Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Foire aux questions

[Page précédente] [FAQ] [Page suivante]

Les vaccins contiennent–ils des ingrédients toxiques?

Comme tous les médicaments, les vaccins doivent être soumis à plusieurs étapes de tests rigoureux pour assurer leur sécurité et leur efficacité avant qu'ils soient approuvés par la Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques de Santé Canada.

Quel est le principal ingrédient d'un vaccin?

L'ingrédient principal dans la plupart des vaccins est un immunogène qui tue ou affaiblit les germes (virus ou bactérie). Il a pour but de stimuler le système immunitaire afin que celui-ci reconnaisse et prévienne toute maladie future. Les vaccins sont différents selon le type d'immunogène employé. Certains vaccins plus récents sont fabriqués avec seulement une partie de la cellule du germe (par exemple un sucre purifié ou une protéine purifiée).

Quels sont les autres ingrédients des vaccins?

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Les vaccins contiennent habituellement de l'eau stérile ou un soluté salin. Ils peuvent aussi contenir les ingrédients suivants (Document PDF)Lien externe (disponisble en anglais seulement):

  • des adjuvants, qui les rendent plus efficaces, et qui les font agir plus rapidement et plus longtemps;
  • des agents de conservation pour s'assurer que les flacons de vaccin multi-doses demeurent stériles;
  • des antibiotiques pour prévenir la croissance bactérienne pendant la préparation du vaccin;
  • des agents stabilisateurs pour aider à maintenir la qualité pendant l'entreposage à différentes températures.

Quels sont plus exactement les autres ingrédients d'un vaccin?

Les adjuvants (disponisble en anglais seulement) les plus courants sont les sels d'aluminium ou le sulfate d'aluminium (hydroxyde d'aluminium, phosphate d'aluminium ou sulfate d'aluminium et de potassium). Les scientifiques découvrent de nouvelles façons d'agir du sulfate d'aluminium, ce qui permettrait de créer de nouveaux vaccins pour des maladies comme le VIH, la tuberculose et la malaria.

Les sels d'aluminium sont présents dans les vaccins qui préviennent les maladies virales ou bactériennes telles que l'hépatite A et B, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Ces vaccins sont recommandés pour les enfants et les adultes. Le sulfate d'aluminium n'est pas présent dans les vaccins antiviraux vivants comme ceux qui préviennent la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle et le rotavirus.

Les sels d'aluminium ont été employés de façon sécuritaire en tant qu'adjuvants aux vaccins depuis 1926. La quantité d'aluminium qui peut être ajoutée aux vaccins est contrôlée par Santé Canada.

  • Santé Canada ne permet pas plus de 1,25 mg d'aluminium par dose humaine, ce qui représente le niveau sécuritaire d'aluminium dans les vaccins. Ce niveau respecte les normes établies par l'Organisation mondiale de la Santé et la Pharmacopée européenne, entre autres.

Agents de conservation

Un agent de conservation est ajouté pour prévenir la croissance bactérienne dans les flacons multi-doses.

Le thimérosal est l'agent de conservation le plus efficace. Il est employé sans danger depuis plus de sept décennies. La plupart des vaccins homologués au Canada ne contiennent pas de thimérosal. Seul le vaccin antigrippal et la plupart des vaccins contre l'hépatite B contiennent du thimérosal.

Certaines préoccupations théoriques concernant la toxicité éventuelle du mercure et le lien entre les vaccins contenant du thimérosal et l'autisme ont été écartées par de multiples études qui n'ont trouvé aucune preuve d'un tel lien.

Le thimérosal contient de l'éthyl mercure en quantité bien en deçà des limites sécuritaires établies. Le corps élimine rapidement l'éthyl mercure, qui ne s'accumule pas, même chez les nourrissons prématurés, contrairement au méthyl mercure que l'on retrouve dans de nombreux produits alimentaires, particulièrement le poisson, et qui reste dans le corps plus longtemps et peut s'accumuler.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (2007) a conclu qu'« il n'existe aucune raison légitime liée à l’innocuité pour ne pas administrer des produits contenant du thimérosal aux enfants, aux personnes âgées et aux femmes enceintes ».

Agents stabilisateurs

Les agents stabilisateurs sont des substances qui sont ajoutées pour améliorer la qualité et la stabilité des vaccins. Les substances telles que l'albumine, la gélatine et le lactose favorisent la stabilisation des immunogènes tout au long du processus de fabrication, par exemple lorsqu'un produit est lyophilisé. Elles aident également à prévenir la perte des immunogènes par absorption dans le flacon de verre.

Autres ingrédients en « quantités infimes »

D'autres substances employées lors de la préparation des immunogènes sont enlevées ultéérieurement dans le processus de fabrication, dans la mesure du possible. Il ne reste alors que de très petites quantités (quantités infimes) de ces substances. Les seules préoccupations importantes en ce qui a trait à ces quantités sont liées aux allergies possibles.

Par exemple :

  • Les œufs sont le milieu de croissance de certains virus tels que le virus de l’influenza (la grippe). Par conséquent, certaines protéines des œufs peuvent se retrouver dans le vaccin final.
  • Les toxines retirées des virus de la diphtérie et du tétanos doivent être inactivées avec du formaldéhyde pour éliminer toute toxicité potentielle.

Les ingrédients de tous les vaccins utilisés au Canada sont décrits dans les différents chapitres sur les vaccins du Guide canadien d'immunisation, Édition évolutive.

[Page précédente] [FAQ] [Page suivante]