Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web! Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Partagez cette page

ARCHIVÉ - Programmes organisés de dépistage du cancer du sein au Canada - Rapport sur la performance des programmes en 2005 et en 2006

Avertissement Cette page a été archivée

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du CanadaLien externe, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]

Résultats de 2005 et de 2006

Le présent rapport fournit certaines statistiques pour les années civiles 2005 et 2006 à l'aide des données versées à la BDCDCS jusqu'en mars 2010. Aussi, les résultats qui y sont présentés sont fondés sur le rapport de 2007 du Groupe de travail sur les indicateurs d'évaluation, sauf indication contraire [Note 5] .(4) La saisie des données s'échelonne sur plusieurs mois, ce qui peut avoir des conséquences sur l'intégralité des données de certains programmes. À moins d'indication contraire, les statistiques sommaires tiennent compte des données issues des 10 provinces et des Territoires du Nord-Ouest, et s'appliquent aux femmes âgées de 50 à 69 ans. Ces résultats sont fondés uniquement sur les données provenant des programmes organisés de dépistage du cancer du sein (annexe A) et non sur celles du dépistage opportuniste du cancer du sein.

Participation aux programmes organisés de dépistage du cancer du sein

Taux de participation

Un taux de participation adéquat aux programmes de dépistage est essentiel à la réduction de la mortalité attribuable au cancer du sein dans la population cible. En fonction des principes de dépistage et par extrapolation des résultats d'essais cliniques comparatifs randomisés, les programmes canadiens visent un taux de participation de 70 %.(4) Dans les paragraphes qui suivent, nous vous présentons les taux de participations aux différents programmes. Ces taux ont été calculés sur une période de 30 mois, correspondant à la période étudiée dans les rapports internationaux, mais afin de pouvoir les comparer aux résultats des précédents rapports nous indiquons les résultats pour la période habituelle de 24 mois.

Les taux de participation tiennent compte des 10 provinces et des Territoires du Nord-Ouest. En 2005 et 2006, 1 588 699 Canadiennes âgées de 50 à 69 ans (tableau 6. pg32) et 2 031 754 femmes de 40 ans et plus [Note 4] , ont fait l'objet d'une mammographie de dépistage dans le cadre d'un programme organisé de dépistage (tableau 3. pg17). Depuis la création du premier programme en Colombie-Britannique, plus de huit millions de mammographies de dépistage ont été effectuées.

Bien que ces chiffres paraissent impressionnants, le taux de participation visé de 70 % chez les femmes âgées de 50 à 69 ans pour un dépistage bisannuel dans le cadre de programmes organisés est loin d'être atteint. En 2005 et en 2006, 43,9 % et 40,0 % de la population cible ont fait l'objet d'une mammographie dans le cadre d'un programme organisé sur des périodes de 30 et 24 mois, respectivement. Le taux de participation varie d'un programme à l'autre, allant de 10,4 % à 59,2 % sur 30 mois (figure 3a. ci-dessous) et de 9,1 % à 53,3 % sur 24 mois (figure 3b. pg15).

Figure 3a. Participation des femmes âgées de 50 à 69 ans

Figure 3a - texte équivalent

Figure 3b. Participation des femmes âgées de 50 à 69 ans

Figure 3b - texte équivalent

Le taux de participation chez les femmes âgées de 50 à 69 ans est influencé par la proportion de femmes dépistées ne faisant pas partie du groupe d'âge ciblé. Bien qu'une cohérence relative soit observée entre les programmes pour ce qui est de l'acceptation des femmes ne faisant pas partie du groupe des 50 à 69 ans (tableau 1. pg5), la proportion du nombre de dépistages chez les femmes ciblées (de 50 à 69 ans) varie considérablement, allant de 36,7 % à 100 % (figure 4. pg16).

Figure 4. Répartion, par âge, des dépistages effectués dans le cadre d'un: programme selon la province - Années de dépistage 2005 et 2006

Figure 4 - texte équivalent

Tableau 3. Nombre annuel d'examens de dépistage des femmes âgées de 40 ans et plus - Années de dépistage : de 1988 à 2006
Année Programme
T.N.-O. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qca N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. Canada

a Même si le Québec accepte les femmes âgées de 35 à 49 ans et celle de 70 ans et plus, sur recommandation de leur médecin, ces femmes ne sont pas considérées comme participant officiellement au programme et les données relatives à ce groupe sont exclues de ce tableau.

Remarques :

  1. Le Nunavut ne dispose pas d'un programme de dépistage organisé.
  2. Aucune donnée n'est disponible pour le Yukon.
  3. Les données comprennent tous les dépistages; les chiffres ont été mis à jour et pourraient varier légèrement par rapport à ceux qui figurent dans les rapports antérieurs.
  4. Les chiffres présentés constituent une sous-estimation parce que certains programmes ne fournissent pas à la BDCDCS l'ensemble des résultats obtenus concernant les femmes âgées de moins de 50 ans ou de plus de 69 ans.
1988 --- 4 370 --- --- --- --- --- --- --- --- --- 4 370
1989 --- 9 155 --- --- --- --- --- --- --- --- --- 9 155
1990 --- 22 271 616 6 355 --- 590 --- --- --- --- --- 29 832
1991 --- 54 185 5 871 14 305 --- 15 380 --- --- 1 876 --- --- 91 617
1992 --- 80 295 15 441 15 778 --- 40 294 --- --- 4 346 --- --- 156 154
1993 --- 99 806 16 146 26 057 --- 45 541 --- --- 4 885 --- --- 192 435
1994 --- 118 505 15 370 25 540 --- 55 480 --- --- 8 457 --- --- 223 352
1995 --- 143 003 14 169 29 603 2 671 58 287 --- 5 648 12 474 --- --- 265 855
1996 --- 166 304 14 679 28 901 13 594 67 729 --- 17 956 15 529 --- 3 120 327 812
1997 --- 173 516 23 333 33 915 19 163 80 132 --- 17 769 19 458 --- 4 694 371 980
1998 --- 189 612 18 887 34 093 23 454 98 597 43 987 25 716 25 423 --- 5 521 465 290
1999 --- 217 137 22 408 35 049 28 201 114 059 145 107 30 454 29 253 5 549 6 087 633 304
2000 --- 223 156 21 714 35 264 28 563 138 308 152 989 32 106 35 228 6 258 6 790 680 376
2001 --- 224 174 23 745 36 286 28 728 163 862 172 062 33 190 35 224 6 685 8 054 732 010
2002 --- 234 510 23 342 34 461 29 261 192 233 194 437 36 798 38 567 6 256 8 859 798 724
2003 --- 220 662 21 809 35 643 31 636 211 925 207 862 37 242 44 934 6 092 11 038 828 843
2004 1 103 230 550 23 106 36 125 32 301 248 548 220 893 37 150 48 576 6 050 9 819 894 221
2005 1 137 256 669 22 225 35 742 33 698 280 123 237 733 39 714 50 809 7 242 14 812 979 904
2006 1 268 266 490 22 109 34 994 36 585 318 421 253 290 37 614 58 137 7 693 15 249 1 051 850
Total 3 508 2 934 370 304 970 498 111 307 855 2 129 509 1 628 360 351 357 433 176 51 825 94 043 8 737 084

Il est important de préciser que ces taux ne tiennent pas compte des femmes qui font l'objet d'un dépistage en dehors d'un programme organisé. Les résultats de sondages portant sur la santé dans la collectivité suggèrent que près de 63 % des femmes âgées de 50 à 69 ans ont passé une mammographie de dépistage au cours des deux dernières années (figure 5a. ci-dessous). Ce pourcentage provient de déclarations volontaires et risque d'être légèrement exagéré étant donné la tendance des répondants à surestimer les comportements souhaités; quoi qu'il en soit, il se situe plus près du taux de participation de 70 % fixé par le Groupe de travail sur les indicateurs d'évaluation. Lorsque nous tenons compte des mammographies effectuées dans le cadre d'un dépistage opportuniste[Note 6] , en plus d'un dépistage organisé, l'utilisation du dépistage par mammographie augmente de façon importante et se rapproche beaucoup des résultats rapportés de façon volontaire pour la même période (figure 5b. ci-dessous). Les données relatives au recours à la mammographie incluent les femmes âgées de 50 à 69 ans ayant fait l'objet d'une mammographie bilatérale (notamment les mammographies de dépistage dans le cadre des programmes organisés, en dehors des programmes organisés et les mammographies bilatérales effectuées dans les provinces qui l'incluent dans leur code de facturation de la mammographie). Le taux d'utilisation de la mammographie de dépistage montre peu de variations entre les provinces (de 60,0 à 64,6 %), mais une variation importante pour ce qui est de la proportion attribuable au dépistage organisé (de 14,5 à 85,2 %).

Figure 5a. Proportion des femmes âgées de 50 à 69 ans déclarant: avoir subi une mammographie de dépistage

Figure 5a - texte équivalent

Figure 5b. Utilisation de la mammographie par province, en 2005-2006,: par les femmes âgées de 50 à 69 ans, au cours des 24 derniers mois

Figure 5b - texte équivalent

Taux de fidélisation

Les avantages optimaux des programmes de dépistage sont obtenus lorsque les femmes y participent régulièrement. Deux objectifs ont été fixés en fonction du taux de participation, du temps de latence, des études relatives aux intervalles de dépistage et des essais cliniques comparatifs randomisés.(5,6,7) Le premier vise les femmes participant à un premier dépistage par mammographie et prévoit qu'au moins 75 % d'entre elles devraient se présenter pour un dépistage subséquent dans les 30 mois suivant le dépistage initial. Le second indique qu'au moins 90 % des femmes ayant fait l'objet d'un dépistage subséquent devraient être revues dans les 30 mois suivant leur dernière mammographie de dépistage. Le taux de fidélisation chez les femmes âgées de 50 à 67 ans exclut les femmes n'ayant pas fait l'objet d'un dépistage subséquent en raison de leur décès, d'un cancer du sein ou parce qu'elles ont dépassé la limite d'âge (plus de 67 ans). Cet indicateur est différent de celui rapporté dans le Rapport sur les indicateurs d'évaluation; il a été actualisé afin de censurer le femmes âgées de plus de 67 ans, permettant ainsi une comparaison plus juste entre les provinces où le dépistage est strictement limité aux femmes âgées de 50 à 69 ans.

Dans l'ensemble, la plupart des femmes âgées de 50 à 67 ans ayant subi une mammographie entre 2002 et 2003 ont été réexaminées dans les 30 mois jusqu'en 2006. Parmi les femmes qui ont passé un premier dépistage par mammographie dans les années civiles 2002 et 2003, 68,9 % sont revenues pour un dépistage subséquent dans les 30 mois suivant leur première mammographie. Chez les femmes âgées de 50 à 67 ans ayant passé un dépistage subséquent durant les années civiles 2002 et 2003, 81,3 % se sont présentées à nouveau dans les 30 mois suivants pour un autre dépistage subséquent (tableaux 6-8. pg32-37).

En général, les femmes plus jeunes (âgées de 40 à 49 ans) étaient plus susceptibles que les femmes plus âgées (70 ans et plus) de se présenter pour un dépistage initial (65,2 et 45,5 % respectivement) et de revenir pour un dépistage subséquent (83,6 et 63,6 % respectivement) (tableau 7. pg35). Il est habituellement recommandé aux femmes âgées de 40 à 49 ans qui choisissent de subir une mammographie de dépistage de passer des examens annuels. La plupart des femmes âgées de 50 à 67 ans sont revenues passer une mammographie de dépistage dans un délai de 21 à 27 mois après leur mammographie subie entre 2002 et 2003, mais les femmes âgées de 40 à 49 ans étaient plus susceptibles que les femmes plus âgées de revenir dans un délai de 12 à 15 mois (figure 6. pg21).

Figure 6. Probabilité cumulative de dépistage subséquent dans le cadre: ayant passé à un test de dépistage en 2002 et en 2003

Figure 6 - texte équivalent

Résultats des programmes organisés de dépistage du cancer du sein

Les programmes organisés de dépistage visent à ce que tous les cancers du sein soient dépistés chez les femmes asymptomatiques tout en réduisant au minimum le nombre de femmes en bonne santé qui ont des résultats anormaux aux tests de dépistage et aux tests de suivi connexes. Chez les femmes asymptomatiques, le taux de rappel pour anomalie et la valeur prédictive positive laissent pressentir que les cancers du sein sont correctement identifiés par les programmes de dépistage en place au Canada.

Taux de rappel pour anomalie

Le taux de rappel pour anomalie fait référence au pourcentage des femmes qui obtiennent des résultats anormaux au dépistage et qui doivent subir d'autres examens. Ce taux représente un indice de mesure de la qualité des programmes de dépistage. L'objectif canadien est fixé à moins de 10 % pour les femmes faisant l'objet d'un dépistage initial et à moins de 5 % pour un dépistage subséquent dans l'intervalle recommandé.

Figure 7. Taux de rappel pour anomaliea selon le groupe d'âge -: Années de dépistage 2005 et 2006

Figure 7 - texte équivalent

Chez les femmes âgées de 50 à 69 ans, le taux de rappel pour anomalie suite à un dépistage initial est de 12,2 % alors qu'il est de 6,0 % chez les femmes faisant l'objet d'un dépistage subséquent (tableau 6. pg32). Le manque d'expérience et les faibles volumes de clichés mammaires interprétés par les radiologistes, ainsi que les délais associés au dépistage subséquent peuvent contribuer à un taux élevé de rappel pour anomalie. Pour tous les groupes d'âge, ce taux grimpe après un intervalle de dépistage de 30 mois, ce qui témoigne de l'importance de subir un dépistage régulièrement (figure 7. ci-dessus).

Valeur prédictive positive

La valeur prédictive positive (VPP) correspond à la proportion de dépistages anormaux qui se sont révélés être des cas de cancer du sein infiltrant ou in situ après le bilan diagnostique. Une VPP élevée témoigne de la réduction au minimum des processus de suivi inutiles. L'objectif canadien est ≥ 5 % pour le dépistage initial et ≥ 6 % pour le dépistage subséquent.

Chez les femmes âgées de 50 à 69 ans, et en fonction uniquement d'une détection des cancers par mammographie, la VPP respecte ces objectifs pour ce qui est du dépistage subséquent (7,8 %) et elle se rapproche de l'objectif pour ce qui est des mammographies initiales (4,7 %). Il est intéressant de noter que la VPP varie en fonction de l'âge de la population examinée, ce qui peut expliquer les raisons pour lesquelles les objectifs canadiens ne ciblent que les femmes âgées de 50 à 69 ans. La VPP augmente considérablement avec âge: allant, pour un dépistage initial, de 2,0% chez les femmes âgées de 40 à 49 ans à 13,9% chez les femmes âgées de plus de 70 ans (tableaux 6-8. pg32-37).

Figure 8. Combinaisons d'examens de diagnostic après la détection d'une: anomalie, femmes âgées de 50 à 69 ans - Années de dépistage 2005 et 2006

Figure 8 - texte équivalent

Processus de diagnostic utilisé par les programmes organisés de dépistage du cancer du sein

Comme le démontre la VPP, la plupart des femmes recevant un résultat de dépistage anormal ne sont pas atteintes d'un cancer du sein; toutefois, elles doivent subir des examens plus approfondis afin d'obtenir un diagnostic définitif. Des examents radiologiques ou chirurgicaux tels la mammographie diagnostique, l'échographie, la ponction à l'aiguille fine, la biopsie ouverte ou par forage sont nécessaires. Il a été démontré qu'un suivi en temps opportun et bien coordonné réduit la crainte et l'anxiété qui accompagnent des résultats anormaux.(8)

Tableau 4. Types d'intervention diagnostique à la suite d'un dépistage anormal, par mode de détection, chez les femmes âgées de 50 à 69 ans - Années de dépistage 2005 et 2006
  Modes de détection
Tous les modes de détection Détection à la mammographie seulement Détection à la suite d'un examen clinique des seins seulement Détection à la mammographie et à l'examen clinique des seins
Intervention diagnostique Nombrea (%b) (Intervalle %c) Nombrea (%b) Nombrea (%b) Nombrea (%b)

a Toutes provinces confondues à l'exclusion de l'Île-du-Prince-Édouard (aucune donnée disponible).

b Proportion de tous les dépistages anormaux nécessitant cette intervention.

c Étendue de variation entre les provinces.

d Il peut y avoir une sous-estimation des chiffres relatifs à l'échographie au Québec parce que les examens effectués en cliniques privées n'ont pas été inclus.

Remarques :

  1. Les proportions totales ne s'élèveront pas à 100% puisque la même femme peut faire l'objet de différentes interventions diagnostiques.
  2. L'établissement d'un diagnostic à la suite d'un dépistage anormal doit être complété dans les 6 mois suivant le dépistage.
Mammographie diagnostique 91 798 (75,1) (52,6 - 92,1) 90 252 (80,1) 331 (4,4) 1 215 (58,6)
Échographied 67 461 (55,2) (30,6 - 75,8) 60 608 (53,8) 5,031 (66,3) 1 822 (87,9)
Ponction à l'aiguille fine 3 595 (2,9) (0,0 - 5,3) 3 160 (2,8) 277 (3,7) 158 (7,6)
Biopsie par forage 16 513 (13,5) (6,4 - 30,6) 15 757 (14,0) 233 (3,1) 523 (25,2)
Biopsie ouverte avec ou sans localisation au harpon 5 303 (4,3) (2,6 - 13,2) 4 888 (4.3) 267 (3,5) 148 (7,1)

En 2005 et en 2006, 75,3 % des femmes ayant reçu des résultats anormaux ont seulement subi un examen d'imagerie du sein, soit une mammographie, une échographie ou une résonance magnétique (IRM). De ce nombre, 13,6 % ont fait l'objet d'une imagerie associée à une biopsie par forage ou à une ponction à l'aiguille fine, ce qui est similaire aux 13 % au cours de l'intervalle précédent rapporté en 2003 et en 2004 (figure 8. pg23). Enfin, depuis 2005 et 2006, le recours à la biopsie par forage est privilégié plutôt que la biopsie ouverte, par rapport à ce qui a été rapporté pour 2003 et 2004. Le pourcentage de biopsies par forage est passé de 12,3 % (13 648 femmes) à 13,5 % (16 513 femmes) tandis que celui des biopsies ouvertes a chuté de 5,6 % (6 188 femmes) à 4,3 % (5 303 femmes) (tableau 4. pg24).

Intervalle diagnostique

L'intervalle diagnostique fait référence à la période de temps comprise entre un résultat de dépistage anormal et sa résolution. Des intervalles diagnostiques excessivement longs peuvent avoir des conséquences psychologiques néfastes en plus de nuire au pronostic.(8) L'objectif canadien est qu'au moins 90 % des cas anormaux soient résolus dans les 5 semaines suivant le dépistage lorsqu'aucune biopsie n'est nécessaire et dans les 7 semaines lorsqu'il faut effectuer une biopsie des tissus. Ces taux sont différents de ceux mentionnés dans le Rapport sur les indicateurs d'évaluation ; ils ont été mis à jour pour clore l'intervalle diagnostique dans un délai de 6 mois après l'obtention de résultats bénins aux tests diagnostiques.

À l'échelle du pays, 75,0 % des femmes pour lesquelles une biopsie tissulaire n'était pas nécessaire ont reçu un diagnostic dans les 5 semaines; ce pourcentage est passé à 46,7 % en ce qui concerne celles qui ont dû subir une biopsie et dont le diagnostic a été rendu dans un délai de 7 semaines. La proportion de femmes ne nécessitant pas de biopsie et dont le cas a été résolu dans les 5 semaines s'améliore progressivement. Elle est maintenant stable à 75,0 %. La proportion de femmes nécessitant au moins une biopsie et dont l'issue a été obtenue dans les 7 semaines est relativement stable au fil du temps (tableaux 6-8. pg32-37).

Taux de tumeurs bénignes à la biopsie chirurgicale ouverte

Le taux de biopsies chirurgicales ouvertes ayant permis de détecter une tumeur bénigne peut aussi servir d'indice de la qualité de l'évaluation préchirurgicale. Toutefois, aucun objectif n'a été fixé en ce qui concerne cet indicateur.

En 2005 et en 2006, les taux de biopsies chirurgicales ouvertes ayant permis de déceler une tumeur bénigne étaient de 3,4 et de 2,1 par 1 000 examens de dépistage (dépistages initiaux et subséquents, respectivement). Au dépistage initial, ce taux est inférieur chez les femmes plus âgées (70 ans et plus) par rapport aux femmes plus jeunes. Par contre, les taux varient très peu en fonction des groupes d'âge lors des dépistages subséquents. Depuis 2002, le taux de biopsie chirurgicale ouverte a diminué, tant pour les femmes subissant un dépistage initial que pour celles subissant un dépistage subséquent, ce qui démontre une tendance à la diminution de l'utilisation de ce type d'intervention diagnostique (tableaux 6-8. pg32-37).

Ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie chirurgicale ouverte

Cet indicateur a été abandonné en raison du faible nombre de biopsies chirurgicales ouvertes effectuées à l'échelle des provinces. Cette diminution s'explique par la tendance à recourir à la biopsie par forage pour obtenir un diagnostic définitif, ce qui mène à des ratios moins stables qui sont devenus difficiles à interpréter.

Taux de tumeurs bénignes à la biopsie par forage

Le taux de biopsies par forage ayant permis de détecter une tumeur bénigne mesure aussi la qualité de l'évaluation préchirurgicale. Toutefois, aucun objectif n'a encore été fixé en ce qui concerne cet indicateur.

En 2005 et en 2006, les taux de biopsies par forage ayant permis de déceler une tumeur bénigne étaient de 13,0 et de 4,8 par 1 000 dépistages (dépistages initiaux et subséquents, respectivement). Le taux le plus bas est observé chez les femmes plus âgées (70 ans et plus) ayant fait l'objet d'un dépistage subséquent. Depuis 2002, ce taux augmente suite aux mammographies de dépistage initiales et subséquentes, ce qui démontre une tendance au recours à la biopsie par forage (tableaux 6-8. pg32-37).

Ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par forage

Le ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par forage peut également servir d'indice de la qualité de l'évaluation préchirurgicale, mais aucun objectif n'a encore été fixé en ce qui concerne cet indicateur. Tout comme le taux de biopsies chirurgicales ouvertes, cet indicateur a été mis à jour afin de clore l'intervalle diagnostique dans un délai de 6 mois après l'obtention de résultats bénins aux tests diagnositiques.

Tableau 5. Caractéristiques des cancers détectés par dépistage, selon le groupe d'âge - Années de dépistage 2005 et 2006
  Groupe d'âge
40-49 50-59 60-69 70+ Tous les groupes
n % n % n % n % n %

a Les cancers sans classification ne sont pas inclus dans cette analyse.

b La classification TNM n'est pas précisée au Québec et à l'Île du Prince-Édouard, par conséquent, 78,3 % et 1,9 %, respectivement, de tous les cas dans la catégorie «Infiltrants (absence de classification TNM)» s'y retrouvent.

c Cette analyse porte exclusivement sur des cancers infiltrants.

d Nous ne disposons pas des données concernant la taille des tumeurs au Québec et à l'Île-du-Prince-Édouard, par conséquent, 90,3 % et 2,2 %, respectivement, de tous les cas dans la catégorie « Taille (de la tumeur) inconnue » s'y retrouvent.

e Comprend exclusivement les ganglions positifs.

f Comprend les valeurs manquantes (94,9 %) et les cas pour lesquels aucun prélèvement n'a été effectué (5,1 %).

g Le Nouveau-Brunswick compte 22,0 % des cas de ganglions positifs, mais le nombre exact de cas n'a pu être obtenu. Le Nouveau-Brunswick compte également 8, 8 % de tous les cas dans cette catégorie.

h Le Québec et l'Île-du-Prince-Édouard ne précisent pas le nombre de cas de ganglions positifs : ces cas représentent respectivement 81,5 % et 2,0 % de l'ensemble des cas dans cette catégorie.

Remarque :

L'Alberta n'est pas incluse dans cette analyse parce que les données requises n'étaient pas disponibles.

Nombre de cancersa
infiltrants 347 71,0 3 005 77,1 3 144 83,0 1 223 85,5 7 719 80,4
CCIS 142 29,0 894 22,9 643 17,0 207 14,5 1 886 19,6
Classification TNM
0 (in situ) 142 30,6 894 34,3 643 25,5 207 16,9 1 886 27,6
I 200 43,1 1 027 39,3 1 257 49,8 717 58,4 3 201 46,9
II 111 23,9 579 22,2 535 21,2 251 20,5 1 476 21,6
III ou IV 11 2,4 110 4,2 91 3,6 52 4,2 264 3,9
Infiltrants (absence de classification TNM)b 25   1 289   1 261   203   2 778  
Taille de la tumeurc
de > 0 à < 2 mm 6 1,8 35 1,9 36 1,8 15 1,3 92 1,7
de 2 à 5 mm 29 8,6 116 6,4 150 7,5 81 6,8 376 7,0
de 6 à 10 mm 77 22,7 412 22,6 560 28,0 347 29,0 1 396 26,1
de 11 à 15 mm 90 26,6 482 26,5 573 28,7 357 29,9 1 502 28,0
de 16 à 20 mm 52 15,3 311 17,1 282 14,1 188 15,7 833 15,6
≥ 21 mm 85 25,1 465 25,5 399 20,0 208 17,4 1 157 21,6
Taille inconnued 8   1 184   1 144   27   2 363  
Taille médiane (mm) 15,0   15,0   13,0   13,0   13,0  
Ganglions positifsce
0 225 71,7 1 261 71,8 1 515 77,5 864 80,5 3 865 75,8
de 1 à 3 69 22,0 372 21,2 335 17,1 166 15,5 942 18,5
4+ 20 6,4 123 7,0 106 5,4 43 4,0 292 5,7
État ganglionnaire inconnufgh 33   1 249   1 188   150   2 620  

En 2005 et en 2006, les ratios tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par forage étaient de 2,9:1 pour ce qui est des dépistages initiaux et de 1,4:1 pour ce qui est des dépistages subséquents. Le ratio le moins élevé est observé chez les femmes plus âgées (70 ans et plus). Chez les femmes âgées de 50 à 69 ans pour lesquelles il s'agissait d'un dépistage subséquent, le ratio est demeuré stable à environ 1,4:1 depuis 2002. En ce qui concerne les femmes ayant fait l'objet d'un premier dépistage, le ratio est demeuré relativement stable depuis 2002, à environ 2,8:1 (tableaux 6-8. pg32-37).

Détection du cancer par les programmes organisés de dépistage du cancer du sein

Dans l'ensemble, les programmes organisés de dépistage ont permis de détecter 7 872 cancers (qu'ils soient infiltrants, in situ ou de type non classé) chez les femmes âgées de 50 à 69 ans en 2005 et en 2006 (tableau 6. pg32). Afin de s'assurer de la cohérence entre les provinces, le présent rapport définie les cancers détectés par dépistage comme les cancers diagnostiqués dans un délai de 6 mois à partir de la date du dépistage. D'autres cas de cancer du sein ont été détectés chez les Canadiennes suite à des dépistages opportunistes (c'est-à-dire des dépistages qui ne sont pas effectués dans le cadre d'un programme organisé) ou chez les femmes présentant des symptômes.

Parmi toutes les femmes de 40 ans et plus diagnostiquées dans le cadre d'un programme organisé de dépistage, 80,4 % (7 719 femmes) ont reçu un diagnostic de cancer infiltrant et 19,6 % (1 886 femmes) de carcinome in situ . La proportion de cancers infiltrants augmente avec l'âge; ce type de cancer a été détecté chez 71,0 % des femmes âgées de 40 à 49 ans comparativement à 85,5 % des femmes âgées de 70 ans et plus. Des cancers infiltrants ont été détectés chez 77,1 % des femmes âgées de 50 à 59 ans et chez 83,0 % de celles âgées de 60 à 69 ans (tableau 5. pg27).

Taux de détection de cancers in situ

Le carcinome canalaire in situ (CCIS) est un type de cancer qui se détecte à la mammographie. Cependant, il existe peu d'éléments de preuve qui permettent de conclure que toutes les formes de CCIS se transforment en cancers infiltrants. Voilà pourquoi aucun objectif canadien n'a été établi en ce qui concerne cet indicateur. Quoi qu'il en soit, il demeure important de surveiller ce taux jusqu'à ce des objectifs appropriés puissent être fixés.

Au Canada, le taux de détection de CCIS chez les femmes âgées de 50 à 69 ans était de 1,2 cas par 1 000 dépistages initiaux, alors qu'il était de 0,9 cas par 1 000 dépistages subséquents [Note 7] (tableau 6. pg32).

Figure 9: Taux de détection du cancer (infiltrant et in situ) pour 1000 examens de dépistage, selon le groupe dépistage, selon le groupe d'âge - Années 2005 et 2006.

Figure 9 - texte équivalent

Taux de détection de cancers infiltrants

Les objectifs canadiens pour les taux de détection d'un cancer infiltrant sont fixés à plus de 5 par 1 000 dépistages initiaux et à plus de 3 par 1 000 dépistages subséquents effectués dans l'intervalle recommandé.

Au Canada, le taux de détection d'un cancer infiltrant chez les femmes faisant l'objet d'un dépistage initial était de 4,6 cas par 1 000 dépistages alors qu'il était de 3,7 cas par 1 000 dépistagesg chez les femmes faisant l'objet d'un dépistage subséquent (tableau 6. pg32). Tel que nous l'anticipions, le taux de détection d'un cancer infiltrant est plus élevé au dépistage initial et il augmente chez les femmes plus âgées et lorsque le dépistage subséquent n'est pas effectué dans l'intervalle recommandé (figure 9. ci-dessus).

Taille de la tumeur infiltrante et taux d'incidence de cancers infiltrants sans envahissement ganglionnaire

Chez les femmes dont le cancer a été détecté à un stade précoce, les possibilités de traitement sont plus nombreuses, la récidive du cancer est réduite et le taux de survie est meilleur. Les recherches au Canada ont montré que, parmi les femmes atteintes d'un cancer du sein, celles ayant participé à un programme organisé de dépistage du cancer du sein étaient plus nombreuses à avoir été traitées par chirurgie mammaire conservatrice et moins nombreuses à avoir subi un traitement par chimiothérapie que les femmes n'y ayant pas participé.(9) De plus, 97,9 % des femmes atteintes d'un cancer du sein de stade I survivent pendant au moins cinq ans alors que seulement 27,9 % des femmes atteintes d'un cancer de stade IV survivent aussi longtemps.(10) Les cancers dits précoces sont formés de tumeurs de plus petite taille et ne présentent aucun envahissement ganglionnaire. Les objectifs canadiens fondés sur la taille des tumeurs sont les suivants : plus de 25 % des cancers infiltrants doivent présenter des tumeurs de tailles inférieures ou égales à 10 mm de diamètre et plus de 50 % des tailles inférieures ou égales à 15 mm de diamètre. Le second objectif veut que plus de 70 % des femmes atteintes d'un cancer infiltrant ne présentent aucun envahissement ganglionnaire.

Parmi les femmes âgées de 40 ans et plus ayant reçu un diagnostic de cancer du sein en 2005 et en 2006, 46,9 % des cancers étaient classés comme des cancers de stade I et 3,9 % étaient classés comme des cancers de stade III ou IV (tableau 5. pg27). Parmi les femmes âgées de 50 à 69 ans, la proportion de cancers infiltrants avec tumeurs de moins de 10 mm était de 34,1 % et près de 75 % des femmes présentaient des ganglions négatifs (tableau 6. pg32). Une proportion plus importante de femmes plus âgées présentait des tumeurs de moins de 10 mm (de 33,3 à 37,2 %) et des ganglions négatifs (de 72,0 à 80,8 %) comparativement aux femmes plus jeunes (tableau 7. pg35).

Cancers infiltrants détectés après le dépistage

Les cancers infiltrants détectés après le dépistage sont ceux qui se développent après un résultat de dépistage normal et avant le prochain dépistage; ils constituent un indicateur de la sensibilité du programme de dépistage. Parmi ces types de cancer, notons ceux qui surviennent après la période recommandée de 12 ou 24 mois chez les femmes qui ne se présentent pas pour un dépistage subséquent bisannuel ou annuel (appelés « cancers liés à la non-observance »), ou ceux qui surviennent chez les femmes qui présentent des symptômes avant leur prochain dépistage régulier (« cancers d'intervalle »). Cette définition est différente de celle mentionnée dans le Rapport sur les indicateurs d'évaluation ; elle a été mise à jour pour inclure les cas pour lesquels un suivi diagnostique a été recommandé et dont le résultat s'est avéré bénin, mais qui a par la suite évolué en cancer du sein.(4) Les cancers infiltrants détectés après le dépistage ont été calculés en fonction du nombre de femmes ayant fait l'objet d'un dépistage en 2002 et en 2003 chez lesquelles s'est développé un cancer d'intervalle entre 2004 et 2005.[Note 8] Afin d'assurer une certaine cohérence entre les provinces, le présent rapport considère comme cancers d'intervalle les cancers détectés à la suite d'une mammographie anormale dont le diagnostic a nécessité plus de 6 mois. En raison des changements apportés à la méthode de calcul, il est prévu que le taux indiqué dans le présent rapport soit plus élevé que celui indiqué dans les rapports précédents, en supposant une certaine stabilité de l'incidence réelle.

Selon les objectifs canadiens de performance, le nombre de cancers détectés dans les 12 mois suivant un dépistage négatif ne devrait pas dépasser 6 par 10 000 personnes-années, et le nombre de cancers détectés dans les 24 mois devrait être inférieur à 12 par 10 000 personnes-années.

À l'échelle nationale, les taux de détection de ce type de cancer s'élevaient à 6,5 et à 8,0 dans les 12 et 24 mois, respectivement, par 10 000 personnes années (tableau 6. pg32).

Tableau 6. Mesures de la performance selon le programme pour les femmes âgées de 50 à 69 ans - Années de dépistage 2005 et 2006
Indicateur Objectifa Programme
T.N.-O. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont.b Qc N.-B. N.-É.c Î.-P.-É.d T.-N.-L.b Canada

a Ces objectifs concernent les femmes âgées de 50 à 69 ans.

b Le dépistage comprend la mammographie et l'examen clinique complet des seins.

c Le dépistage comprend la mammographie et l'examen clinique modifié des seins effectué par une technologue.

d Les renseignements provenant de l'Île-du-Prince-Édouard sont fondés sur des données qui ne font pas partie de la BDCDCS et peuvent différer de ceux qui ont été obtenus dans le cadre d'études antérieures.

e À des fins de surveillance et de suivi seulement.

f Ces résultats comprennent les cancers infiltrants et in situ, ainsi que les cancers sans classification, mais ils n'incluent pas les cancers bilatéraux (Cas de cancer bilatéral = Ont. [36], Sask. [2], C.-B.[19])

g Les données utilisées sont celles des années de dépistage de 2002 et de 2003.

h Le taux de fidélisation pour des femmes âgées de 50 à 67 ans. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

i Les Territoires du Nord-Ouest ne sont pas inclus dans ces mesures parce qu'il n'était pas possible d'obtenir les données correspondant aux années 2002 et 2003 (le programme a été mis en œuvre en 2004).

j Le nombre total de dépistages par mammographie ayant permis de détecter une anomalie (initiaux + subséquents) effectués à l'Île-du-Prince-Édouard = 1 122.

k Indépendamment de l'ECS et de ses résultats.

l La biopsie des tissus ne comprend pas la ponction à l'aiguille fine (PAF). Le temps d'obtention du diagnostic est fondé sur la date du premier résultat de biopsie anatomo-pathologique du cancer du sein, (à l'exclusion des PAF et de toutes les interventions non-concluantes ou inadéquates) ou la date du dernier examen négatif ou de la dernière biopsie négative.

m À l'exclusion des examens effectués plus de 6 mois après le dépistage. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

n Ces chiffres incluent tous les résultats finaux des biopsies (peut comprendre des examens bilatéraux).

o Comprend les diagnostics issus de références directes pour biopsies chirurgicales ouvertes ainsi que les cas de femmes ayant obtenu un résultat non-concluant ou inadéquat à la suite d'une biopsie par forage avant d'obtenir un diagnostic définitif après une biopsie chirurgicale ouverte.

p Le Québec utilise une méthode différente pour calculer l'indice proportionnel de tumeurs bénignes et de tumeurs malignes à la biopsie ouverte. Le total calculé pour le Canada exclut les données du Québec.

q Le calcul ne tient pas compte des valeurs manquantes. Le résultat correspond à la proportion des cancers infiltrants pour lesquels nous disposons de données complètes concernant la taille de la tumeur et le nombre de ganglions positifs.

r Le Nouveau-Brunswick ne précise pas le nombre de ganglions positifs à la suite d'un examen pathologique; le taux est calculé selon la classification N des données sur les maladies.

s Calculé en fonction de toutes les femmes examinées en 2002-2003 et pour lesquelles un cancer a été détecté au cours de la période 2002-2005. Les cancers de non-observance n'ont pas été retenus dans ce calcul. Les cancers détectés après le dépistage incluent tous les cancers infiltrants détectés après un examen de dépistage négatif dans le cadre d'un programme (non référé) ou les cancers détectés lors d'un dépistage (référé) qui ont nécessité plus de 6 mois pour être diagnostiqués (à la suite d'un « dépistage régulier »). Les cancers détectés après le dépistage comprennent également les cas référés pour effectuer un suivi médical à la suite duquel le résultat était négatif (le calcul comprend ceux qui n'ont pas été détectés au dépistage et inclut ceux qui ont échappé au diagnostic). Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

t Les taux provenant de Terre-Neuve-et-Labrador sont peut-être sous-estimés en raison de données incomplètes sur l'incidence dans le registre du cancer.

Remarques :

* Les résultats à l'échelle provinciale et territoriale sont exclus de cette mesure (les renseignements requis ne sont pas disponibles). Le total à l'échelle du Canada exclut les provinces et les territoires indiqués. x La province ou le territoire est exclu de cette mesure en raison des valeurs minimes. Le total à l'échelle du Canada exclut les provinces et les territoires indiqués.

Nombre de dépistages S.O.e 882 275 838 31 384 55 171 68 854 513 388 491 023 53 821 60 625 9 734 27 979 1 588 699
Nombre de dépistages initiaux S.O.e 422 22 533 6 993 9 193 13 875 159 901 121 356 5 202 11 181 * 9 688 360 344
Nombre de cancersf S.O.e x 1 288 141 282 373 2 368 2 752 196 300 47 125 7 872
Taux de participation dans les 30 mois (%) 70 29,4 55,5 10,4 54,3 56,8 35,1 57,7 59,2 50,8 * 37,9 43,9
Taux de participation dans les 24 mois (%) S.O.e 26,3 51,1 9,1 48,3 52,5 32,4 51,7 53,0 45,8 53,3 35,4 40,0
Taux de fidélisation (% de premier dépistage subséquent dans les 30 mois)gh 75 S.O.i 54,9 53,0 68,1 67,8 78,5 65,0 55,5 68,6 * 73,7 68,9
Taux de fidélisation (% d'autres dépistages subséquents dans les 30 mois)gh 90 S.O.i 80,2 74,9 84,6 81,7 88,1 77,6 77,5 79,8 * 84,8 81,3
Taux de rappel pour anomalie (%)j
Anomalie détectée à la suite d'une mammographiek
Dépistage initial <10 8,1 15,9 6,9 13,7 9,2 10,5 15,0 15,3 8,3 * 7,4 12,2
Dépistage subséquent <5 9,6 5,7 3,1 5,3 4,6 5,5 7,3 6,9 4,3 * 4,9 6,0
Anomalie détectée, sans égard au mode de détection
Dépistage initial <10 8,1 15,9 6,9 13,7 9,5 11,9 15,0 15,3 8,4 * 11,1 13,0
Dépistage subséquent <5 9,6 5,7 3,1 5,3 4,7 6,8 7,3 6,9 4,5 * 8,3 6,4
Taux de détection d'un cancer infiltrant (par 1 000 dépistages)
Détection à la suite d'une mammographiek
Dépistage initial >5 x 5,8 * 4,2 5,5 4,1 4,9 4,2 5,1 * 3,8 4,6
Dépistage subséquent >3 x 3,4 * 4,2 4,2 3,4 4,2 2,8 3,9 * 3,2 3,7
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial >5 x 5,8 * 4,2 5,5 4,3 4,9 4,2 5,2 * 4,0 4,7
Dépistage subséquent >3 x 3,4 * 4,2 4,2 3,6 4,2 2,8 3,9 * 3,5 3,7
Taux de détection du carcinome in situ (par 1 000 dépistages)
Dépistage initial S.O.e x 1,4 * 1,1 1,1 1,0 1,5 1,0 1,0 * 0,5 1,2
Dépistage subséquent S.O.e x 1,1 * 0,9 0,9 0,7 1,1 0,7 0,8 * 0,6 0,9
Respect de l'intervalle de diagnostic (%)lm
Terminé sans biopsie de tissus, dans les 5 semaines 90 72,4 66,5 51,5 67,0 73,4 83,4 70,4 87,7 75,3 * 63,9 75,0
Terminé avec biopsie de tissus, dans les 7 semaines 90 40,0 39,9 50,6 33,6 39,3 57,4 41,6 43,8 57,8 * 40,1 46,7
Valeur prédictive positive (%)f
Cancer détecté à la suite d'une mammographiek
Dépistage initial 5 x 4,5 5,0 3,9 7,2 4,9 4,3 3,6 7,3 * 5,9 4,7
Dépistage subséquent 6 x 7,8 15,5 9,7 11,2 7,5 7,3 5,3 10,8 * 8,3 7,8
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial 5 x 4,5 5,2 3,9 6,9 4,4 4,3 3,6 7,3 * 4,2 4,5
Dépistage subséquent 6 x 7,8 15,5 9,7 10,8 6,3 7,3 5,3 10,4 * 5,3 7,3
Taux de biopsies ouvertes ayant permis de détecter une tumeur bénigne (pour 1 000 dépistages)mnop
Dépistage initial S.O.e x 7,9 0,9 6,3 3,2 2,6 S.O.p 10,6 1,5 * 5,0 3,4
Dépistage subséquent S.O.e x 2,8 0,4 3,1 1,1 1,6 S.O.p 3,4 0,8 * 4,2 2,1
Taux de biopsies par forage ayant permis de détecter une tumeur bénigne (pour 1 000 dépistages)mn
Dépistage initial S.O.e x 11,1 8,0 6,1 10,7 9,9 18,3 8,7 21,7 * 7,3 13,0
Dépistage subséquent S.O.e x 2,6 2,5 1,2 3,3 4,3 7,5 3,6 8,3 * 3,3 4,8
Ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par foragemn
Dépistage initial S.O.e x 2,7 : 1 2,9 : 1 3,1 : 1 1,8 : 1 2,4 : 1 3,3 : 1 3,5 : 1 4,1 : 1 * 2,4 : 1 2,9 : 1
Dépistage subséquent S.O.e x 1,1 : 1 0,6 : 1 0,6 : 1 0,7 : 1 1,3 : 1 1,7 : 1 2,0 : 1 2,0 : 1 * 1,6 : 1 1,4 : 1
Taille des tumeurs (cancers infiltrants) (%)q
≤10 mm >25 x 35,1 * 35,2 39,1 34,2 * 30,6 30,5 * 28,2 34,1
≤15 mm >50 x 64,8 * 68,1 65,9 60,0 * 58,6 58,9 * 57,3 61,8
Taux de ganglions négatifs, dans les cas de cancer infiltrant (%)qr >70 x 75,0 * 78,3 78,2 74,0 * 75,5 74,6 * 70,9 74,8
Taux de cancer infiltrant détecté après le dépistage (par 10 000 années-personnes)gs
Dans les 12 mois <6 x 6,1 6,8 6,5 6,8 6,4 * 10,2 5,8 * 3,2t 6,5
Dans les 24 mois <12 x 8,5 6,6 8,0 8,7 7,9 * 9,4 6,3 * 4,0t 8,0
Tableau 7. Mesures de la performance selon le groupe d'âge -
Années de dépistage 2005 et 2006
Indicateur Objectifa Groupe d'âgeb
40-49 50-59 60-69 70+ Tous âges

a Ces objectifs concernent les femmes âgées de 50 à 69 ans.

b Les renseignements provenant de l'Île-du-Prince-Édouard concernant les groupes d'âge ne sont pas inclus, sauf indication contraire (données non disponibles).

c Les mesures de cet indicateur prennent en compte les données provenant de l'Île-du-Prince-Édouard.

d À des fins de surveillance et de suivi seulement.

e Ces résultats comprennent les cancers infiltrants et in situ, ainsi que les cancers sans classification, mais ils n'incluent pas les cancers bilatéraux (Cas de cancer bilatéraux = 40-49 [9], 50-59 [21], 60-69 [36], 70+ [20]).

f Les données relatives aux Territoires du Nord-Ouest ne sont pas incluses dans ces mesures en raison de petits nombres ou n'étaient pas disponibles.

g Dans les cas de dépistages multiples, les résultats du premier dépistage effectué chez les femmes des groupes ciblés ont été retenus (de 40 à 49 ans, de 50 à 69 ans et 70 ans et plus).

h Les données utilisées sont celles obtenues au cours des années de dépistage 2002 et 2003.

i Le taux de fidélisation pour des femmes âgées de 50 à 67 ans. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

j Les Territoires du Nord-Ouest ne sont pas inclus dans ces mesures parce qu'il n'était pas possible d'obtenir les données correspondant aux années 2002 et 2003 (le programme a été mis en œuvre en 2004).

k Le nombre total des dépistages par mammographie ayant permis de détecter une anomalie (Initiaux + subséquents) effectués à l'Île-du-Prince-Édouard : de 40 à 49 ans = 577, de 50 à 59 ans = 697, de 60 à 69 ans = 425, 70 ans et plus =247.

l Indépendamment de l'ECS et de ses résultats.

m L'Alberta est exclue des résultats pour ces mesures parce que les données requises n'étaient pas disponibles.

n La biopsie des tissus ne comprend pas la ponction à l'aiguille fine (PAF). Le temps d'obtention du diagnostic est fondé sur la date du premier résultat de biopsie anatomo-pathologique du cancer du sein, (à l'exclusion des PAF et de toutes les interventions non-concluantes ou inadéquates) la date du dernier examen négatif ou de la dernière biopsie anatomo-pathologique négative.

o À l'exclusion des examens effectués plus de 6 mois après le dépistage. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

p Ces chiffres incluent tous les résultats finaux de la biopsie (peut comprendre des examens relatifs au cancer bilatéral).

q Comprend les diagnostics issus de références directes pour biopsies chirurgicales ouvertes ainsi que les cas de femmes ayant obtenu un résultant non-concluant ou inadéquat à la suite d'une biopsie par forage avant d'obtenir un diagnostic définitif après une biopsie chirurgicale ouverte.

r Le Québec utilise une méthode différente pour calculer la proportion de tumeurs bénignes et de tumeurs malignes à la biopsie ouverte. Le total calculé pour le Canada exclut les données du Québec.

s Le Québec, l'Alberta et l'Île-du-Prince-Édouard sont exclues des résultats pour ces mesures parce que les données requises n'étaient pas disponibles.

t Le calcul ne tient pas compte des valeurs manquantes. Le résultat correspond à la proportion des cancers infiltrants pour lesquels nous disposons de données complètes concernant la taille de la tumeur et le nombre de ganglions positifs.

u Le Nouveau-Brunswick ne précise pas le nombre de ganglions positifs à la suite d'un examen pathologique; le taux est calculé selon la classification N des données sur les maladies.

v Les taux de cancer détectés à la suite d'un dépistage sont calculés à l'aide des données obtenues en 2002 et en 2003 et incluent les provinces suivantes : la Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l'Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador.

w Calculé en fonction de toutes les femmes examinées en 2002-2003 et pour lesquelles un cancer a été détecté au cours de la période 2002-2005. Les cancers de non-observance n'ont pas été retenus dans ce calcul. Les cancers détectés après le dépistage incluent tous les cancers infiltrants détectés après un examen de dépistage négatif dans le cadre d'un programme (non référé) ou les cancers détectés lors d'un dépistage (référé) qui ont nécessité plus de 6 mois pour être diagnostiqués (à la suite d'un « dépistage régulier »). Les cancers détectés après le dépistage comprennent également les cas référés pour effectuer un suivi médical à la suite duquel le résultat était négatif (le calcul comprend ceux qui n'ont pas été détectés au dépistage et inclut ceux qui ont échappé au diagnostic). Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

Nombre de dépistagesc S.O.d 247 710 952 390 636 309 195 345 2 031 754
Nombre de dépistages initiaux S.O.d 78 239 284 932 75 412 19 142 457 725
Nombre de cancerscef S.O.d 498 3 998 3 874 1 483 9 853
Taux de participation dans les 30 mois (%)g     44,4 43,2 10,9 24,6
Taux de participation dans les 24 mois (%)cg     39,7 40,4 9,8 22,4
Taux de fidélisation (% de premier dépistage subséquent dans les 30 mois)ghij     69,2 67,7 45,5 66,4
Taux de fidélisation (% d'autres dépistages subséquents dans les 30 mois)ghij     80,8 81,7 63,6 78,0
Taux de rappel pour anomalie (%)k
Anomalie détectée à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial <10 13,7 12,7 10,3 9,3 12,3
Dépistage subséquent <5 6,6 6,2 5,7 5,1 6,0
Anomalie détectée, sans égard au mode de détection
Dépistage initial <10 13,7 13,5 11,1 10,2 13,0
Dépistage subséquent <5 6,7 6,7 6,2 5,6 6,4
Taux de détection d'un cancer infiltrant (pour 1 000 dépistages)fm
Cancer détecté à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial >5 2,0 3,9 6,9 11,7 4,4
Dépistage subséquent >3 1,2 2,8 4,7 5,8 3,7
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial >5 2,0 4,0 7,1 11,8 4,5
Dépistage subséquent >3 1,2 2,9 4,8 5,9 3,7
Taux de détection du carcinome in situ (pour 1 000 dépistages)fm
Dépistage initial S.O.d 0,8 1,2 1,2 1,2 1,1
Dépistage subséquent S.O.d 0,5 0,9 1,0 1,1 0,9
Respect de l'intervalle de diagnostic (%)no
Terminé sans biopsie des tissus, dans les cinq semaines 90 70,9 74,7 75,6 75,6 74,4
Terminé avec biopsie des tissus, dans les sept semaines 90 41,7 45,3 48,8 49,3 47,5
Valeur prédictive positive (%)ef
Cancer détecté à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial 5 2,0 4,0 7,9 13,9 4,5
Dépistage subséquent 6 2,6 6,0 10,1 13,8 7,7
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial 5 2,0 3,9 7,5 12,8 4,3
Dépistage subséquent 6 2,6 5,7 9,4 12,7 7,3
Taux de biopsies chirurgicales ouvertes ayant permis de détecter une tumeur bénigne (par 1 000 dépistages)fopqr
Dépistage initial S.O.d 5,6 3,8 2,5 2,1 3,9
Dépistage subséquent S.O.d 2,1 2,1 2,1 2,0 2,1
Taux de biopsies par forage ayant permis de détecter une tumeur bénigne (par 1 000 dépistages)fop
Dépistage initial S.O.d 13,0 13,6 10,5 8,1 12,8
Dépistage subséquent S.O.d 3,6 4,9 4,8 3,1 4,5
Ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par foragefop
Dépistage initial S.O.d 8,5 : 1 3,4 : 1 1,7 : 1 0,8 : 1 3,0 : 1
Dépistage subséquent S.O.d 3,7 : 1 1,7 : 1 1,1 : 1 0,7 : 1 1,4 : 1
Taille des tumeurs (cancers infiltrants) (%)fst
≤10 mm >25 33,3 30,7 37,2 37,0 34,7
≤15 mm >50 60,1 57,2 65,9 66,9 62,8
Taux de ganglions négatifs, dans les cas de cancer infiltrant (%)fstu >70 72,4 72,0 77,4 80,8 75,9
Taux de cancer infiltrant détecté après le dépistage (par 10 000 années-personnes)hvw
Dans les 12 mois <6 5,0 6,2 6,9 7,4 6,3
Dans les 24 mois <12 3,9 7,8 8,3 8,3 7,4
Tableau 8. Mesures de la performance par année, femmes âgées de 50 à 69 ans
Indicateur Objectifa Année de dépistage
2002 2003 2004 2005b 2006b

a Ces objectifs concernent les femmes âgées de 50 à 69 ans.

b Les renseignements provenant de l'Île-du-Prince-Édouard ne sont pas inclus pour 2005-2006, sauf indication contraire (données non disponibles).

c Les mesures de cet indicateur prennent en compte les données provenant de l'Île-du-Prince-Édouard pour toutes les années de dépistage.

d À des fins de surveillance et de suivi seulement.

e Ces résultats comprennent les cancers infiltrants et in situ, ainsi que les cancers sans classification, mais ils n'incluent pas les cancers bilatéraux (Cas de cancers bilatéraux 2002 = 12, 2003 = 22, 2004 =22, 2005 =30 , 2006 =27)

f Les Territoires-du-Nord-Ouest sont exclus de cette mesure en raison de valeurs minimes, mais également pour les périodes pour lesquelles les données n'étaient pas disponibles (la mise en œuvre du programme a commencé en 2004).

g Le taux de participation a été calculé aux 2 ans en raison de la fréquence de rappel bisannuel (années de dépistage : 2001-2002, 2002-2003, 2003-2004, 2004-2005, 2005-2006).

h Le taux de fidélisation pour des femmes âgées de 50 à 67 ans. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

i Les Territoires-du-Nord-Ouest sont exclus de cette mesure parce qu'il était impossible d'obtenir des données pour 2002-2003 (la mise en œuvre du programme a commencé en 2004).

j La période de suivi n'était pas assez longue pour permettre d'obtenir l'ensemble des données.

k L'Île-du-Prince-Édouard est exclue pour 2005-2006; le total des anomalies détectées à la suite d'une mammographie (dépistage initial + dépistage subséquent): 2005 = 604, 2006 = 518.

l Indépendamment de l'ECS et de ses résultats.

m L'Alberta est exclue de cette mesure pour 2005-2006 : les données concernant cette période ne sont pas disponibles.

n La biopsie des tissus ne comprend pas la ponction à l'aiguille fine (PAF). Le temps d'obtention du diagnostic est fondé sur la date du premier résultat de biopsie anatomo-pathologique du cancer du sein. (à l'exclusion des PAF et de toutes les interventions non-concluantes ou inadéquates) la date du dernier examen négatif ou de la dernière biopsie anatomo-pathologique négative.

o À l'exclusion des examens effectués plus de 6 mois après le dépistage. Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

p Ces chiffres incluent tous les résultats finaux des biopsies (peut comprendre des examens relatifs aux cancers bilatéraux).

q Comprend les diagnostics issus de références directes pour biopsies chirurgicales ouvertes ainsi que les cas de femmes ayant obtenu un résultant non-concluant ou inadéquat à la suite d'une biopsie par forage avant d'obtenir un diagnostic définitif après une biopsie chirurgicale ouverte.

r Le Québec utilise une méthode différente pour calculer la proportion de tumeurs bénignes et de tumeurs malignes à la biopsie ouverte. Le total calculé pour le Canada exclut les données du Québec.

s Le Québec et l'Alberta (2005-2006) et l'Île-du-Prince-Édouard (2002-2006) sont exclues des résultats de ces mesures parce que les données requises n'étaient pas disponibles.

t Le calcul ne tient pas compte des valeurs manquantes. Le résultat exprimé correspond à une proportion des cancers infiltrants pour lesquels nous disposons de données complètes concernant la taille de la tumeur ou le nombre de ganglions positifs.

u Le Nouveau-Brunswick ne précise pas le nombre de ganglions positifs à l'examen pathologique; le taux est calculé selon la classification N des données sur les maladies.

v Les taux de cancers détectés après le dépistage sont calculés d'après les données de 2002 et 2003 des provinces suivantes : Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador.

w Calculé en fonction de toutes les femmes examinées en 2002-2003 et pour lesquelles un cancer a été détecté au cours de la période 2002-2005. Les cancers de non-observance n'ont pas été retenus dans ce calcul. Les cancers détectés après le dépistage incluent tous les cancers infiltrants détectés après un examen de dépistage négatif dans le cadre d'un programme (non référé) ou les cancers détectés lors d'un dépistage (référé) qui ont nécessité plus de 6 mois pour être diagnostiqués (à la suite d'un « dépistage régulier »). Les cancers détectés après le dépistage comprennent également les cas référés pour effectuer un suivi médical à la suite duquel le résultat était négatif (le calcul comprend ceux qui n'ont pas été détectés au dépistage et inclut ceux qui ont échappé au diagnostic). Cette méthode de calcul a été mise à jour à partir de celle qui a été utilisée pour la rédaction de rapports antérieurs.

Remarque :

Les résultats ont été mis à jour et peuvent différer comparativement à des rapports antérieurs.

Nombre de dépistagesc     646 605 699 610 765 517 823 182
Nombre de dépistages initiaux     159 136 162 636 172 737 187 607
Nombre de cancerscef     3 327 3 487 3 818 4 054
Taux de participation dans les 30 mois (%)g     38,8 40,1 41,9 43,9
Taux de participation dans les 24 mois (%)cg     35,3 36,5 38,1 40,0
Taux de fidélisation (% de premier dépistage subséquent dans les 30 mois)hi     69,2 S.O.j S.O.j S.O.j
Taux de fidélisation (% d'autres dépistages subséquents dans les 30 mois)hi     80,8 S.O.j S.O.j S.O.j
Taux de rappel pour anomalie (%)k
Anomalie détectée à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial <10 11,7 12,0 12,2 12,2 12,2
Dépistage subséquent <5 6,6 6,6 6,4 6,0 6,0
Anomalie détectée, sans égard au mode de détection
Dépistage initial <10 12,7 12,8 13,0 13,0 13,0
Dépistage subséquent <5 7,3 7,1 6,9 6,5 6,4
Taux de détection d'un cancer infiltrant (par 1 000 dépistages)fm
Cancer détecté à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial >5 4,9 4,9 4,6 4,4 4,7
Dépistage subséquent >3 3,9 3,8 3,6 3,7 3,7
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial >5 5,0 5,0 4,7 4,5 4,8
Dépistage subséquent >3 3,9 3,8 3,7 3,8 3,7
Taux de détection du carcinome in situ (par 1 000 dépistages)fm
Dépistage initial S.O.d 1,1 1,2 1,3 1,2 1,2
Dépistage subséquent S.O.d 1,0 0,9 1,0 1,0 0,9
Respect de l'intervalle de diagnostic (%)no
Terminé sans biopsie des tissus, dans les cinq semaines 90 73,6 75,3 74,8 75,1 74,9
Terminé avec biopsie des tissus, dans les sept semaines 90 48,7 48,4 48,8 47,3 46,0
Valeur prédictive positive (%)ef
Cancer détecté à la suite d'une mammographiel
Dépistage initial 5 5,1 5,1 4,8 4,6 4,8
Dépistage subséquent 6 7,3 7,2 7,3 7,8 7,7
Cancer détecté, sans égard au mode de détection
Dépistage initial 5 4,8 4,9 4,6 4,4 4,6
Dépistage subséquent 6 6,8 6,7 6,8 7,4 7,3
Taux de biopsies chirurgicales ouvertes ayant permis de détecter une tumeur bénigne (par 1 000 dépistages)fopqr
Dépistage initial S.O.d 5,6 4,9 4,3 3,6 3,3
Dépistage subséquent S.O.d 3,0 3,0 2,6 2,2 1,9
Taux de biopsies par forage ayant permis de détecter une tumeur bénigne (par 1 000 dépistages)fop
Dépistage initial S.O.d 10,6 11,6 12,2 12,5 13,4
Dépistage subséquent S.O.d 4,1 4,7 5,0 4,8 4,9
Ratio tumeurs bénignes : tumeurs malignes à la biopsie par foragefop
Dépistage initial S.O.d 2,9 : 1 2,8 : 1 2,9 : 1 2,9 : 1 2,8 : 1
Dépistage subséquent S.O.d 1,4 : 1 1,5 : 1 1,6 : 1 1,4 : 1 1,4 : 1
Taille des tumeurs (cancers infiltrants) (%)fst
≤10 mm >25 37,5 36,9 34,9 34,8 33,5
≤15 mm >50 66,1 65,0 63,8 61,7 61,8
Taux de ganglions négatifs, dans les cas de cancer infiltrant (%)fstu >70 75,7 75,6 73,9 75,3 74,4
Taux de cancer infiltrant détecté après le dépistage (par 10 000 années-personnes)vw
Dans les 12 mois <6 7,1 5,9 S.O.j S.O.j S.O.j
Dans les 24 mois <12 8,4 7,7 S.O.j S.O.j S.O.j

 

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]