Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Facteurs de risque de l’AVC

Facteurs de risque modifiables

Les facteurs de risque ci-dessous augmentent votre risque de subir un AVC. Vous pouvez réduire votre risque d’avoir un AVC en suivants les conseils qui suivent.

Tension artérielle élevée (hypertension)

L’hypertension est le plus important facteur de risque d’AVC sur lequel vous pouvez agir. Voici quelques conseils.

  • Faites vérifier votre tension artérielle par votre médecin. Notez par écrit les résultats de l’examen (les deux chiffres) au cas où vous auriez besoin de vous en souvenir plus tard.
  • Réduisez votre consommation de sel.
  • Augmentez votre niveau d’activité physique de façon raisonnable.
  • Prenez vos médicaments pour la tension artérielle selon la prescription de votre médecin.

Tabac

Les fumeurs sont deux fois plus à risque de subir un AVC que les non-fumeurs. Mais si vous cessez de fumer maintenant, votre risque d’avoir un AVC diminuera considérablement au cours des deux prochaines années. En cinq ans, vous aurez le même risque qu’une personne qui n’a jamais fumé. Consultez « Pourquoi devrais-je cesser de fumer? » pour obtenir de plus amples renseignements sur les effets du tabagisme sur votre cœur et vos vaisseaux sanguins, ainsi que pour obtenir des trucs sur l’abandon du tabac.

Cholestérol sanguin élevé (hypercholestérolémie)

La corrélation entre l’hypercholestérolémie et l’AVC n’est pas aussi évidente que celle qui existe entre l’hypercholestérolémie et la crise cardiaque. Les chercheurs n’en pensent pas moins que l’hypercholestérolémie peut jouer un rôle dans l’obstruction des artères qui mènent au cerveau. Voici quelques moyens de maîtriser votre cholestérol sanguin.

  • Faites vérifier votre cholestérol sanguin selon les indications de votre médecin.
  • Réduisez votre consommation de gras.
Pour obtenir de plus amples renseignements sur le cholestérol, consultez « À la santé de votre cœur! Les bons gras et le cholestérol ».

Diabète

Comparativement aux personnes qui ne souffrent pas de diabète, les diabétiques ont de deux à quatre fois plus de risques de subir un AVC. Près de 20 % des personnes qui ont un AVC sont diabétiques. Les diabétiques sont plus à risque de subir un AVC parce qu’à la longue, un taux élevé de glucose dans le sang peut endommager les vaisseaux sanguins qui mènent au cerveau.

Pour réduire votre risque d’avoir un AVC :

  • prenez vos médicaments contre le diabète (insuline ou médicament oral) selon la prescription pour maîtriser votre glycémie;
  • gérez rigoureusement votre alimentation;
  • parlez à votre médecin si vous n’arrivez pas à maîtriser votre glycémie.

Fibrillation auriculaire

Environ 6 % des personnes âgées de 65 ans et plus souffrent d’un trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation auriculaire. Ce trouble s’accompagne d’un risque plus élevé de formation de caillots, qui peuvent causer un AVC. Si vous prenez des médicaments contre la fibrillation auriculaire, suivez exactement la prescription.

Pilule anticonceptionnelle

Les pilules anticonceptionnelles en vente maintenant sont beaucoup plus sûres que celles qui se trouvaient sur le marché il y a quelques décennies. Chez les non-fumeuses âgées de moins de 35 ans, la prise de la pilule anticonceptionnelle n’augmente pas le risque de subir un AVC.
La prise de la pilule anticonceptionnelle accroît toutefois le risque d’hypertension et de caillots sanguins chez un petit nombre de femmes, ce qui augmente leur risque de subir un AVC. Le risque est plus élevé si vous :

  • fumez;
  • faites déjà de l’hypertension;
  • avez déjà un problème de coagulation sanguine;
  • êtes âgée de plus de 40 ans.

Alcool

Boire avec modération ne semble pas avoir d’effet sur le risque d’AVC, mais une consommation excessive pourrait augmenter votre risque. Vous avez donc intérêt à limiter la quantité d’alcool que vous consommez. Les adultes en santé doivent se limiter à deux consommations ou moins par jour. De plus, les hommes ne devraient pas boire plus de 14 consommations de format régulier par semaine, tandis que les femmes ne devraient pas boire plus de 9 consommations de format régulier par semaine.
Une consommation de format régulier correspond approximativement à :

  • 350 ml (12 onces) de bière;
  • 150 ml (5 onces) de vin;
  • 50 ml (1,5 once) de spiritueux.

Poids

Réduire votre masse adipeuse excédentaire vous permettra de maîtriser les facteurs de risque susmentionnés. La meilleure façon de perdre du poids est de combiner une saine alimentation à la pratique régulière d’activité physique d’intensité modérée.

Vous trouverez des lignes directrices sur la quantité d’activité physique à faire pour être en santé dans le Guide d’activité physique canadien pour une vie active saine. Pour obtenir des précisions sur ce qui compose une alimentation saine et équilibrée, consultez le Guide alimentaire canadien pour manger sainementLien externe et le site des Diététistes du CanadaLien externe, qui pourra aussi vous aider à atteindre les buts que vous vous êtes fixés pour bien vous alimenter et mener une vie active.

Renseignez-vous sur ce que vous pouvez faire pour aider à prévenir un AVC.

Facteurs de risque non modifiables

Il est malheureusement impossible de modifier certains facteurs de risque de l’AVC, dont ceux qui suivent.

Âge : Vos risques d’avoir un AVC augmentent avec l’âge. Les deux tiers des AVC se produisent chez des personnes âgées de plus de 65 ans

Sexe : Les hommes sont un peu plus à risque d’avoir un AVC que les femmes. Cependant, plus de femmes que d’hommes meurent des suites d’un AVC parce qu’elles ont une espérance de vie plus longue que les hommes.

Origine ethnique : Des taux plus élevés d’hypertension et de diabète, deux affections pouvant entraîner un AVC, sont observés chez les descendants des Premières nations et des peuples autochtones ainsi que chez les Canadiennes et Canadiennes d’origine africaine, hispanique et sud‑asiatique.

Antécédents familiaux : Vous êtes plus à risque si un membre de votre famille immédiate (grand‑parent, parent, frère ou sœur) a subi un AVC avant l’âge de 65 ans.

AVC ou mini-AVC (accident ischémique transitoire) précédent : Jusqu’à un tiers des personnes qui ont survécu à un premier AVC ou mini-AVC subissent un autre AVC dans les cinq années qui suivent.