Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Feuillet de renseignements sur la rage

Qu’est-ce que la rage?

La rage est une infection virale des animaux qui peut être transmise à l’humain. La rage est causée par un virus de la famille des rhabdovirus (Rhabdoviridae) qui s’attaque au système nerveux central avant d’atteindre le cerveau. Le virus est généralement présent dans la salive des animaux infectés. Après l’apparition des symptômes, la rage est presque toujours fatale. Tous les animaux à sang chaud, domestiques ou sauvages, peuvent contracter la rage, mais il s’agit habituellement de chiens, de chats, de renards, de ratons laveurs, de mouffettes, de loups et de chauves-souris. D’autres animaux pouvant avoir des interactions avec les humains, comme le bétail et les chevaux, peuvent contracter la rage et la transmettre aux humains.

La rage humaine est-elle fréquente?

La rage humaine est rare au Canada, en raison surtout d’excellents programmes de prévention et de lutte. Il y a eu quatre cas de rage humaine depuis 1985. Depuis 1924 au Canada, un total de 24 personnes sont mortes de la rage dans six provinces : Québec (12), Ontario (6), Saskatchewan (2), Alberta (2), Colombie-Britannique (1) et Nouvelle-Écosse (1). La rage est un important problème de santé publique dans de nombreux pays de l’Asie et de l’Afrique. L’Organisation mondiale de la Santé estime que la rage cause la mort de 55 000 personnes par année en Asie et en Afrique et que de 30 à 50 % des personnes infectées sont des enfants âgés de moins de 15 ans.

Comment la rage se transmet-elle?

Le virus se transmet par contact étroit avec la salive d’un animal infecté, le plus souvent par morsure ou griffure, ou lorsque l’animal lèche une lésion de la peau ou une muqueuse comme l’œil, le nez ou la bouche. La transmission interhumaine est théoriquement possible, mais rare et mal documentée. Des transplantations d’organes (cornée) provenant de personnes décédées d’une maladie du système nerveux central non diagnostiquée ont entraîné l’apparition de la rage chez des receveurs. La possibilité d’une propagation par voie aérienne a été démontrée dans une caverne abritant des chauves-souris et en laboratoire, mais c’est très rare.

Le plus grand risque de transmission de la rage provient de blessures au haut du corps ou au visage. Selon des estimations, le risque pour les enfants serait quatre fois plus élevé que le risque pour les adultes, et le risque est plus élevé chez les garçons que chez les filles.

Quels sont les symptômes de la rage?

De 20 à 60 jours peuvent s’écouler avant l’apparition des symptômes, mais cette période d’attente peut durer de quelques jours à des années et varier selon la gravité de la blessure, la distance entre la blessure et le cerveau, la richesse de l’innervation locale, la quantité et la souche de virus introduit, le degré de protection offert par les vêtements et d’autres facteurs.

Les symptômes évoluent rapidement lorsque le système nerveux central est attaqué, et la maladie se présente généralement sous l’une de deux formes : la « rage furieuse » ou la « rage muette ». La rage furieuse est plus courante et se caractérise par de l’anxiété et des troubles psychologiques (confusion, agitation, délire, rage, hallucinations et hydrophobie). La rage muette survient chez environ 20 % des patients et se caractérise par une paralysie. Qu’il s’agisse de rage furieuse ou de rage muette, la mort survient habituellement dans les sept jours des suites d’une insuffisance respiratoire provoquée par la paralysie de l’appareil respiratoire.

Quand faut-il se faire vacciner contre la rage?

La rage est une maladie grave qui est presque toujours mortelle, et c’est pourquoi la vaccination post-exposition s’impose pour toute personne ayant été en contact avec des animaux chez qui la rage est confirmée ou soupçonnée. Au Canada, les vaccins post-exposition sont distribués par le système de santé publique?

L’administration du vaccin antirabique est également conseillée en pré-exposition aux personnes à haut risque d’être exposées au virus de la rage ou à des animaux pouvant être atteints de la rage. À titre d’exemple, ce groupe inclut certains travailleurs de laboratoire, les vétérinaires, les agents de la protection de la faune et du contrôle des animaux, les spéléologues (explorateurs de cavernes), les chasseurs et les trappeurs qui pratiquent dans des secteurs à haut risque ainsi que les personnes qui voyagent dans des régions où la rage est toujours présente. La vaccination pré-exposition est généralement offerte par des fournisseurs de soins de santé privés (p. ex. cliniques de médecine de voyages); certaines provinces offrent des programmes publics de vaccination pré-exposition.

À l’heure actuelle, deux vaccins antirabiques sont homologués au Canada, soit ImovaxMD Rage, fabriqué par Sanofi Pasteur ltée, et RabAvertMD, fabriqué par Novartis et distribué au Canada par Merck Frosst. Ces vaccins sont très efficaces, entraînent peu d’effets indésirables et fournissent une immunisation adéquate contre la rage lorsqu’ils sont administrés à titre préventif avant l’exposition (prophylaxie pré-exposition) ou après l’exposition (prophylaxie post-exposition).

Dans quelle proportion le vaccin est-il administré en pré-exposition et en post exposition?

Environ 65 % des doses annuelles de vaccin antirabique sont administrées post-exposition; le reste des doses (35 %) est utilisé pour la prophylaxie pré-exposition. La prophylaxie pré exposition est conseillée aux personnes à haut risque de contracter la rage, notamment :

  • les vétérinaires;
  • certains travailleurs de laboratoire;
  • les agents de la protection de la faune et du contrôle des animaux;
  • les chasseurs et les trappeurs qui pratiquent dans des secteurs à haut risque;
  • les spéléologues (explorateurs de cavernes);
  • les enfants trop jeunes pour comprendre la nécessité d’éviter les contacts avec les animaux ou de signaler toute morsure;
  • les personnes qui voyagent dans des régions où la rage est toujours présente et où l’accès à une prophylaxie post-exposition sûre et efficace est limité.

La prophylaxie post-exposition devrait débuter le plus tôt possible après l’exposition et être offerte à toute personne exposée, peu importe le temps écoulé depuis l’exposition. Cinq doses du vaccin sont requises : la première dose devrait être administrée le plus tôt possible après l’exposition, et les autres doses aux jours 3, 7, 14 et 28 après la première dose. Les personnes exposées à la rage devraient aussi recevoir une dose d’immunoglobulines antirabiques le jour même de l’administration de la première dose de vaccin.

Que dois-je faire si je me fais mordre par un animal?

Si vous avez été mordu par un animal et que vous croyez que vous pourriez avoir été exposé à la rage, lavez immédiatement la plaie avec de l’eau et du savon et rincez-la abondamment. Consultez ensuite un professionnel de la santé dans les plus brefs délais pour qu’il évalue le risque et détermine les options de traitement.