Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Faits saillants sur les quartiers résidentiels et l'activité physique au Canada

Données tirées du module de réponse rapide sur l'environnement du quartier de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2011

Introduction

Les quartiers où vivent les Canadiens et Canadiennes peuvent avoir une influence sur leur comportement, leur santé et leur bien-être. Certaines caractéristiques du milieu de vie comme les installations récréatives, les trottoirs, les parcs et les magasins situés à distance de marche du domicile peuvent contribuer grandement à augmenter le niveau d'activité physique.

Les caractéristiques du milieu de vie peuvent avoir une influence sur le niveau d'activité physique.

L'activité physique joue notamment un rôle important dans la promotion de la santé et la prévention des maladies chez les Canadiens et Canadiennes. Les personnes qui sont physiquement actives vivent plus longtemps, sont en meilleure santé et risquent moins de se blesser et d'être atteintes de maladies.

En 2011, l'Agence de la santé publique du Canada a financé un module portant sur l'environnement du quartier dans le cadre de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de Statistique Canada. Ce module fournit de nouvelles données sur le nombre de Canadiens et Canadiennes qui habitent dans un quartier favorisant l'activité physique durant les loisirs et le transport actif (la marche ou la bicyclette pour se rendre au travail ou à l'école). En juillet et août 2011, des entrevues ont été menées auprès d'un échantillon représentatif à l'échelle nationale comptant 8 316 personnes de 12 ans et plus; 44% des personnes interrogées étaient de sexe masculin, et la moyenne d'âge était de 49 ans.

Différentes caractéristiques du milieu de vie ont une influence sur les loisirs, l'activité physique et le transport actif.

La majorité des Canadiens de 12 ans et plus ont indiqué qu'ils étaient actifs physiquement.

  • 62 % des répondants étaient actifs ou modérément actifs selon l'énergie qu'ils avaient dépensée lors de diverses activités physiques durant leurs loisirs.
  • 27 % ont indiqué avoir eu recours au transport actif durant les trois mois précédant l'entrevue.

Caractéristiques des quartiers résidentiels au Canada
De façon générale, les Canadiens habitent un quartier résidentiel qui favorise et facilite l'activité physique.

  • 78 % ont répondu que leur quartier comptait plusieurs installations récréatives gratuites ou à faibles coûts, comme des parcs, des sentiers de marche ou des centres récréatifs.
  • 73 % ont indiqué qu'il y avait des trottoirs dans la plupart des rues de leur quartier.
  • 72 % ont répondu qu'ils pouvaient se rendre à la marche en moins de 15 minutes à un arrêt de transport en commun (autobus, train, métro ou tramway).
  • 70 % ont affirmé qu'il y avait de nombreuses choses intéressantes à regarder en marchant dans leur quartier.
  • 62 % ont indiqué que des magasins, boutiques, marchés ou autres commerces pour acheter des biens de première nécessité se trouvaient à distance de marche facile de leur domicile.

Peu de Canadiens ont indiqué que leur quartier comportait des caractéristiques qui découragent l'activité physique. Par exemple :

  • un taux de criminalité qui empêche les gens du quartier d'y marcher la nuit (19 %);
  • la densité de la circulation qui rend difficile ou désagréable la pratique de la marche ou de la bicyclette (20 % et 25 % respectivement).

La présence d'arrêts de transport en commun à proximité et celle de trottoirs dans la plupart des rues du quartier n'ont pas influé sur la pratique d'activités physiques durant les loisirs; par ailleurs, la perception personnelle de la criminalité, la forte densité de la circulation et un environnement attrayant sur le plan visuel n'ont pas eu d'influence sur le transport actif.

Les personnes qui vivent dans des quartiers comptant des parcs, des sentiers de marche, des pistes cyclables, des terrains de jeux et des piscines publiques ont fait beaucoup plus d'activité physique durant leurs loisirs que celles qui n'habitent pas dans un quartier ayant de telles caractéristiques. 

Les caractéristiques du quartier sont liées à l'activité physique durant les loisirs. Les répondants à l'enquête étaient significativement plus susceptibles de se dire physiquement actifs durant leurs loisirs s'ils vivaient dans un quartier :

  • comptant plusieurs installations récréatives gratuites ou à faible coût, comme des parcs, des sentiers de marche, des pistes cyclables, des centres récréatifs, des terrains de jeux et des piscines publiques;
    • 65 % des répondants étaient physiquement actifs, comparativement à
    • 55 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas de telles installations.
  • où il y a des choses intéressantes à regarder en marchant;
    • 66 % des répondants étaient physiquement actifs, comparativement à
    • 54 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas de choses intéressantes à regarder.
  • où la densité de la circulation ne rend pas difficile ou désagréable la pratique de la marche ou de la bicyclette;
    • 64 et 65 % (respectivement) étaient physiquement actifs, comparativement à
    • 56 et 57 % (respectivement) des répondants habitant un quartier où la densité de la circulation est excessive.
  • comptant des zones désignées pour faire de la bicyclette;
    • 65 % des répondants étaient actifs, comparativement à
    • 60 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas de telles zones.
  • où les trottoirs sont bien entretenus;
    • 64 % des répondants étaient actifs, comparativement à
    • 59 % de ceux habitant un quartier où les trottoirs ne sont pas bien entretenus.
  • où il est très sécuritaire d'y marcher la nuit;  
    • 64 % des répondants étaient actifs, comparativement à
    • 58 % de ceux habitant un quartier où le taux de criminalité fait en sorte qu'il est dangereux d'y marcher la nuit.
  • comptant des commerces où acheter des biens de première nécessité à une distance de marche facile du domicile;
    • 64 % des répondants étaient actifs, comparativement à
    • 59 % de ceux habitant un quartier où ces commerces sont peu nombreux.

 
Deux éléments de l'environnement du quartier résidentiel ne semblent pas avoir d'influence sur l'activité physique durant les loisirs : la présence d'arrêts de transport en commun à proximité et celle de trottoirs dans la plupart des rues.

Les personnes qui vivent dans un quartier où se trouvent des arrêts de transport en commun à proximité de leur domicile utilisent davantage les transports actifs comparativement à celles qui ne vivent pas dans un tel quartier.

Caractéristiques du quartier liées au transport actif.
Le transport actif constitue un moyen important pour les adultes d'atteindre les niveaux d'activité physique recommandésNote de bas de page 1.
Les répondants à l'enquête étaient significativement plus susceptibles d'indiquer qu'ils avaient marché ou utilisé leur bicyclette pour se rendre au travail ou à l'école s'ils vivaient dans un quartier : 

  • où un arrêt de transport en commun se trouve à moins de 15 minutes de marche de leur domicileNote de bas de page 2;
    • 32 % des répondants avaient utilisé un transport actif comparativement à  
    • 15 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas d'arrêt de transport en commun à proximité.
  • où il y a des trottoirs dans la plupart des rues;
    • 33 % des répondants avaient utilisé un transport actif comparativement à 
    • 12 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas de trottoirs dans la plupart des rues.
  • comptant des zones désignées pour faire de la bicyclette; 
    • 32 % des répondants avaient utilisé un transport actif comparativement à 
    • 22 % de ceux habitant un quartier où il n'y a pas de telles zones.
  • comptant plusieurs installations récréatives gratuites ou à faible coût;
    • 31 %  ont utilisé un transport actif comparativement à 
    • 15 % de ceux habitant un quartier il n'y a pas de telles installations.
  • où les trottoirs sont bien entretenus;
    • 32 % des répondants avaient utilisé un transport actif comparativement à 
    • 16 % de ceux habitant un quartier où les trottoirs ne sont pas bien entretenus.
  • où la densité de la circulation ne rend pas difficile ou désagréable la pratique de la marche;
    • 28 % des répondants avaient utilisé un transport actif comparativement à 
    • 23 % de ceux habitant un quartier où la densité de la circulation rend difficile ou désagréable la pratique de la marche.

Les personnes qui vivent dans un quartier où il y a des trottoirs dans la plupart des rues utilisent davantage les transports actifs que celles qui habitent un quartier où il n'y a pas de trottoir dans la plupart des rues.

Bien qu'il soit possible que les personnes actives physiquement choisissent de vivre dans des quartiers dont les caractéristiques favorisent l'activité physique, ce lien n'explique pas tout.

Trois facteurs ne semblent pas avoir d'influence sur la décision d'utiliser un transport actif : habiter dans un quartier où le taux de criminalité fait en sorte qu'il est dangereux d'y marcher la nuit, habiter un quartier où la densité de la circulation rend difficile ou désagréable la pratique de la bicyclette et habiter un quartier intéressant sur le plan visuel.

Au Canada, on observe un lien entre certaines caractéristiques du quartier et le niveau et le type d'activité physique pratiquée.

Résumé

L'enquête a démontré que la majorité des Canadiens et Canadiennes vivent dans un quartier comptant des caractéristiques qui favorisent l'activité physique. Élément plus important encore, ceux et celles qui vivent dans de tels quartiers sont plus actifs physiquement, tant durant leurs loisirs que pour se rendre au travail ou à l'école (en utilisant les transports actifs, soit la marche ou la bicyclette). Il est possible que les personnes qui sont plus actives physiquement préfèrent habiter dans un quartier présentant des caractéristiques qui favorisent l'activité physique plutôt qu'un quartier qui ne les possède pas. Toutefois, l'enquête a permis de démontrer que certaines caractéristiques encouragent soit l'activité physique durant les loisirs, soit le transport actif. Un certain nombre de facteurs influent sur la décision de faire de l'activité physique, et les résultats de l'enquête fournissent des données préliminaires démontrant que l'environnement bâti peut influer sur cette décision. Ces données semblent indiquer que l'environnement bâti constitue un autre facteur de risque modifiable pouvant avoir des effets sur l'état de santé de la population.

Les pages suivantes du site Web de l'Agence de la santé publique du Canada présentent d'autres renseignements sur l'activité physique et l'environnement du quartier :

Environnements favorables à l'activité physique : L'environnement bâti a un effet sur notre santé;

Collectivités-amies des aînés.

Ressources externes

Centre de collaboration nationale en santé environnementale

Ressources sur l'environnement bâtiLien externe

Fondation des maladies du cœur  

Trousse Façonner des collectivités actives et sainesLien externe

D'autres renseignements sur le module de réponse rapide sur l'environnement du quartier de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2011 sont présentés sur le site Web de Statistique CanadaLien externe.


Note de bas de page 1
Les adultes de 18 à 64 ans devraient faire au moins 150 minutes par semaine d'activité aérobique d'intensité modérée à vigoureuse, par période de 10 minutes ou plus.
Note de bas de page 2
Les déplacements en transport en commun débutent et se terminent habituellement par un transport actif, comme la marche ou la bicyclette.