Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Faits saillants sur le diabète 2011

Faits saillants sur le diabète: Données compilées de l'Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada de 2011

Introduction

En 2008-2009, plus de 2,3 millions de Canadiens et Canadiennes étaient atteints du diabète. Le diabète pose des défis non seulement pour les personnes atteintes, mais aussi pour leur famille et le système de soins de santé. Il a été démontré qu'une gestion du diabète et des soins optimaux permettent de prévenir et de retarder les complications ainsi que d'en réduire la gravité.

L'Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada de 2011 de l'Agence de la santé publique du Canada fournit de nouveaux renseignements sur la façon dont les adultes canadiens vivant avec le diabète gèrent leur maladie. L’enquête a été réalisée par Statistique Canada auprès d’un échantillon représentatif à l’échelle nationale de 2 933 personnes qui ont déclaré être atteintes du diabète. La moitié était des hommes âgés de 20 ans et plus et l’âge moyen était de 63 ans.

Le diabète est une maladie chronique qui survient lorsque le corps est incapable de sécréter une quantité suffisante d'insuline ou incapable de l'utiliser correctement. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2 sont les deux formes les plus courantes de la maladie. Dans le cadre de cette enquête, 90 % des personnes interrogées qui savaient de quel type de diabète elles étaient atteintes ont indiqué avoir le diabète de type 2, 9 %, le diabète de type 1 et moins de 1% ont indiqué avoir un autre type de diabète.

Le diabète peut avoir un impact sur la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes en limitant leurs activités quotidiennes et leur capacité de travailler. Par exemple :

  • 6 % des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont répondu que la maladie nuit beaucoup à leur capacité de participer à des activités récréatives, de loisir et des passe-temps.
  • 6 % ont indiqué que le diabète nuit beaucoup à leur capacité d'accomplir des tâches ménagères ou de faire des commissions (comme magasiner).
  • Parmi les personnes qui ont déclaré avoir travaillé après avoir reçu leur diagnostic de diabète, 11 % ont indiqué que la maladie nuit à leur capacité de travailler (elles ont dû changer le nombre d'heures ou le type de travail qu'elles faisaient ou elles ont tout simplement dû arrêter de travailler).

Le diabète peut entraîner des complications touchant les yeux, les reins, le cœur, le cerveau et les membres si la glycémie, la tension artérielle et le taux de cholestérol dans le sang ne sont pas contrôlés. Deux tiers (61 %) des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont révélé avoir été diagnostiqué d'au moins une complication par un professionnel de la santé.

Plus précisément :

  • 35 % ont répondu qu'ils souffrent d'une maladie de l'œil ou qu'ils avaient des problèmes de vision (rétinopathie diabétique, cataractes ou glaucome).
  • 18 % ont répondu qu'ils ont des problèmes rénaux (maladie du rein ou protéines dans l'urine).
  • 10 % ont répondu qu'ils ont des lésions nerveuses.
  • 24 % ont répondu qu'ils souffrent d'une maladie cardiaque ou qu'ils ont déjà été victimes d'un accident vasculaire cérébral ou d'un accident ischémique transitoire (parfois appelé mini accident vasculaire cérébral).
  • 24 % ont répondu qu'ils ont des problèmes avec leurs jambes ou leurs pieds (mauvaise circulation, ulcères ou infections, gangrène, ou amputation).

Un bon contrôle de la glycémie, de la tension artérielle et du taux de cholestérol dans le sang peut réduire de façon importante le risque de complications. Un mode de vie sain contribue également à prévenir les complications du diabète tout en améliorant la qualité de vie. Beaucoup de personnes atteintes de diabète ont dit avoir apporté des changements à leur style de vie, du moins à l'occasion, pour contrôler leur maladie ou pour d'autres raisons :

  • 89 % ont répondu qu'elles modifient leur alimentation.
  • 70 % ont répondu qu'elles font de l'exercice ou de l'activité physique.
  • Quatre personnes sur cinq (77 %) ont affirmé faire de l'embonpoint ou être obèses. De ce nombre, 80 % ont dit avoir tenté de contrôler leur poids ou de perdre du poids.
  • Une personne sur quatre (24 %) a signalé avoir fumé après avoir reçu son diagnostic de diabète. De ce nombre, 29 % ont dit avoir réussi à cesser de fumer.
  • Une personne sur dix (9 %) a indiqué avoir consommé plus de boissons alcoolisées que le nombre recommandé – soit plus de neuf consommations par semaine pour les femmes et 14 pour les hommes – après avoir reçu leur diagnostic de diabète. De ce nombre, la moitié (52 %) a répondu avoir cessé de boire ou limité sa consommation d'alcool.

Pour la plupart des personnes atteintes de diabète, la médication joue aussi un rôle important dans la gestion du diabète :

  • 87 % des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont indiqué prendre des médicaments pour contrôler leur glycémie. De ce nombre, 71 % prennent uniquement des pilules, 13 % prennent uniquement de l'insuline et 16 % prennent à la fois des pilules et de l'insuline pour contrôler leur glycémie.
  • Parmi les personnes ayant reçu un diagnostic d'hypertension, 86 % ont indiqué prendre des médicaments pour contrôler leur tension artérielle.
  • 67 % des Canadiens et Canadiennes atteints de diabète ont dit prendre des médicaments pour contrôler leur taux de cholestérol dans le sang.

L'auto-surveillance de la glycémie peut aider les personnes atteintes du diabète à adapter leur style de vie et leur médication de manière à mieux gérer leur glycémie :

  • La majorité (88 %) des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont indiqué vérifier leur glycémie à la maison. De ce nombre, 63 % vérifient leur glycémie tous les jours et 29 % la vérifient au moins une fois par semaine.

L'accès aux soins de santé est essentiel pour une gestion optimale du diabète :

  • Peu de Canadiens et Canadiennes atteints du diabète (7 %) ont indiqué avoir eu de la difficulté à obtenir des soins de routine pour leur diabète dans les 12 mois précédant leur participation à l'enquête.
  • La majorité des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète (82 %) ont répondu que leur médecin de famille est le professionnel de la santé qui s'occupe principalement du suivi de leur maladie.
  • En outre, la moitié des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète (50 %) ont indiqué avoir rencontré au moins un autre professionnel de la santé concernant leur maladie dans les 12 mois précédant leur participation à l'enquête, ou avoir parlé à au moins un autre professionnel de la santé à ce sujet. Plus précisément :
    • 32 % ont rencontré un spécialiste du diabète ou ont parlé à un tel spécialiste.
    • 9 % ont rencontré un spécialiste des reins ou ont parlé à un tel spécialiste.
    • 14 % ont rencontré un podiatre ou un spécialiste des soins des pieds ou ont parlé à un tel professionnel de la santé.
    • 28 % ont rencontré un diététiste ou un nutritionniste ou ont parlé à un tel professionnel de la santé.

Les soins cliniques sont essentiels pour bien gérer et contrôler le diabète, et la plupart des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont indiqué recevoir de tels soins :

  • 75 % des répondants ont indiqué que leur professionnel de la santé avait mesuré leur glycémie dans les 12 mois précédant leur participation à l'enquête au moyen d'un test d'hémoglobine glycosylée (souvent appelé un test « A1C »).
  • 81 % des répondants ont indiqué que leur professionnel de la santé mesure leur tension artérielle à chaque rendez-vous.
  • 84 % des répondants ont indiqué que leur professionnel de la santé avait mesuré leur taux de cholestérol dans les 12 mois précédant leur participation à l'enquête.

En résumé

La plupart des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète ont indiqué être impliqués de façon importante dans la gestion de leur maladie et recevoir des soins adéquats. Cependant, un nombre important de personnes atteintes du diabète (deux sur trois) ont indiqué souffrir d'au moins une complication vraisemblablement attribuable à leur maladie ou à ses facteurs de risque. Moins de un répondant sur dix a mentionné avoir de la difficulté à obtenir des soins de routine ou un suivi. Même si la majorité des Canadiens et Canadiennes atteints du diabète essaient de faire de l'exercice et de manger sainement, la majorité souffre tout de même d'embonpoint ou était obèse. Le maintien d'un style de vie sain et d'un poids santé, conjugué à l'adhésion au traitement, sont les pierres angulaires de la gestion du diabète.

Pour en savoir plus sur le diabète, consultez les sites suivants :

De plus amples renseignements sur l'Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada de 2011 se trouvent sur le site Web de Statistique Canada. Liene externe