Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Vivre avec l'arthrite au Canada: Un défi de santé personnel et de santé publique

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]

Chapitre sept: Médicaments prescrits contre l'arthrite

« Je n'avais pas eu de succès avec deux médicaments biologiques et un tas d'autres médicaments, mais maintenant j'en prends un qui donne d'excellents résultats. La plupart des gens ne se rendraient même pas compte que je suis malade. J'ai été opérée à la main; j'étais sur une liste d'attente pour un remplacement du genou quand j'ai commencé à prendre ce médicament, qui m'a tout simplement placée sur la voie de la rémission. »

— Personne atteinte de la maladie de Still

Introduction

Le terme « arthrite » couvre un groupe de maladies complexes contre lesquelles il n'existe actuellement aucune cure. Les médicaments jouent un rôle clé dans la prise en charge de l'arthrite; ils permettent de soulager la douleur, de préserver les articulations et de ralentir la progression de la maladieNote de bas de page 1.

Pour certains types d'arthrite, particulièrement les formes inflammatoires de la maladie, il est vital de poser un diagnostic précoce et de commencer le traitement rapidement afin d'atténuer la douleur et l'inflammation, d'empêcher ou de réduire l'incapacité et d'améliorer globalement la qualité de vie des patientsNote de bas de page 2 Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 Note de bas de page 7 Note de bas de page 8
 Note de bas de page 9. Sans traitement efficace, la progression de nombreuses formes d'arthrite, notamment la polyarthrite rhumatoïde (PR) et la spondylarthrite ankylosante (SA), mène à l'incapacité fonctionnelleNote de bas de page 4 Note de bas de page 8.

Les médicaments actuellement utilisés contre l'arthrite sont les suivants : les analgésiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les corticostéroïdes, les antirhumatismaux à action lente (ARAL) et les modificateurs de la réponse biologique (MRB, également connus sous le nom de « médicaments biologiques »). Au cours des dernières années, l'introduction de nouveaux médicaments, tels les produits biologiques, a considérablement accru l'efficacité du traitement pharmacologique de l'arthrite. De plus, une nouvelle génération de médicaments contre l'arthrose, capables notamment de freiner la progression de la maladie dans ses premiers stades ou de modifier son évolution, se profile à l'horizonNote de bas de page 10.

Le présent chapitre traite de l'utilisation de médica- ments en fonction du type d'arthrite, de l'âge et du sexe des individus, de l'année et de la catégorie des médicaments. Il s'appuie sur les données d'IMS Health Canada. Les différents types d'arthrite ont été groupés en cinq catégories :

  • l'arthrose;
  • la polyarthrite rhumatoïde (PR);
  • les autres formes inflammatoires de l'arthrite (p. ex. la goutte, la polyarthrite psoriasique [PP] ou la spon- dylarthrite ankylosante [SA]);
  • les maladies du tissu conjonctif (p. ex. le lupus éry- thémateux disséminé ou la sclérodermie);
  • les autres affections arthritiques (p. ex. la pseudo- polyarthrite rhyzomélique, la tendinite, la bursite, la synovite, les lésions intra-articulaires du genou et d'autres arthropathies non précisées).

Analgésiques (médicaments antidouleur)

Les analgésiques simples incluent des médicaments comme l'acétaminophène. Bien qu'ils soient considérés comme le traitement de premier recours contre les douleurs arthritiques (principalement celles causées par l'arthrose), ils n'ont pas d'effet sur l'inflammationNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 11. Comme ils ne sont pas prescrits sur ordonnance, il s'avère difficile de faire la surveillance de leur utilisationNote de bas de page 1 Note de bas de page 11.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les AINS comptent parmi les médicaments les plus utilisés dans le traitement de l'arthrite en raison de leurs propriétés analgésiques (particulièrement en cas de douleur aiguë) et anti-inflammatoiresNote de bas de page 1 Note de bas de page 3 Note de bas de page 12. Ils sont utilisés dans le traitement de la plupart des formes d'arthrite, notamment l'arthrose, la PR, la goutte, la SA, la PP et les maladies du tissu conjonctifNote de bas de page 2 Note de bas de page 7 Note de bas de page 11 Note de bas de page 12 Note de bas de page 13 Note de bas de page 14 Note de bas de page 15 Note de bas de page 16 Note de bas de page 17 Note de bas de page 18. Certains AINS sont en vente libre, et d'autres doivent être prescrits par un médecin.

Protecteurs gastro-intestinaux (PGI)

Les lignes directrices sur les pratiques exemplaires recommandent que les protecteurs gastro-intestinaux soient prescrits pour traiter ou prévenir les complications gastro-intestinales, tels les saignements, associées à la prise d'AINS chez les personnes présentant des facteurs de risque de problèmes gastro-intestinaux (âge avancé, association de plusieurs AINS ou antécédents d'ulcère). Ces protecteurs sont également prescrits pour soulager entre autres le reflux gastro-œsophagien pathologique, les ulcères gastroduodénaux primaires et de nombreux symptômes gastriques et intestinaux, qui n'ont aucun lien avec la prise d'AINSNote de bas de page 19.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes ont été utilisés avec succès pour réduire l'inflammation des articulations et l'activité des formes inflammatoires de la maladieNote de bas de page 20. Il existe deux modes d'administration des corticostéroïdes : la voie orale ou l'injection. Ces deux modes sont efficaces pour atténuer la douleur et l'enflure accompagnant de nombreux types d'arthriteNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 Note de bas de page 11 Note de bas de page 12 Note de bas de page 13 Note de bas de page 14 Note de bas de page 16 Note de bas de page 18 Note de bas de page 21 Note de bas de page 22 Note de bas de page 23.

Antirhumatismaux à action lente (ARAL)

Les ARAL sont des médicaments qui suppriment l'inflammation et préviennent l'atteinte articulaireNote de bas de page 1 Note de bas de page 4 Note de bas de page 11 Note de bas de page 20 Note de bas de page 24. Les lignes directrices encadrant actuellement le traitement clinique de la PR recommandent l'utilisation des ARAL dès la confirmation du diagnostic. Les ARAL ne produisent pas d'effet immédiat; le soulagement intervient ultérieurement. Par conséquent, les AINS et les corticostéroïdes sont souvent utilisés dans le traitement initial, en association avec les ARALNote de bas de page 4. Les ARAL sont également prescrits dans le traitement de la SA, de la PP et des maladies du tissu conjonctifNote de bas de page 2 Note de bas de page 5 Note de bas de page 7 Note de bas de page 16 Note de bas de page 18 Note de bas de page 21.

Modificateurs de la réponse biologique (MRB)

Les MRB forment la dernière génération de médica- ments contre l'arthrite. À l'instar des ARAL, ils ont un effet anti-inflammatoire et contribuent à éviter les lésions articulairesNote de bas de page 20. Ils permettent en outre de stabiliser les symptômes et d'améliorer la fonction physique des patients réfractaires au traitement à base d'un ou de plusieurs ARAL. Ils sont souvent utilisés en association avec ces derniersNote de bas de page 11 Note de bas de page 20.

« Je suis hantée par la peur que le médicament actuel cesse d'être efficace et qu'aucun autre ne le soit davantage ou ne soit disponible pour moi. »

— Personne atteinte de polyarthrite rhumatoïde

Médicaments prescrits aux personnes souffrant d'arthrite

Ordonnances selon le type d'arthrite

En 2007, plus de 4 millions d'ordonnances d'AINS ont été délivrées au Canada à des personnes ayant reçu un diagnostic d'arthrite : il s'agit du plus grand nombre d'ordonnances parmi toutes les catégories d'ordonnances liées à l'arthrite. Le tiers environ (30 %) des ordonnances d'AINS délivrées pour l'arthrite l'ont été pour l'arthrose; 9 %, pour la PR, les maladies du tissu conjonctif et autres types d'arthrite inflammatoires; et le reste (61 %), pour d'autres types d'arthrite tels que les lésions articulaires, la pseudo-polyarthrite rhyzomélique, la synovite, la bursite et les arthropathies non précisées.

Les AINS peuvent irriter la paroi de l'estomac et le système GI. Des médi- caments protecteurs sont par conséquent prescrits pour réduire le risque d'irritation. La plupart des ordonnances de PGI ont été prescrites à des personnes souffrant d'arthrose ou à des personnes souffrant d'une autre affection arthritique (40 % et 53 %, respectivement).

Les ARAL sont aussi utilisés couramment pour traiter l'arthrite : plus d'un million d'ordonnances ont été délivrées en 2007. La majeure partie (plus de 70 %) des ordonnances ont été prescrites aux personnes souffrant de PR.

Les ordonnances de corticostéroïdes ont été délivrées le plus souvent (62 %) à des personnes ayant reçu un diagnostic dans la catégorie des « autres affections arthritiques ».

Plus de 90 % des ordonnances de MRB ont été prescrites pour des personnes ayant reçu un diagnostic de PR.

Tableau 7-1: Nombre et pourcentage d'ordonnances d'AINS, d'ARAL, de corticostéroïdes, de MRB et de PGI délivrées à des personnes de 15 ans et plus souffrant d'arthrite, Canada, 2007
  Nombre d'ordonnances pour l'arthrite Pourcentage du total des ordonnances à l'intention de personnes atteintes de diverses formes d'arthrite
    Arthrose PR Maladies du tissu conjonctif Autres types d'arthrite inflammatoires Autres affections arthritiques
Source : Agence de la santé publique du Canada, à partir des données de l'Index canadien des maladies et traitements, IMS Health Canada.
AINS 4 165 700 30,0 4,5 0,6 3,9 61,3
ARAL 1 101 230 0,9 72,2 9,9 5,7 8,0
Corticostéroïdes 908 230 13,1 12,6 8,2 2,0 61,8
MRB 149 610 - 90,1 - 2,5 -
PGI 283 650 40,0 6,1 0,1 10,3 52,8

Équivalent textuel - Tableau 7-1



« Si les nouveaux médicaments biologiques avaient existé lorsque j'étais dans la vingtaine, je pense que je serais en meilleur état aujourd'hui. L'effet de ces médicaments aux stades précoces de l'arthrite est tout à fait remarquable. La clé du succès réside dans un diagnostic précoce et un traitement vigoureux de la maladie. »

— Personne atteinte de polyarthrite rhumatoïde

Ordonnances selon l'âge, le sexe et l'année

AINS et PGI

En 2007, dans tous les groupes d'âge, davantage d'ordonnances ont été délivrées aux femmes arthritiques qu'aux hommes, sauf entre 15 et 34 ans (figure 7-1). Le nombre d'ordonnances d'AINS a atteint un pic chez les hommes de 45 à 54 ans et les femmes de 55 à 64 ans, puis a diminué. Ces données concordent avec l'observation d'une plus forte prévalence de l'arthrite chez les femmes, et le fait que la majorité des personnes vivant avec l'arthrite sont en âge de travailler.

Figure 7-1: Estimation du nombre total d'ordonnances d'AINS délivrées à des personnes souffrant d'arthrite 2007

Équivalent textuel - Figure 7-1



Davantage d'ordonnances de PGI ont été rédigées pour des hommes que pour des femmes souffrant d'arthrite, sauf pour ceux âgés entre 45 et 54 ans et 65 et 74 ans (figure 7-2). Le nombre d'ordonnances de PGI délivrées aux hommes a crû jusqu'à l'âge de 64 ans, tandis que chez les femmes, ce nombre a connu une hausse marquée entre 35 et 54 ans, avant de redescendre de façon constante par la suite.

Les lignes directrices sur les pratiques exemplaires recommandent que des PGI soient prescrits pour traiter ou prévenir les complications associées à la prise d'AINS chez les personnes présentant des facteurs de risque de problèmes gastro-intestinaux (p. ex. un âge avancé, l'association de plusieurs AINS ou des antécédents d'ulcère). Bien que le nombre d'ordonnances de PGI visant à traiter l'arthrite soit inférieur au nombre d'ordonnances d'AINS, il n'est pas possible d'évaluer l'écart potentiel entre les lignes directrices et la pratique clinique sans connaître la proportion de personnes qui présentaient des facteurs de risque de problèmes gastro-intestinaux.

Figure 7-2: Estimation du nombre total d'ordonnances de PGI délivrées à des personnes souffrant d'arthrite 2007

Équivalent textuel - Figure 7-2



Le nombre d'ordonnances d'AINS a décliné au fil du temps chez les femmes et les hommes (figure 7-3). En ce qui concerne les femmes, le nombre d'ordonnances délivrées a connu un sommet en 2004, puis un déclin marqué l'année suivante. Ce déclin pourrait résulter du retrait du rofécoxib (inhibiteur sélectif de la COX-2) du marché canadien en septembre 2004. Les inhibiteurs sélectifs de la COX-2 ont été mis au point expressément pour réduire les complications gastro-intestinales; ils se sont avérés efficaces, mais ils ont été associés à une hausse du risque cardiovasculaireNote de bas de page 12. Le déclin du nombre d'ordonnances pourrait résulter d'un recours accru aux AINS en vente libre, aux dépens des AINS sur ordonnanceNote de bas de page 25.

Figure 7-3: Estimation du nombre total d'ordonnances d'AINS délivrées à des personnes souffrant d'arthrite 2002-2007

Équivalent textuel - Figure 7-3



Le nombre de PGI prescrits aux femmes et aux hommes a connu une forte croissance entre 2004 et 2005 et entre 2005 et 2006, respectivement (figure 7-4). Chez les femmes, la décroissance abrupte entre 2006 et 2007 est préoccupante, car le nombre d'ordonnances d'AINS n'a pas décru aussi fortement pendant la même période.

Figure 7-4: Estimation du nombre total d'ordonnances de PGI élivrées à des personnes souffrant d'arthrite

Équivalent textuel - Figure 7-4



ARAL

Les ARAL sont recommandés comme traitement principal de la PR. Le nombre d'ordonnances d'ARAL rédigées pour les femmes souffrant d'arthrite était plus élevé que pour les hommes dans tous les groupes d'âge (figure 7-5). Cela s'explique par le fait que les formes d'arthrite qui exigent un traitement par des ARAL, notamment la PR, sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes. Le nombre maximal d'ordonnances d'ARAL a été atteint chez les femmes de 45 à 54 ans, après quoi ce nombre a décliné; chez les hommes, il a été atteint entre 55 et 64 ans, ce qui concorde avec l'observation que la majeure partie des personnes arthritiques sont en âge de travailler.

Figure 7-5: Estimation du nombre total d'ordonnances d'ARAL délivrées à des personnes souffrant d'arthrite

Équivalent textuel - Figure 7-5



Les tendances temporelles en matière de prescription d'ARAL ont été différentes selon le sexe. Le nombre d'ordonnances rédigées pour des femmes souffrant d'arthrite a augmenté entre 2002 et 2007; il est resté stable pour les hommes jusqu'en 2006, puis il a connu une baisse en 2007 (figure 7-6). La raison de cet écart n'est pas établie.

Figure 7-6: Estimation du nombre total d'ordonnances d'ARAL élivrées à des personnes souffrant d'arthrite

Équivalent textuel - Figure 7-6



Corticostéroïdes

Dans tous les groupes d'âge, le nombre d'ordonnances de corticostéroïdes (voies orale et intraveineuse combinées) était plus élevé chez les femmes atteintes d'arthrite que chez les hommes (figure 7-7), ce qui est cohérent avec l'observation que la prévalence de la maladie est supérieure chez les femmes. Le nombre d'ordonnances prescrites à l'intention de femmes arthritiques a augmenté avec l'âge.

Figure 7-7: Estimation du nombre total d'ordonnances de corticostéroïdes délivrées à des personnes souffrant d'arthrite

Équivalent textuel - Figure 7-7



Une tendance similaire quant aux ordonnances de corticostéroïdes (voies orale et intraveineuse combinées) a été observée chez les hommes et les femmes : le nombre d'ordonnances a diminué entre 2002 et 2004, suivi d'une augmentation entre 2004 et 2006, puis il a baissé en 2007 (figure 7-8).

Figure 7-8: Estimation du nombre total d'ordonnances de corticostéroïdes délivrées à des personnes souffrant d'arthrite

Équivalent textuel - Figure 7-8



MRB

Les femmes ont reçu davantage d'ordonnances de MRB que les hommes (figure 7-9). L'observation concorde avec la prévalence supérieure des formes d'arthrite inflammatoire (comme la PR) chez les femmes. Le nombre d'ordonnances a augmenté avec l'âge jusqu'à 64 ans chez les femmes, alors qu'il a diminué chez les hommes des mêmes groupes d'âge.

Figure 7-9: Estimation du nombre total d'ordonnances de MRB délivrées à des personnes souffrant d'arthrite 2007

Équivalent textuel - Figure 7-9



Le nombre d'ordonnances de MRB rédigées pour les femmes a connu une hausse marquée entre 2002 et 2003 et entre 2006 et 2007 (figure 7-10). La hausse des ordonnances a été très marquée entre 2006 et 2007 chez les hommes et les femmes. Ces hausses seraient attribuables en partie aux modifications apportées aux listes de médicaments provinciales, la couverture des MRB ayant été élargie.

Figure 7-10: Estimation du nombre total d'ordonnances de MRB délivrées à des personnes souffrant d'arthrite 2002-2007

Équivalent textuel - Figure 7-10



Résumé

  • Cinq grands types de médicaments sont utilisés dans le traitement de l'arthrite : les analgésiques, les anti- inflammatoires non stéroïdiens, les corticostéroïdes, les anti rhumatismaux à action lente et les modificateurs de la réponse biologique.
  • L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et de corticostéroïdes pour lutter contre l'arthrite a baissé; cependant, l'utilisation de nouveaux médicaments, c.-à-d. des antirhumatismaux à action lente et des modificateurs de la réponse biologique, a connu une hausse.
  • En 2007, plus de quatre millions d'ordonnances d'anti- inflammatoires non stéroïdiens ont été délivrées au Canada à des personnes ayant reçu un diagnostic d'arthrite : 30 % des ordonnances visaient à traiter l'arthrose, 9 % la polyarthrite rhumatoïde, les maladies du tissu conjonctif et autres types d'arthrite inflammatoire, et 61 % d'autres affections arthritiques.
  • Plus d'un million d'ordonnances d'anti rhumatismaux à action lente ont été prescrites à des personnes souffrant d'arthrite en 2007, et la majorité de ces ordonnances (plus de 70 %) étaient destinées à des personnes ayant reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.
  • Près d'un million d'ordonnances de corticostéroïdes ont été prescrites en 2007, et ce, surtout à des personnes ayant reçu un diagnostic dans la catégorie des « autres affections arthritiques » (62 %).
  • En 2007, environ 150 000 ordonnances de modificateurs de la réponse biologique ont été prescrites : 90 % de ces ordonnances étaient destinées à des personnes ayant reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.
  • Si l'on exclut les données sur les corticostéroïdes, ce sont les femmes et les personnes en âge de travailler qui ont reçu le plus d'ordonnances de médicaments liés à l'arthrite.

Note en bas de page 1
Kasman N, Power J, Mamdani M, Badley E. Use of medication. In: Badley E, Glazier R (Eds.), Arthritis and Related Conditions in Ontario ICES Atlas . 2nd ed. Toronto, ON: Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), 2004.
Note en bas de page 2
Bijlsma JW, Knahr K. Strategies for the preven- tion and management of osteoarthritis of the hip and knee. Best Prac Res Clin Rheumatol 2007;21 (1):59–76.
Note en bas de page 3
Keith MP, Gilliland WR. Updates in the management of gout. Am J Med 2007;120(3):221–4.
Note en bas de page 4
Gaffo A, Saag KG, Curtis JR. Treatment of rheuma- toid arthritis. Am J Health Syst Pharm 2006;63 (24):2451–65.
Note en bas de page 5
La Société de l'arthrite. La polyarthrite psoriasique : un aperçu des options de traitement. Toronto, La Société de l'arthrite, 2007.
Note en bas de page 6
Mavragani CP, Moutsopoulos NM, Moutsopoulos HM. The management of Sjogren's syndrome. Nat Clin Pract Rheumatol 2006;2(5):252–61.
Note en bas de page 7
Alenius GM. Psoriatic arthritis-new insights give new options for treatment. Curr Med Chem 2007; 14(3):359–66.
Note en bas de page 8
Mader R, Keystone E. Optimizing treatment with biologics. J Rheumatol 2007;35(80 Suppl):16–24.
Note en bas de page 9
Boonen A, Van der Linden SM. The burden of ankylosing spondylitis. J Rheumatol 2006;33(78 Suppl):4–11.
Note en bas de page 10
Pelletier JP, Martel-Pelletier J. DMOAD develop- ments: present and future. Bull NYU Hosp Jt Dis 2007;65(3):242–8.
Note en bas de page 11
Badley EM, MacKay C. Care for People with Arthritis: Evidence and Best Practices. Toronto, ON: Arthritis Community Research & Evaluation Unit (ACREU), University Health Network, 2005.
Note en bas de page 12
Kidd BL, Langford RM, Wodehouse T. Arthritis and pain. Current approaches in the treatment of arthritic pain. Arthritis Res Ther 2007;9(3):214.
Note en bas de page 13
Moore SC, Desantis ER. Treatment of complications associated with systemic sclerosis. Am J Health Syst Pharm 2008;65(4):315–21.
Note en bas de page 14
Stummvoll GH. Current treatment options in sys- temic Sclerosis (Scleroderma). Acta Med Austriaca 2002;29(1):14–9.
Note en bas de page 15
Majithia V, Geraci SA. Rheumatoid Arthritis: Diagno- sis and Management. Am J Med 2007;120(11):936–9.
Note en bas de page 16
La Société de l'arthrite. La spondylarthrite anky- losante : un aperçu des options de traitement. Toronto, La Société de l'arthrite, 2007.
Note en bas de page 17
Sieper J, Rudwaleit M, Khan MA, Braun J. Concepts and epidemiology of spondyloarthritis. Best Prac Res Clin Rheumatol 2006;20(3):401–17.
Note en bas de page 18
Jonsson R, Moen K, Vestrheum D, Szodoray P. Current issues in Sjögren's syndrome. Oral Dis 2002;8(3): 130–40.
Note en bas de page 19
Lanza FL. A guideline for the treatment and pre- vention of NSAID-induced ulcers. Members of the Ad Hoc Committee on Practice Parameters of the American College of Gastroenterology. Am J Gastroenterol 1998;93:2037–66.
Note en bas de page 20
La Société de l'arthrite. Guide du consommateur sur les médicaments contre l'arthrite. Toronto, La Société de l'arthrite, 2007.
Note en bas de page 21
Goldblatt F, Isenberg DA. New therapies for sys- temic lupus erythematosus. Clin Exp Immunol 2005;140(2):205–12.
Note en bas de page 22
Pongratz D. Therapeutic options in autoimmune inflammatory myopathies (dermatomyositis, poly- myositis, inclusion body myositis). J Neurol 2006; 253 Suppl 5:V64–5.
Note en bas de page 23
Baer AN. Advances in the therapy of idiopathic inflammatory myopathies. Curr Opin Rheumatol 2006;18(3):236–41.
Note en bas de page 24
La Société de l'arthrite. Lignes directrices pour de meilleures pratiques. Toronto, La Société de l'arthrite, 2004.
Note en bas de page 25
Moore, N. Ibuprofen: a journey from prescription to over-the-counter use. J R Soc Med 2007;100 Suppl 48:2-6.

[Page précédente] [Table des matières] [Page suivante]