Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Système canadien hospitalier d'information et de recherche en prévention des traumatismes

Qu'est-ce que le SCHIRPT?

Le Système canadien hospitalier d'information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT) est un système de surveillance de blessures et d'empoisonnement qui recueille et analyse des données sur les blessures subies par des personnes traitées dans les services d'urgence de onze hôpitaux pédiatriques et de six hôpitaux généraux au Canada. Le SCHIRPT est une base unique et rigoureusement détaillée de données sur les circonstances des blessures obtenues en réponse aux questions suivantes :

  • Que faisait la personne lorsqu'elle s'est blessée?
  • Que s'est-il passé?
  • Où la blessure est-elle survenue?

La collecte de données a débuté en avril 1990 dans les hôpitaux pédiatriques et entre 1991 et 1995 dans la plupart des hôpitaux généraux. Depuis, plus de 2,8 millions de rapports ont été recueillis à l'échelle nationale, dont plus de 80 % portaient sur des enfants et des jeunes de 19 ans et moins. Les rapports des hôpitaux généraux contiennent aussi des renseignements sur des blessures subies par des adultes. La base de données du SCHIRPT permet d'obtenir des renseignements pour établir des rapports sommaires sur les circonstances des blessures et peut aussi être utilisée pour des recherches plus détaillées. Les analystes peuvent cibler un ensemble précis de rapports en « cherchant » dans la base de données des variables sélectionnées, des mots clés ou une combinaison des deux. Ces activités aident à contribuer à la réalisation du but ultime du SCHIRPT : réduire le nombre et la gravité des blessures au Canada.

Le SCHIRPT est un programme de la Section des blessures de la Division de la surveillance et de l'épidémiologie, Centre de prévention des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada.

Comment le SCHIRPT fonctionne-t-il?

Lorsqu'une personne blessée se présente à la salle d'urgence d'un hôpital participant, on lui demande (à elle ou à la personne qui accompagne l'enfant) de remplir un questionnaire d'une page (le formulaire du SCHIRPT). Les questions au recto du formulaire portent sur les circonstances de la blessure : ce que faisait la personne à ce moment-là, la cause directe de la blessure, les facteurs ayant contribué à la blessure, l'heure et le lieu où la blessure s'est produite ainsi que l'âge et le sexe du patient. Le personnel du service d'urgence remplit le verso du formulaire du SCHIRPT. Il y inscrit des détails sur la nature de la blessure, la partie du corps blessée et le traitement administré.

Dans chaque hôpital, deux personnes sont chargées d'administrer le programme, le directeur du SCHIRPT (souvent un médecin du service d'urgence), qui surveille le projet, et le coordonnateur du SCHIRPT, qui s'assure que les formulaires du SCHIRPT sont remis aux patients et dûment remplis. Les renseignements que contiennent les formulaires du SCHIRPT remplis dans les hôpitaux participants sont versés dans la base de données électronique. Un personnel qualifié saisit les données et leur attribue des codes correspondant à plus de 40 variables et rédigent un texte de quelques lignes décrivant « ce qui s'est produit » en se fondant sur le compte rendu du patient ou de la personne qui l'accompagnait.

Utilité du SCHIRPT

Les tendances relatives aux circonstances des blessures observées dans le SCHIRPT sont utilisées pour établir des rapports sur les dangers et les situations à risque élevé. Ces renseignements sont transmis aux parties intéressées, comme les travailleurs en prévention des blessures, qui s'efforcent de réduire le nombre de blessures et de rendre le Canada plus sûr. Ils utilisent les données pour fixer des priorités et pour élaborer et évaluer des stratégies de prévention des blessures. Les données du SCHIRPT servent aussi à accroître la sensibilisation des parents et des prestataires de soins et à les informer, à mieux comprendre les risques et les dangers, à concevoir des programmes de prévention, à cibler des situations dangereuses ou des personnes à risque élevé et à aider les gouvernements à élaborer des politiques et des lois visant à améliorer la sécurité.

Au fil des ans, les données du SCHIRPT ont servi à étudier des questions particulières, comme les blessures subies pendant l'exercice d'un sport ou d'un loisir, les brûlures, les empoisonnements et les blessures qui surviennent dans un endroit particulier, comme à la garderie ou à la maison. Les analystes du SCHIRPT produisent aussi de brefs rapports en réponse à des demandes précises d'intervenants en prévention des blessures, de gouvernements, d'hôpitaux, de services de santé, d'associations sportives, d'enseignants, de travailleurs des services de garderie, de médias ou de simples citoyens. Le centre du SCHIRPT de chaque hôpital participant conserve un exemplaire de sa propre base de données locale. Ces données servent souvent à la recherche et à la diffusion de renseignements dans l'hôpital et la collectivité. Pour d'autres exemples de réalisations en prévention des blessures liées au SCHIRPT, consulter SCHIRPT et autres faits saillants en prévention des blessures - chronologie sur 25 ans.

Un partenaire dans le milieu de la prévention

Les traumatismes constituent la plus grande menace pour la santé des enfants canadiens et la principale cause de décès et d'invalidité chez les personnes de tout âge. Les Canadiens et les Canadiennes sont de plus en plus conscients de l'ampleur du problème, ce qui provoque un intérêt accru pour la prévention des blessures. Les groupes et les personnes concernés ont travaillé ensemble à l'établissement de moyens nouveaux et novateurs pour réduire le nombre de blessures. Ceux qui s'occupent de la promotion de milieux et de comportements sûrs ont établi des partenariats et des réseaux et partagent régulièrement leurs données et leurs stratégies. Le SCHIRPT fait partie de ce partenariat en plein essor - une ressource précieuse pour ceux qui se doivent de savoir comment et pourquoi se produisent les blessures et qui en sont les victimes. En fournissant de tels renseignements, le SCHIRPT atteint son objectif : contribuer à réduire le nombre et la gravité des blessures au Canada.

Hôpitaux qui participent au SCHIRPT

  • Janeway Children's Health and Rehabilitation Centre, St. John's (Terre-Neuve)
  • Carbonear General Hospital, Carbonear (Terre-Neuve)
  • IWK Health Centre, Halifax (Nouvelle-Écosse)
  • Hôpital de l'Enfant-Jésus, Québec (Québec)
  • CHU Ste-Justine, Montréal (Québec)
  • Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec)
  • Hôpital pour enfants de l'est de l'Ontario, Ottawa (Ontario)
  • Hôpital Hôtel-Dieu, Kingston (Ontario)
  • Clinique ambulatoire pour enfants (associé avec l'Hôpital Hôtel-Dieu), Kingston (Ontario)
  • Kingston General Hospital, Kingston (Ontario)
  • Hospital for Sick Children, Toronto (Ontario)
  • Children's Hospital au London Health Sciences Centre, London (Ontario)
  • Winnipeg Children's Hospital, Winnipeg (Manitoba)
  • Alberta Children's Hospital, Calgary (Alberta)
  • Stollery Children's Hospital, Edmonton (Alberta)
  • BC Children's Hospital, Vancouver (Colombie-Britannique)
  • Kelowna General Hospital, Kelowna (Colombie-Britannique)
  • Arctic Bay Health Centre, Arctic Bay (Nunavut)

Nota

Les rapports du SCHIRPT sont fondés sur des renseignements tirés de la base de données du SCHIRPT. Il est important de signaler que les blessures décrites dans ces rapports ne représentent pas toutes les blessures qui se sont produites au Canada, mais uniquement celles qui ont été traitées dans les services d'urgence des dix-sept hôpitaux du réseau du SCHIRPT. Comme la majorité des données du SCHIRPT proviennent d'hôpitaux pédiatriques situés dans des grandes villes, les blessures subies par les personnes suivantes sont sous-représentées dans la base de données : les adolescents plus âgés et les adultes traités dans des hôpitaux généraux ainsi que les Autochtones, les Inuits et d'autres personnes vivant dans des régions rurales et éloignées. Les blessures mortelles sont également sous-représentées dans la base de données du SCHIRPT parce que les données des services d'urgence ne comprennent pas les personnes qui sont décédées avant d'avoir pu être transportées à l'hôpital, ni celles qui sont décédées après y avoir été admises.

Les rapports du SCHIRPT et les statistiques qu'ils contiennent peuvent être reproduits et diffusés librement pourvu que la source soit mentionnée. À cette fin, nous recommandons d'utiliser l'énoncé suivant :

Ces statistiques sur les traumatismes proviennent de la base de données du Système canadien hospitalier d'information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT), Agence de la santé publique du Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme du SCHIRPT, vous pouvez vous adresser à la Section des blessures, Division de la surveillance et de l'épidémiologie, Centre de prévention des maladies chroniques.