Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web! Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Partagez cette page

Rapport de L’administrateur en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada 2008

Facteurs socioéconomiques qui influent sur notre état de santé et qui contribuent aux inégalités sur le plan de la santé

Ce qui nous permet d’être, et de rester, en bonne santé 

Tous les Canadiens ne sont pas égaux sur le plan de la
santé. Il est donc primordial de comprendre les nombreux
facteurs – ou déterminants – qui contribuent à la santé et aux différences en matière de santé afin de trouver et de mettre en œuvre des solutions. 

 

Les inégalités sur le plan de la santé sont les différences entre l’état de santé de diverses personnes ou de divers groupes de la société. Elles peuvent être causées par des facteurs génétiques ou biologiques, des choix effectués ou encore, être le fruit du hasard, mais bien souvent, elles résultent d’un accès inégal à des facteurs clés qui influent sur l’état de santé, comme le revenu, le niveau de scolarité, l’emploi et le soutien social2.

 

L’âge, le sexe et l’hérédité sont des facteurs clés qui détermine la santé. Les choix que nous faisons importent aussi, mais ceux-ci sont influencés par les milieux, les expériences, les cultures et d’autres facteurs (déterminants de la santé). Pour certains, même lorsque les meilleurs choix connus sont effectués, leurs résultats de santé sont limités par ces autres facteurs.

Les facteurs économiques et sociaux tel que le revenu, le niveau de scolarité et l’appartenance sociale, ont une incidence directe sur la santé145, 167, 211. Les liens entre ces déterminants socioéconomiques sont très forts et influent sur la santé. En général, toute amélioration de l’un de ces déterminants peut donner lieu à une amélioration des comportements liés à la santé et des effets sur la santé chez les personnes ou les groupes.

Par exemple, il arrive souvent que les personnes ayant un très faible revenu manquent de ressources et aient un accès limité à des aliments nutritifs, à un logement convenable ainsi qu’à des sentiers piétonniers et à des conditions de travail sécuritaires, ce qui peut avoir des effets négatifs sur leur état de santé7.

En outre, elles peuvent avoir des difficultés financières et être stressées, ce qui, à la longue, peut entraîner des problèmes de santé, comme de l’hypertension ou des complications pour le système immunitaire ou l’appareil circulatoire145. En revanche, dans le cas des personnes ayant un revenu adéquat et un bon emploi, les effets sur leur santé dépendent probablement beaucoup moins des besoins matériels. Toutefois, ces effets sont tout de même fonction des exigences liées à la vie personnelle et à la vie professionnelle ainsi qu’à la capacité de gérer la prise de décisions et d’influer sur celles-ci dans ces deux contextes. En général, plus une personne a l’impression de pouvoir faire face à diverses situations, plus elle est en bonne santé. L’augmentation du niveau de stress et un manque de ressources, de compétences, de soutien social et d’appartenance à la communauté peuvent entraîner des capacités d’adaptation inadéquates et des comportements malsains, comme le tabagisme, la surconsommation d’alcool et les mauvaises habitudes alimentaires7, 122.

La structure de la société influe également sur la santé, compte tenu de la répartition des ressources et des biens collectifs. En fait, il semble que la santé de la population soit fonction de l’équité dans la répartition de ces ressources et de ces biens2. Le soutien social, le réseau social et les liens culturels peuvent protéger contre les effets sur la santé associés aux conditions de vie désavantageuses. De plus, le fait d’avoir un bon départ dans la vie peut ouvrir la voie à une vie saine. En effet, des recherches montrent que de nombreux problèmes chez les adultes (p. ex. troubles de santé mentale, obésité, maladies du cœur, criminalité, faible niveau d’alphabétisation) ont leur origine dans la petite enfance. Un enfant qui bénéficie d’un environnement stimulant et favorable et d’une présence parentale positive – en particulier de la naissance à l’âge de six ans – pourrait être avantagé sur le plan de la santé (p. ex. atténuation des risques d’avoir un mauvais bilan de santé plus tard)212.

Les déterminants socioéconomiques de la santé énumérés ci-après sont étudiés plus en détail dans le présent chapitre. L’ordre dans lequel ils sont traités reflète l’importance du contexte socioéconomique général entourant les comportements liés à la santé, l’accès aux soins et, au bout du compte, la santé de la population. Les déterminants sont les suivants :

  • le revenu;

  • l’emploi et les conditions de travail;
  • la sécurité alimentaire;
  • l’environnement et le logement;
  • le développement des jeunes enfants;
  • le niveau de scolarité et d’alphabétisation;
  • le soutien social et l’appartenance sociale; 
  • les comportements liés à la santé;
  • l’accès aux soins.  


Le tableau 4,1 montre à la fois des statistiques mesurées et des indicateurs auto-déclarés relativement aux principaux facteurs socioéconomiques qui influent sur la santé de la population en général. Les statistiques proviennent de sources comme des recensements, des déclarations de revenu, de la surveillance scientifique (p. ex. instruments de mesure de la qualité de l’air) et des casiers judiciaires ou des condamnations pour des actes criminels ou violents. Les indicateurs auto-déclarés proviennent de renseignements fournis par des personnes sur les comportements liés à la santé (p. ex. nombre de cigarettes fumées par jour, pratiques sexuelles), l’accès aux soins (p. ex. consultations médicales), la sécurité alimentaire et le sentiment d’appartenance à la communauté. Par la suite, vous trouverez une description de chaque facteur ainsi que de la façon dont ils influent sur différents groupes de Canadiens et comment ils varient au sein de la population.

Le présent chapitre présente également des interventions qui montrent comment il est possible d’influer sur les facteurs susmentionnés au moyen de politiques et de programmes précis élaborés et mis en œuvre par différents secteurs de la société canadienne, y compris le secteur public de la santé. Ces secteurs ont mené des travaux indépendants et concertés en vue de réduire les inégalités sur le plan de la santé grâce à leur expérience et à leurs connaissances sans cesse grandissantes sur les facteurs qui influent sur la santé et la qualité de vie. Pour certaines interventions, la valeur exprimée est appuyée par des données. Nous avons attribué à certaines autres la mention « prometteuse », mais nous ne les avons pas entièrement étudiées ni évaluées en vue de prouver leur efficacité. Nous avons tenté de présenter les activités en fonction de divers groupes d’âges, populations et environnements représentatifs du Canada.

Tableau 4,1 Facteurs qui influent sur notre état de santé


Valeur

Description 

Année

Revenu

Personnes ayant un faible revenu
(après impôt)

10,8


Pourcentage de la population basé sur les niveaux de seuil de faible revenu de 1992

2005


Emploi et conditions d’emploi

Taux de chômage

6,3


Pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus

2006


Sécurité alimentaire

Personnes faisant état
d’insécurité alimentaire


9,2


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2004


Environnement et logement

Exposition à l’ozone au niveau du sol


38,1


Parties par milliard (en fonction de la population) 


2005


Exposition aux particules fines (P2,5)


9,5


Microgrammes par mètre cube
(fonction de la population)


2005


Incapacité d’accéder à un logement acceptable


13,7


Pourcentage de la population


2001


Niveau de scolarité et d’alphabétisation

Diplôme d’études secondaires


79,7


Pourcentage de la population âgée de 25 ans et plus


2006


Études postsecondaires partielles


60,1


Pourcentage de la population âgée de 25 ans et plus


2006


Études postsecondaires


54,2


Pourcentage de la population âgée de 25 ans et plus


2006


Soutien social et appartenance sociale

Sentiment d’appartenance communautaire très fort ou assez fort *


62,3


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


Crimes violents commis


951


Par 100 000 habitants


2006


Comportements liés à la santé

Fumeurs quotidiens*


18,6


Pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus


2006


Activité physique durant les loisirs*


52,2


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


Consommation de 5 fruits ou légumes ou plus par jour*


41,2


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


Abus d’alcool (5 verres ou plus à la fois, 12 fois ou plus par année) *


21,8


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


Consommation de drogues illicites*


12,6


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2002


Grossesse chez les adolescentes


30,5


Nombre de grossesses par 1 000 femmes âgées de 15 à 19 ans


2004


Accès aux soins

Consultation régulière du médecin de famille*


86,4


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


Consultation d’un professionnel des soins dentaires*


63,7


Pourcentage de la population âgée de 12 ans et plus


2005


* Indique des données auto-déclarées
Remarque : Il se peut que certaines données ne puissent être comparées. Vous trouverez plus de renseignements à l’annexe D : Définitions et sources de données des indicateurs.
Sources : L’Agence de la santé publique du Canada utilise des données de Santé Canada, de Statistique Canada, de la Société canadienne d’hypothèques et de logement et d’Environnement Canada.