2). Les cas observés chez les adultes sont rares et la maladie est habituellement associée à un état d'immunodépression(Note de bas de page 9). L'infection est caractérisée par un profil saisonnier bimodal : on observe des pics de méningite de septembre à décembre et de mars à mai(Note de bas de page 10).

GAMME D'HÔTES : Hib parasite obligatoirement l'humain(Note de bas de page 5).

DOSE INFECTIEUSE : Inconnue

MODE DE TRANSMISSION : Par des gouttelettes de salive ainsi que par contact avec des sécrétions du nez ou de la gorge durant les périodes de contagion. La porte d'entrée la plus courante est le nasopharynx(Note de bas de page 11).

PÉRIODE D'INCUBATION : De 2 à 4 jours(Note de bas de page 12)

TRANSMISSIBILITÉ : Hib n'est pas très contagieux(Note de bas de page 6). Une infection secondaire peut survenir dans le cas d'un contact particulièrement étroit avec un patient. Aucune transmission 48 heures après le début d'une antibiothérapie efficace(Note de bas de page 13).

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : Les humains constituent le seul réservoir connu(Note de bas de page 3).

ZOONOSE : Aucune(Note de bas de page 2)

VECTEURS : Aucun(Note de bas de page 2)

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : Hib est sensible au chloramphénicol et aux céphalosporines de troisième génération (p. ex. céfotaxime, ceftriaxone et céfuroxime)(Note de bas de page 3).

RÉSISTANCE AUX MÉDICAMENTS : La bactérie est résistante à l'ampicilline, au triméthoprime-sulfaméthoxazole, à la clarithromycine, à la tétracycline, au chloramphénicol et à la rifampicine(Note de bas de page 14).

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : Les désinfectants phénoliques, l'hypochlorite de sodium à 1 %, l'éthanol à 70 %, le formaldéhyde, le glutaraldéhyde, les iodophores et l'acide peracétique sont efficaces contre Hib(Note de bas de page 15).

INACTIVATION PHYSIQUE : Hib est inactivé par les rayons UV(Note de bas de page 16), les micro-ondes(Note de bas de page 17), les rayons gamma(Note de bas de page 18), la chaleur humide (121 °C pendant au moins 20 minutes(Note de bas de page 19)) et la chaleur sèche (165-170 °C pendant 2 heures).

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE : Hib ne survit pas longtemps dans l'environnement(Note de bas de page 6), mais peut survivre pendant plus de 18 heures dans une muqueuse et pendant 12 heures sur du plastique(Note de bas de page 20).

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : Surveiller l'apparition des symptômes. Le diagnostic est le plus souvent confirmé par une culture bactérienne(Note de bas de page 3). Les plus récentes techniques comprennent la détection du polysaccharide PRP par agglutination au latex ou l'immunoélectrophorèse à contre-courant et la PCR.

Remarque : Les méthodes de diagnostic ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : Le principal traitement contre Hib est l'administration d'antibiotiques appropriés(Note de bas de page 3). L'antibiothérapie par voie intraveineuse est souvent nécessaire, mais, selon la maladie, elle peut être suivie d'une antibiothérapie par voie orale pendant 7 à 10 jours. Si les voies respiratoires sont obstruées, une intervention plus effractive peut être indiquée.

IMMUNISATION : Actuellement, le vaccin cible l'antigène PRP et est efficace contre Hib, mais pas contre les autres sérotypes d'Haemophilus influenzae(Note de bas de page 21). Le vaccin est habituellement administré entre l'âge de 2 mois et 5 ans.

PROPHYLAXIE : La prophylaxie par la rifampicine est indiquée dans les cas de contact direct, selon les directives du médecin(Note de bas de page 3). Les femmes enceintes ne devraient pas recevoir de traitement prophylactique.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE : Cinq cas d'infection contractée en laboratoire ont été répertoriés(Note de bas de page 22).

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : La bactérie peut être présente dans le liquide céphalorachidien, le sérum(Note de bas de page 3), le sang, le liquide pleural, le liquide articulaire, les aspirations de l'oreille moyenne et l'urine(Note de bas de page 6).

DANGERS PRIMAIRES : Les infections contractées en laboratoire sont causées par l'inhalation(Note de bas de page 22), l'auto-inoculation(Note de bas de page 23) ou l'ingestion.

DANGERS PARTICULIERS : Aucun

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION PAR GROUPE DE RISQUE : Groupe de risque 2(Note de bas de page 24)

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 2 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Sarrau. Gants, lorsqu'un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu'il y a un risque connu ou potentiel d'éclaboussure(Note de bas de page 25).

AUTRES PRÉCAUTIONS : Toutes les procédures pouvant produire des aérosols ou mettant en cause des concentrations ou des quantités élevées doivent s'effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB)(Note de bas de page 25). L'utilisation d'aiguilles, de seringues et d'autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelle(Note de bas de page 25).

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS : Laisser les aérosols se poser et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer (30 minutes)(Note de bas de page 25,Note de bas de page 26).

ÉLIMINATION : Décontaminer les déchets par stérilisation à la vapeur, incinération ou désinfection chimique(Note de bas de page 25).

ENTREPOSAGE : Dans des contenants étanches et scellés, étiquetés de façon appropriée et placés en lieu sûr(Note de bas de page 25).

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION : L'importation, le transport et l'utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l'Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR : Juillet 2010

PRÉPARÉE PAR : Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l'utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

RÉFÉRENCES

Note de bas de page 1
Tristram, S., Jacobs, M. R., & Appelbaum, P. C. (2007). Antimicrobial resistance in Haemophilus influenzae. Clinical Microbiology Reviews, 20 (2), 368-389. doi:10.1128/CMR.00040-06
Note de bas de page 2
Ulanova, M., & Tsang, R. S. (2009). Invasive Haemophilus influenzae disease: changing epidemiology and host-parasite interactions in the 21st century. Infection, Genetics and Evolution: Journal of Molecular Epidemiology and Evolutionary Genetics in Infectious Diseases, 9 (4), 594-605. doi:10.1016/j.meegid.2009.03.001
Note de bas de page 3
Burns, I. T., & Zimmerman, R. K. (2000). Haemophilus influenzae type B disease, vaccines, and care of exposed individuals. The Journal of Family Practice, 49 (9 Suppl), S7-13; quiz S14.
Note de bas de page 4
PACE, G. (1952). Two cases of meningitis due to Pfeiffer bacillus treated with chloramphenicol. [Su due casi di meningite da bacillo di Pfeiffer trattati con cloroanfenicolo] Sicilia Sanitaria, 5 (11), 625-630.
Note de bas de page 5
Kilian, M. (2007). haemophilus. In P. R. Murray, Baron E.J., J. H. Jorgensen, M. L. Landry & M. A. Pfaller (Eds.), Manual of clinical microbiology (9th ed., pp. 636). Washington, DC: ASM Press.
Note de bas de page 6
Center for Disease Control and Prevention. (2009). Haemophilus influenzae. In W. Atkinson, S. Wolfe, J. Hamborsky & L. McIntyre (Eds.), Epidemiology and prevention of vaccine- preventable diseases (11th ed., pp. 71-83). Washington D.C.: Public Health Fondation.
Note de bas de page 7
Tang, L., Chen, S., & Wu, Y. (1998). Haemophilus influenzae meningitis in adults. Diagnostic Microbiology and Infectious Disease, 32 (1), 27-32. doi:DOI: 10.1016/S0732-8893(98)00061-3
Note de bas de page 8
Greenberg, D. P., Doemland, M., Bettinger, J. A., Scheifele, D. W., Halperin, S. A., IMPACT Investigators, Waters, V., & Kandola, K. (2009). Epidemiology of pertussis and Haemophilus influenzae type b disease in Canada with exclusive use of a diphtheria-tetanus-acellular pertussis-inactivated poliovirus-Haemophilus influenzae type b pediatric combination vaccine and an adolescent-adult tetanus-diphtheria-acellular pertussis vaccine: implications for disease prevention in the United States. The Pediatric Infectious Disease Journal, 28 (6), 521-528. doi:10.1097/INF.0b013e318199d2fc
Note de bas de page 9
Farley, M. M., Stephens, D. S., Harvey, R. C., Sikes, R. K., & Wenger, J. D. (1992). Incidence and clinical characteristics of invasive Haemophilus influenzae disease in adults. CDC Meningitis Surveillance Group. The Journal of Infectious Diseases, 165 Suppl 1 , S42-3.
Note de bas de page 10
Theodoridou, M. N., Vasilopoulou, V. A., Atsali, E. E., Pangalis, A. M., Mostrou, G. J., Syriopoulou, V. P., & Hadjichristodoulou, C. S. (2007). Meningitis registry of hospitalized cases in children: epidemiological patterns of acute bacterial meningitis throughout a 32- year period. BMC Infectious Diseases, 7 , 101. doi:10.1186/1471-2334-7-101
Note de bas de page 11
Heymann, D. L. (2008). Control of Communicable Diseases Manual (19th Edition ed.). Washington, D.C.: American Public Health Association.
Note de bas de page 12
Weber, R. (2005). Communicable disease epidemiology and control: a global perspective (2nd ed.) CABI publishing.
Note de bas de page 13
Hawker, J., Begg, N., Blair, L., Reintjes, R., & Weinberg, J. (2005). In Khan M., Bonnett C. and Pattinson F. (Eds.), Communicable Disease Control Handbook (2nd ed.). New Delhi: Blackwell Publishing Ltd.
Note de bas de page 14
Campos, J., Roman, F., Perez-Vazquez, M., Aracil, B., Oteo, J., Cercenado, E., & Spanish Study Group for H. influenzae type f. (2003). Antibiotic resistance and clinical significance of Haemophilus influenzae type f. The Journal of Antimicrobial Chemotherapy, 52 (6), 961- 966. doi:10.1093/jac/dkh004
Note de bas de page 15
Collins, C. H., & Kennedy, D. A. (1999). Decontamination. Laboratory-Acquired Infections: History, Incidence, Causes and Prevention. (4th ed., pp. 160-186). London, UK: Buttersworth.
Note de bas de page 16
Katara, G., Hemvani, N., Chitnis, S., Chitnis, V., & Chitnis, D. S. (2008). Surface disinfection by exposure to germicidal UV light. Indian Journal of Medical Microbiology, 26 (3), 241-242.
Note de bas de page 17
Wu, Y., & Yao, M. Inactivation of bacteria and fungus aerosols using microwave irradiation. Journal of Aerosol Science, In Press, Corrected Proof doi:DOI:10.1016/j.jaerosci.2010.04.004
Note de bas de page 18
Farkas, J. (1998). Irradiation as a method for decontaminating food. A review. International Journal of Food Microbiology, 44 (3), 189-204.
Note de bas de page 19
Csucos, M., & Csucos, C. (1999). Microbiological obseration of water and wastewater . United States: CRC Press.
Note de bas de page 20
Smith-Vaughan, H., Crichton, F., Beissbarth, J., Morris, P. S., & Leach, A. J. (2008). Survival of pneumococcus on hands and fomites. BMC Research Notes, 1 , 112. doi:10.1186/1756-0500-1-112
Note de bas de page 21
Public Health Agency of Canada. (2006). Active immunizing agent. Canadian immunization guide (7th ed., pp. 248-349) Minister of Public Works and Government Services Canada.
Note de bas de page 22
Collins, C. H., & Kennedy, D. A. (1999). Laboratory acquired infections. Laboratory acquired infections: History, incidence, causes and prevention (4th ed., pp. 1-37). Woburn, MA: BH.
Note de bas de page 23
Jacobson, J. T., Orlob, R. B., & Clayton, J. L. (1985). Infections acquired in clinical laboratories in Utah. Journal of Clinical Microbiology, 21 (4), 486-489.
Note de bas de page 24
Human Pathogens and Toxins Act. S.C. 2009, c. 24. Government of Canada, Second Session, Fortieth Parliament, 57-58 Elizabeth II, 2009, (2009).
Note de bas de page 25
Public Health Agency of Canada. (2004). In Best M., Graham M. L., Leitner R., Ouellette M. and Ugwu K. (Eds.), Laboratory Biosafety Guidelines (3rd ed.). Canada: Public Health Agency of Canada.
Note de bas de page 26
Burnett, L. A. C., Lunn, G., & Coico, R. (2009). Biosafety: Guidelines for working with pathogenic and infectious microorganisms. Current Protocols in Microbiology, (SUPPL. 13), 1A.1.1-1A.1.14.