Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

E. coli

Avis connexes

Escherichia coli, communément appelée E. coli, désigne un grand groupe de bactéries qui se trouvent de façon naturelle dans les intestins des humains et des animaux.

La plupart des variétés de la bactérie E. coli ne présentent aucun danger; cependant certaines souches comme E. coli O157: H7 peut rendre les gens malades, causant de vives crampes d'estomac, de la diarrhée et des vomissements.

Causes

Qu'est-ce qui cause une infection à E. coli? Comment se propage l'infection?

Les infections à E. coli sont généralement causées par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés ou le contact direct avec une personne malade ou des animaux qui sont porteurs de la bactérie.

Les infections peuvent être causées par :

  • du boeuf qui n'a pas été suffisamment cuit;
  • des fruits et des légumes crus, y compris les germes;
  • de l'eau non traitée;
  • du lait (cru) et des produits laitiers (crus) non pasteurisés, y compris les fromages au lait cru;
  • des jus/cidres de pommes non pasteurisés;
  • un contact direct avec des animaux de ferme (y compris dans les zoos pour enfants).

Les aliments peuvent être contaminés à E. coli au moment de l'abattage des animaux ou de la transformation de la viande, même si des précautions sont prises. Lorsque la viande est hachée ou transformée, la bactérie peut se propager à toute la viande. Les aliments peuvent également devenir contaminés s'ils sont manipulés par une personne qui est infectée par la bactérie E. coli, ou qui n'a pas de bonnes habitudes d'hygiène (contamination croisée).

Les fruits et les légumes crus peuvent aussi être contaminés à E.coli dans les champs par du fumier mal composté, l'eau contaminée, les animaux sauvages et les travailleurs agricoles qui ont de mauvaises habitudes d'hygiène.

Les infections à E. coli peuvent aussi se transmettre facilement par le contact entre personnes.

Une bonne hygiène et des habitudes de salubrité pour la préparation et la manipulation des aliments sont essentielles pour prévenir la propagation de la bactérie E. coli.

Si vous croyez être infecté par la bactérie E. coli ou être atteint de toute autre maladie d'origine alimentaire, ne préparez pas d'aliments pour d'autres personnes. Il est également recommandé de tenir les animaux loin du garde-manger et des zones de conservation et de préparation des aliments.

Habituellement, les symptômes d'une infection à E.coli commencent dans les trois à quatre jours suivant l'exposition à la bactérie, mais la période d'incubation peut être aussi courte qu'une journée et aussi longue que dix jours.

Symptômes

Quels sont les symptômes d'une infection à E. coli?

Comme les autres maladies d'origine alimentaire, les symptômes d'une infection à E. coli sont principalement gastro-intestinaux. Ils peuvent varier d'une personne à l'autre, mais les plus fréquents sont les suivants :

  • vives crampes d'estomac;
  • diarrhée (souvent aqueuse et peut devenir sanglante);
  • vomissements;
  • fièvre (généralement assez faible, moins de 38,5 ˚C/101 ˚F).

Environ cinq à dix p. 100 des personnes infectées par la bactérie E. coli O157: H7, et jusqu'à 15 p. 100 des jeunes enfants et des personnes âgées peuvent être atteintes du syndrome hémolytique et urémique (SHU), qui peut entraîner la mort. Les symptômes du SHU varient. Certaines personnes pourront avoir des convulsions ou des accidents cérébrovasculaires, d'autres pourront avoir besoin d'une transfusion de sang et d'une dialyse. Certaines peuvent vivre le reste de leur existence avec des effets secondaires comme des dommages permanents aux reins.

Quelle est la durée des symptômes?

La plupart des personnes atteintes récupèrent dans les cinq à dix jours suivant l'exposition.

Pendant combien de temps les gens atteints sont-ils contagieux?

En règle générale, les adultes infectés par la bactérie E. coli peuvent transmettre l'infection pendant une semaine ou moins, mais la période de contagion peut atteindre jusqu'à trois semaines dans le cas de certains enfants.

Certains aliments augmentent-ils le risque d'infection le botulisme?

Les aliments suivants sont fréquemment associés à E. coli :

  • boeuf, cru et pas assez cuit, haché ou coupé;
  • cidres et jus de pomme non pasteurisés;
  • lait (cru) et produits laitiers (crus) non pasteurisés, comme le fromage au lait cru;
  • eau non traitée;
  • fruits et légumes crus contaminés qui ne sont pas cuits (y compris la luzerne et les germes de soja).

Certaines personnes sont-elles plus à risque d'être infectées par labactérie E. coli?

Bien qu'une infection puisse toucher les gens de tousles âges, les symptômes seront probablement plus graves chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont aussi plus à risque de développer des complications graves.

La bactérie E. coli est-elle dangereuse? Le danger est-il plusgrand pour certaines personnes?

La plupart des personnes infectées par la bactérie E. coli se rétabliront complètement après cinq à dix jours. Les symptômes d'une infection à E. coli risquent d'être plus graves chez les très jeunes enfants et les personnes âgées. Les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont aussi plus à risque de développer des complications graves.

Environ cinq à dix p. 100 des personnes infectées peuvent être atteintes du syndrome hémolytique et urémique (SHU), une maladie inhabituelle du rein et du sang qui peut entraîner la mort. Les symptômes du SHU varient, selon l'état de santé de la personne et la gravité de l'infection. Certaines personnes pourront avoir des convulsions ou des accidents cérébrovasculaires, d'autres pourront avoir besoin d'une transfusion de sang et d'une dialyse. Certaines peuvent vivre le reste de leur existence avec des effets secondaires comme des dommages permanents aux reins.

Les personnes atteintes de diarrhée devraient boire beaucoup de liquides pour prévenir la déshydratation, l'un des effets graves possibles sur la santé d'une maladie d'origine alimentaire. Les boissons les plus utiles pour combattre la déshydratation sont les solutions orales de réhydratation. Ces produits, qui sont vendus sous forme de solutions prémélangées, sont couramment offerts dans les pharmacies. D'autres boissons sans caféine ni alcool peuvent également aider dans le cas d'une faible déshydratation. Ces boissons ne peuvent toutefois pas remplacer les pertes de nutriments et de minéraux pendant la maladie.

Les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes qui ont d'autres maladies sont plus vulnérables à la déshydratation. Les symptômes de déshydratation chez les adultes et les enfants sont notamment une miction moins fréquente, le dessèchement de la bouche et de la gorge et des étourdissements au moment de selever. Un enfant déshydraté peut pleurer en versant peu ou pas de larmes et être inhabituellement somnolent ou difficile. Une déshydratation aiguë peut être grave et la personne malade peut devoir se rendre à l'hôpital afin d'y être réhydratée. Si vous pensez que vous êtes déshydraté ou qu'une personne dont vous prenez soin est déshydratée, communiquez avec votre fournisseur de soins de santé.

Traitement

Comment une infection à E. coliest-elle diagnostiquée et traitée?

Un diagnostic d'infection à E.coli peut être confirmé par une analyse des selles en laboratoire.

La maladie suit généralement son cours puis disparaît. Le traitement pour les personnes infectées par la bactérie E. coli consiste notamment à boire beaucoup de liquides pour remplacer les liquides organiques perdus par la diarrhée et les vomissements et pour prévenir la déshydratation. Les boissons les plus utiles pour combattre la déshydratation sont les solutions orales de réhydratation. Ces produits, qui sont vendus sous forme de solutions prémélangées, sont couramment offerts dans les pharmacies. D'autres boissons sans caféine ni alcool peuvent également aider dans le cas d'une faible déshydratation. Ces boissons ne peuvent toutefois pas remplacer les pertes de nutriments et de minéraux pendant la maladie.

Les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes qui ont d'autres maladies sont plus vulnérables à la déshydratation. Les symptômes de déshydratation chez les adultes et les enfants sont notamment une miction moins fréquente, le dessèchement de la bouche et de la gorge et des étourdissements au moment de selever. Un enfant déshydraté peut pleurer en versant peu ou pas de larmes et être inhabituellement somnolent ou difficile. Une déshydratation aiguë peut être grave et la personne malade peut devoir se rendre à l'hôpital afin d'y être réhydratée. Si vous pensez que vous êtes déshydraté ou qu'une personne dont vous prenez soin est déshydratée, communiquez avec votre fournisseur de soins de santé.

Les antibiotiques ne sont pas utilisés pour traiter la maladie puisqu'ils peuvent augmenter le risque de présenter un syndrome hémolytique et urémique.

Prévention

Comment prévenir les infections à E. coli?

Une bonne hygiène et des habitudes de salubrité pour la préparation et la manipulation des aliments sont essentielles pour prévenir la propagation de toutes les maladies d'origine alimentaire, y compris E. coli.

Se laver les mains est l'une des meilleures façons d'éviter la propagation des maladies d'origine alimentaire.

Un aliment contaminé peut sembler normal par l'aspect et l'odeur. Il est important de bien cuire les aliments pour détruire les bactéries.

Les conseils suivants vous aideront à réduire vos risques d'infection à E. coli ou de contracter une autre maladie d'origine alimentaire :

  • Les bactéries peuvent proliférer dans la plage des températures dangereuses, soit entre 4 °C et 60 °C (40 °F et 140 °F). Gardez les aliments froids au froid à 4 °C (40 °F) ou moins et gardez les aliments chauds au chaud à 60 °C (140 °F) ou plus.
  • Placez viande, volaille et fruits de mer crus dans des contenants sur la tablette du bas de votre réfrigérateur. Utilisez des contenants assez grands pour éviter que les jus des aliments crus ne s'égouttent sur les autres aliments ou que les aliments se touchent.
  • Séparez les aliments crus des autres aliments pendant que vous faites vos courses, et que vous rangez, vous préparez et servez des aliments.
  • Lavez les fruits et les légumes soigneusement avant de les manger, nettoyez les comptoirs et les planches à découper et lavez-vous les mains régulièrement.
  • Lisez l'étiquette de tous les aliments et suivez le mode de cuisson et de conservation qui y est indiqué. Vérifiez la date « meilleuravant », et si vous voyez un aliment dans un magasin dont la date est expirée, dites-le au responsable de service.
  • Utilisez de l'eau tiède savonneuse pour nettoyer les couteaux, la planche à découper, les ustensiles, vous laver les mains et toutes les surfaces qui sont entrées en contact avec de la nourriture, surtout s'il s'agit de viande ou de poisson.
  • Placez au réfrigérateur ou au congélateur les denrées périssables au plus tard deux heures après les avoir fait cuire.
  • Faites congeler les restants de table ou consommez-les au plus tard quatre jours après cuisson. Faites toujours réchauffer les restants de table jusqu'à ce qu'ils soient fumants avant de les manger.
  • Gardez votre réfrigérateur propre et maintenez-y la température à 4 °C ou 40 °F ou moins. Placez un thermomètre dans votre réfrigérateur pour être certain.

La cuisson détruira-t-elle la bactérie?

Comme beaucoup d'autres bactéries nocives qui pourraient se trouver dans nos aliments, la bactérie E. coli est détruite lorsque les aliments ont cuit jusqu'à une certaine température interne. Il ne suffit pas de regarder. Utilisez un thermomètre numérique pour vérifier la température interne des aliments et vous assurer qu'ils sont cuits adéquatement.

Assurez-vous que les aliments ont cuit jusqu'à ce que leur température interne soit sûre.

Aliments Température
Boeuf, veau et agneau (morceauxet pièces entières) - mi-saignant 63°C(145°F)
Boeuf, veau et agneau (morceauxet pièces entières) - à point 71°C(160°F)
Boeuf, veau et agneau (morceauxet pièces entières) - bien cuit 77°C(170°F)
Porc (morceaux et pièces entières) 71°C(160°F)
Volaille (morceaux) - poulet, dinde, canard 74°C(165°F)
Volaille (volaille entière) -poulet, dinde, canard 85°C(185°F)
Viande hachée et mélanges de viandes (p. ex. hamburgers, saucisses, boulettes de viande, pains de viande, ragoûts) – boeuf, veau,agneau et porc 71°C(160°F)
Viande hachée et mélanges de viandes—volaille 74°C(165°F)
Plats à base d'oeuf 74°C(165°F)
Autres (hot dogs, farces, restes) 74°C(165°F)

Surveillance

Les éclosions d'infections à E. coli sont-elles courantes au Canada?

Au cours des dernières années, en moyenne 440 cas d'un certain type d'infection à E. coli ont été déclarés annuellement au Canada.

Des éclosions peuvent survenir dans une collectivité, une province ou de multiples provinces, et toutes les éclosions ne font pas l'objet d'une déclaration à l'échelle nationale. De 2000 à 2004, 129 éclosions et grappes de cas de maladie associées au même type d'infection à E. coli ont été rapportées à l'Agence de la santé publique du Canada, mais ce nombre pourrait ne pas inclure toutes les éclosions et les grappes de cas survenues au Canada pendant cette période.

L'Agence de la santé publique du Canada surveille-t-elle l'évolution des infections à E. coli à l'échelle du pays?

Oui, l'Agence de la santé publique du Canada collabore avec les autorités provinciales et territoriales pour surveiller le nombre de cas de certains types d'infection à E. coli à l'échelle du pays.

Les médecins prélèvent habituellement des échantillons chez les malades qui les consultent. Ils envoient ensuite ces échantillons à un laboratoire régional, fédéral, provincial ou territorial aux fins d'analyse.

Le laboratoire soumet l'échantillon à des tests pour déterminer quel est l'organisme à l'origine de la maladie et peut réaliser d'autres tests afin de déterminer l'empreinte génétique de la bactérie.

Les laboratoires provinciaux et territoriaux présentent un rapport quotidien du nombre de cas d'infection à E. coli identifiés sur leur territoire au Programme national de surveillance des maladies entériques. Les laboratoires peuvent ensuite afficher les résultats du test d'empreinte génétique sur PulseNet Canada, un réseau national qui permet aux microbiologistes de repérer et d'échanger des empreintes génétiques à l'échelle du pays à des fins de comparaison.

Tous les laboratoires comparent ensuite leurs résultats à ceux affichés sur PulseNet pour trouver des correspondances et reconnaître les éclosions de maladies.

La coordination de PulseNet Canada est assurée par le Laboratoire national de microbiologie de l'Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg.

Le Système de surveillance des maladies à déclaration obligatoire assure aussi le suivi du nombre total de cas d'infection à E. coli chaque année, et consigne aussi l'âge et le sexe des cas. C'est le meilleur système pour comprendre s'il y a augmentation ou diminution du nombre de cas de maladie au fil du temps.

La figure ci-dessous montre les taux d'incidence d'E. coli de 2003 à 2013 déclarés au moyen du Programme national de surveillance des maladies entériques (PNSME) de l'Agence. En 2012, il y avait approximativement deux fois moins de déclarations d'infection par la bactérie E. coli O157 qu'en 2006. Elles montrent que la tendance descendante se poursuit.

Taux d'incidence des sérotypes d'E. coli O157 producteur de vérotoxine et d'E. coli non O157 (y compris les microorganismes de sérotpe indéterminé) déclarés à l'Agence au moyen du PNSME, de 2003 à 2013 (Données préliminaires pour 2013).
Figure 1

Équivalent textuel

Le tableau ci-dessous est une comparaison des taux et des totaux nationaux annuels pour E. coli et d'autres principaux groupes de micro-organismes déclarés au moyen du Programme national de surveillance des maladies entériques (PNSME) de 2006 à 2012.


TauxFootnote et des totaux nationaux annuels (par 100 000 habitants) par principaux groupes de microorganismes déclarés au PNSME, de 2007 à 2013Footnote *
Group 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux
Footnote
Les taux sont calculés à partir des estimations de la population du Canada au 1er juillet des années 2007 à 2013 de Statistique Canada.
Footnote *
Données préliminaires pour 2013.
Footnote ¥
Seuls les cas d'infection à E. coli O157 ont été pris en compte dans ce tableau, car les sérotypes d'E. coli autres que O157 ne sont pas systématiquement déclarés par les provinces.
Footnote £
La déclaration de Listeria monocytogenes au PNSME a débuté en juillet 2010.
E. coli O157 Footnote ¥

934

2,84

661

1,99

529

1,57

405

1,19

481

1,40

486

1,40

470

1,34

Listeria Footnote £ - - - - - - - -

132

0,38

124

0,36

117

0,33

Salmonella

6419

19,52

6351

19,10

6084

18,09

7254

21,33

6806

19,82

6980

20,08

6270

17,83

Shigella

636

1,93

680

2,05

631

1,88

739

2,17

861

2,51

988

2,84

621

1,77

Protégez-vous contre les maladies associées aux aliments en adoptant des pratiques sûres de manipulation des aliments. Pour plus d'informations sur la salubrité des aliments, visitez www.salubritedesaliments.gc.caLien externe.