Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Directive provisoire pour l’équipage de cabine, le personnel de nettoyage et le personnel de fret de lignes aériennes : Comment se protéger et protéger les autres de la maladie à virus Ebola (MVE)

Préparée par l’Agence de la santé publique du Canada
Dernières modifications le 25 août 2014

La directive qui suit énonce les mesures de précaution que doivent prendre l’équipage de cabine (agents de bord), le personnel de nettoyage et le personnel de fret lorsqu’un passager d’un aéronef commercial est malade et qu’on présume qu’il pourrait s’agir de la MVE. L’information se fonde sur les données actuellement disponibles et sera modifiée à mesure que de nouveaux renseignements seront communiqués. Elle sert de complément aux procédures d’exploitation propres à l’exploitant.

Une éclosion de MVE a touché plusieurs pays de l’Afrique occidentale, notamment la Guinée, le Libéria, la Sierra Leone et le Nigéria. La MVE est une maladie virale aussi rare que grave qui peut infecter tant les humains que les primates non humains (p. ex. singes et gorilles).    

Les personnes infectées peuvent devenir gravement malades, avoir des poussées soudaines de fièvre, devenir extrêmement faibles et souffrir de douleurs musculaires, de maux de tête et de maux de gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’irruptions cutanées et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes. La période entre l’exposition au virus et le début des symptômes peut varier de 2 à 21 jours. Pour le moment, il n’existe aucun vaccin ou traitement spécifique homologué contre la MVE.

Le virus Ebola ne se transmet pas facilement d’une personne à une autre. Il se propage par contact direct avec du sang ou d’autres liquides corporels de personnes infectées, et non par simple contact avec ces dernières. Une personne infectée risque de transmettre le virus seulement une fois l’apparition des symptômes.    

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le risque de transmission du virus  pendant des déplacements en avion est faible. Dans l’éventualité où une personne à bord avait des symptômes de la maladie, la probabilité que d’autres passagers ou que l’équipage soient en contact avec ses liquides corporels est encore plus mince. Généralement, une personne qui souffre de la MVE a trop de malaises pour être en mesure de voyager.

Pour en savoir davantage sur la MVE, consultez la page Maladie à virus Ebola.

Prise en charge d’une personne malade

Si un passager ou un membre de l’équipage de cabine montre des symptômes semblables à ceux de la MVE (présentés ci-haut) et qu’il a résidé ou voyagé dans un des pays touchés inscrits sur le site de l’Agence à l’intention des voyageurs, au cours des 21 derniers jours :

  • lui donner un masque chirurgical pour qu’il se couvre le nez et la bouche, s’il peut le tolérer1, sinon lui demander d’utiliser un mouchoir;  
  • s’il vomit, lui fournir un sac vomitoire;
  • lui donner un sac de plastique pour jeter les mouchoirs souillés et les sacs vomitoires utilisés;
  • l’encourager à nettoyer ses mains avec du savon et de l’eau2 ou, si ses mains ne sont pas visiblement souillées, avec du désinfectant à base d’alcool;
  • si possible, le garder à distance des autres personnes, de préférence à proximité d’un cabinet de toilette qui sera réservé à son usage exclusif;
  • limiter les contacts avec lui au minimum et désigner un membre de l’équipage de cabine (deux si le malade nécessite plus d’assistance) pour s’en occuper, de préférence une personne qui a déjà été en contact avec lui. 

Protocole de prévention et de contrôle de l’infection à l’intention de l’équipage de cabine lorsqu’un cas de MVE est présumé

  • Se nettoyer les mains après chaque contact avec le malade, ses effets personnels ou son environnement immédiat. Pour ce faire, utiliser du savon et de l’eau2 ou, si les mains ne sont pas visiblement souillées, avec du désinfectant à base d’alcool.    
  • En plus de se laver les mains, les membres de l’équipage de cabine qui aident le malade doivent porter l’équipement de protection individuelle (EPI) approprié, conformément au protocole de santé et de sécurité de l’exploitant et tel que recommandé dans la trousse de prévention universelle3 de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), par exemple des gants imperméables jetables.
  • Traiter tous les liquides corporels (p. ex. mucosités, diarrhée, vomissures ou sang) comme étant possiblement infectés.  
  • Restreindre autant que possible l’accès à la zone touchée jusqu’à ce que les mesures de désinfection soient terminées.

Communication et rapports

  • Conformément au protocole habituel, avertir le plus tôt possible les autorités de l’aéroport de destination de la présence d’un passager malade.
  • S’assurer que le personnel de nettoyage de l’avion est informé de la situation et des risques que des surfaces aient été contaminées.

À l’arrivée à l’aéroport

  • Indiquer à tous les passagers de demeurer dans leur siège jusqu’à ce que l’état du malade ait été évalué ou qu’il ait quitté l’avion. 

À l’arrivée, l’état de la personne malade sera évalué par un agent de quarantaine, un agent de l’Agence des services frontaliers du Canada ou un membre des services médicaux d’urgence qui donnera de plus amples directives à l’équipage de cabine et aux autres passagers quant aux mesures à suivre.

S’il y a raison de croire que des personnes à bord de l’avion auraient pu être exposées à un cas présumé de MVE, des renseignements pourraient être recueillis auprès de l’équipage de cabine et d’autres passagers. L’équipage de cabine peut devoir collaborer au processus, au besoin, en demandant aux passagers de remplir des formulaires de localisation de passager pour la santé publique de l’OACI ou en faisant des annonces à bord.        

Il est possible qu’on communique avec l’équipage de conduite et d’autres passagers s’il est nécessaire de procéder à des recherches de contacts.

Quand consulter un professionnel de la santé après avoir été exposé à un cas présumé de MVE (s’applique à tout l’équipage de cabine, le personnel de nettoyage et le personnel de fret)

Si vous tombez malade dans les 21 jours après avoir été exposé à un cas présumé de MVE, appelez votre professionnel de la santé et avertissez immédiatement votre employeur. Avant de vous rendre chez le médecin, à la clinique ou à l’urgence, informez le personnel de soins que vous avez possiblement été exposé à la MVE et décrivez vos symptômes de sorte que les mesures nécessaires puissent être prises pour vous recevoir et éviter tout risque d’exposition au virus, pour le personnel et pour autrui.

Nettoyage

Si un passager ou un membre de l’équipage de cabine présentant des symptômes semblables à ceux de la MVE a été malade à bord d’un aéronef :

  • suivre les mesures d’hygiène courantes décrites dans les lignes directrices de l’Agence de la santé publique du Canada : Pratiques d’hygiène du milieu pour limiter la propagation de maladies transmissibles dans les moyens de transport de passagers et les terminaux;
  • rappeler au personnel de nettoyage l’importance de porter de l’EPI approprié et de suivre les protocoles de santé et de sécurité de l’exploitant pour de telles situations;
  • porter des gants imperméables jetables lors du nettoyage des toilettes et de la cabine des passagers;
  • il n’est pas nécessaire de procéder à un nettoyage spécial des revêtements, des tapis ou des compartiments de rangement, sauf si ceux-ci sont visiblement souillés par du sang ou des liquides corporels;  
  • il n’est pas nécessaire d’utiliser un type d’aspirateur donné ni de suivre une procédure particulière à cet égard;
  • se laver les mains avec du savon et de l’eau4 immédiatement après avoir retiré les gants, ou avec du désinfectant à base d’alcool si les mains ne sont pas visiblement souillées. 
  • Tous les déchets, y compris les couvre-sièges et les tapis souillés, le matériel de nettoyage utilisé et les pièces jetables de l’EPI doivent être mis dans un sac de déchets pour matières contaminées et disposés conformément aux protocoles de l’exploitant pour les déchets biologiques dangereux.
    • Retirer l’EPI avec soin pour éviter de se contaminer.

Personnel de fret

Le chargement ne devrait pas poser de risque puisque la MVE se propage par contact direct avec le sang ou les liquides corporels d’une personne infectée.

Mesures préventives

  • Ne pas manipuler les paquets visiblement souillés de sang ou de liquides corporels.
  • Les manutentionnaires de fret doivent se laver les mains fréquemment.

Footnote 1
Organisation mondiale de la Santé http://www.who.int/ith/updates/20140421/fr/
Footnote 2
Si les mains sont visiblement souillées et qu’il n’y a pas d’eau ni de savon, nettoyer d’abord avec des lingettes humides puis avec un désinfectant à base d’alcool.
Footnote 3
Des trousses de prévention universelle de l’OACI devraient être présentes dans les avions pour la prise en charge des passagers malades.
Footnote 4
Si les mains sont visiblement souillées et qu’il n’y a pas d’eau ni de savon, nettoyer d’abord avec des lingettes humides puis avec un désinfectant à base d’alcool.