Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Renforcer l'intervention fédérale dans la réponse du Canada au VIH/sida

Éléments clés de l'Initiative fédérale

L'Initiative fédérale définit la série de rôles et responsabilités suivantes pour les ministères et organismes financés.

  • Agence de la santé publique du Canada - L'Agence de la santé publique du Canada est responsable de la coordination de l'Initiative fédérale (notamment de la planification conjointe, de la surveillance et de l'évaluation), des communications, du marketing social, des programmes nationaux et régionaux, de l'élaboration de politiques, de la surveillance, des recherches scientifiques en laboratoire et de la collaboration internationale portant sur le soutien technique et le conseil en matière de politiques.
  • Santé Canada - Santé Canada est responsable de la prestation de services communautaires d'éducation et de prévention du VIH/sida et des services de santé connexes pour les Premières nations vivant dans les réserves et pour certaines collectivités inuites. Santé Canada, en partenariat avec l'Agence de la santé publique du Canada, assume une responsabilité conjointe en matière de coordination des activités de collaboration internationale de l'Initiative fédérale, ainsi qu'en matière d'évaluation.
  • Instituts de recherche en santé du Canada - En tant qu'organisme fédéral de recherche en santé au Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada établiront les priorités du programme de recherche extramuros de l'Initiative fédérale et administreront le programme.
  • Service correctionnel du Canada - Le Service correctionnel du Canada offre des services de santé, notamment des services ayant trait à la prévention, aux soins et au traitement du VIH/sida, aux délinquants condamnés à une peine d'emprisonnement de deux ans ou plus.

Domaines d'intervention fédérale

L'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada met en évidence cinq domaines où il y a lieu d'accroître l'intervention et les investissements fédéraux : programmes et politiques; développement du savoir; communications et marketing social; coordination, planification, évaluation et établissement de rapports; et collaboration internationale. Les activités seront mises en oeuvre en partenariat avec les organisations communautaires, les autres organismes et ministères fédéraux ainsi que les autres paliers de gouvernement.

Le tableau 2 présente un résumé des cinq domaines d'intervention fédérale ainsi que certaines des principales activités qui seront menées par les quatre partenaires fédéraux jusqu'en 2008-2009.

Tableau 2 : Domaines d'intervention et exemples d'activités
Domaine d'intervention Description Exemples d'activités qui seront amorcées entre 2004-2005 et 2008-2009
4 Ces activités viendront compléter le rôle d'Affaires étrangères Canada en matière de politique étrangère et celui de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) en tant qu'organisme responsable du financement international accordé par le Canada à des initiatives clés, notamment à des programmes visant des pays précis dans le cadre du Plan d'action contre le VIH/sida de l'ACDI, à des partenariats bilatéraux ainsi qu'à des initiatives multilatérales dont l'initiative « trois millions d'ici 2005 » de l'Organisation mondiale de la santé, au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et à ONUSIDA. Le Plan d'action contre le VIH/sida de l'ACDI et l'énoncé de politique en faveur d'une aide plus efficace, Le Canada contribue à un monde meilleur, de même que la politique étrangère progressive d'Affaires étrangères Canada reconnaissent tous le besoin d'assurer la concordance des politiques et la coordination des approches pour appuyer la participation de tous les secteurs à la lutte contre le VIH/sida.
Programmes et politiques Les programmes améliorés de première ligne et nationaux mis en place pour lutter contre le VIH/sida reposeront sur des résultats scientifiques et tiendront compte des caractéristiques régionales de l'épidémie et des besoins particuliers des populations vulnérables. Les programmes seront établis en vue d'améliorer la capacité des organismes de première ligne à mener des projets d'éducation et de prévention propres à la population et à accroître l'accès aux soins, aux traitements et au soutien. Les politiques gouvernementales tiendront compte de l'évolution de l'épidémie et appuieront des approches novatrices de lutte contre l'épidémie.
  • Dans le continuum prévention-soins, travailler en collaboration avec les personnes vivant avec le VIH/sida, les hommes gais, les utilisateurs de drogues injectables, les Autochtones, les détenus sous responsabilité fédérale, les jeunes et les femmes à risque ainsi que personnes venant de pays où le VIH est endémique afin d'élaborer de nouveaux programmes à leur intention.
  • Accroître la collaboration avec les ministères fédéraux, les provinces et les territoires afin d'harmoniser les programmes de financement visant les organismes communautaires.
  • Améliorer les programmes de prévention et de réduction des méfaits afin de lutter contre le VIH en prison; mettre l'accent sur des programmes intégrés de lutte contre le VIH et l'hépatite C, comme des pratiques de tatouage plus sécuritaires et la planification préalable à la libération.
  • Renforcer les programmes locaux et nationaux en vue d'améliorer les interventions du secteur communautaire et du secteur de la santé dans la lutte contre le VIH/sida grâce à des pratiques exemplaires, à des projets pilotes et à l'élaboration de lignes directrices.
Développement du savoir On améliorera le développement du savoir pour mieux comprendre l'épidémie du VIH, et élaborer des politiques, des programmes et des interventions, comme de nouvelles technologies de prévention et thérapies. On mettra l'accent sur l'amélioration de la surveillance par rapport aux populations spécifiques, de la recherche épidémiologique, socio-comportementale, ethnographique et communautaire ainsi que sur la recherche biomédicale et clinique, notamment les essais cliniques. On créera de nouvelles possibilités de transmission du savoir.
  • Fournir une formation à la prochaine génération de chercheurs sur le VIH/sida.
  • Élaborer des programmes afin d'améliorer la recherche sur les nouvelles technologies en matière de prévention, par exemple les vaccins et les microbicides.
  • Cibler la recherche qui donne des résultats factuels pour informer les approches à l'intention des populations spécifiques.
  • Élaborer un plan national de recherche englobant tous les champs de recherche.
  • Mettre au point des mécanismes pour transférer les connaissances à l'appui des interventions de première ligne.
  • Fournir un appui à la recherche et à l'analyse portant sur les dimensions de la réponse du Canada au VIH/sida relatives aux aspects juridiques et éthiques et aux droits de la personne.
  • Mettre en oeuvre un programme de surveillance sentinelle pour les populations vulnérables; ce programme tiendra compte des co-infections et des maladies transmises sexuellement, le cas échéant.
  • Améliorer la surveillance des souches de VIH et de la nouvelle résistance aux médicaments.
Communications et marketing social Les activités nationales et de première ligne en matière de communication et de marketing social seront intensifiées afin de mieux renseigner la population canadienne sur le VIH, de s'attaquer aux attitudes collectives et sociétales et de réduire la stigmatisation et la discrimination qui aggravent l'épidémie. Des campagnes nationales de sensibilisation du public seront mises en place afin de sensibiliser davantage la population générale et d'encourager les gens à se prévaloir des programmes en place. Les campagnes locales de marketing social seront élargies et cibleront des populations particulières.
  • Élaborer des programmes de sensibilisation du public afin de fournir de l'information précise sur le VIH et de montrer de quelle façon la stigmatisation sociétale et la discrimination contribuent à l'épidémie.
  • Élaborer des campagnes précises, ciblant des populations particulières.
Coordination, planification, évaluation et établissement de rapports On accroîtra la coordination, la planification, l'évaluation et la préparation de rapports pour optimiser les réponses fédérales et pancanadiennes à l'épidémie et l'utilisation des ressources. On mettra l'accent sur le soutien à la mise en oeuvre du Plan d'action et à l'élaboration de plans propres à certains enjeux (p. ex., vaccins, approches propres à une population), ainsi que sur l'élaboration d'une stratégie d'évaluation pour l'Initiative fédérale. Les mécanismes permettant d'améliorer la participation des personnes vivant avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables constitueront un élément clé à ce chapitre.
  • Établir un groupe chargé de coordonner et d'harmoniser le travail des ministères et organismes participant à l'Initiative fédérale.
  • Élaborer un modèle intergouvernemental et multisectoriel à l'appui de la mise en oeuvre du Plan d'action.
  • Élaborer et mettre en oeuvre des plans nationaux et régionaux qui sont conformes au Plan d'action.
  • Développer et mettre en oeuvre une stratégie d'évaluation et de mesure du rendement. Le progrès atteint vers les buts de l'Initiative fédérale sera mesuré de façon continue.
  • Publier un rapport annuel à l'occasion de la Journée mondiale du sida; ce rapport constituera un élément clé de la stratégie de mesure du rendement.
Collaboration internationale Les activités de collaboration internationale seront renforcées pour témoigner de l'engagement du gouvernement du Canada à lutter contre le VIH/sida dans le monde. On mettra l'accent à améliorer la contribution du Canada au soutien technique et stratégique ainsi que l'expérience et les connaissances du secteur de la santé, à promouvoir l'apprentissage entre les réponses nationales et internationales, et à assurer la cohérence de la politique et l'harmonisation des activités fédérales.4 Un soutien sera également fourni aux tribunes internationales, notamment à la Conférence internationale sur le sida, qui se tiendra à Toronto en 2006.

Des possibilités seront créées afin d’encourager les chercheurs canadiens à collaborer à des projets internationaux.
  • En collaboration avec l'Agence canadienne de développement international, Affaires étrangères Canada et d'autres intervenants, fournir un soutien technique et des avis sur les politiques ayant des enjeux mondiaux, comme les facteurs sexospécifiques, les droits de la personne, les microbicides, les vaccins et la réduction des méfaits. L'Agence canadienne de développement international, Affaires étrangères Canada et les partenaires fédéraux représenteront en collaboration le Canada dans le cadre de tribunes internationales sur le VIH/sida et la santé.
  • Coordonner la collaboration fédérale à la XVIe Conférence internationale sur le sida, qui se tiendra à Toronto en 2006, et y accorder son soutien.
  • En collaboration avec des partenaires du monde entier, fournir des avis techniques et stratégiques ainsi qu'une formation concernant la recherche en laboratoire d'études cliniques, la surveillance, l'épidémiologie et la modélisation aux pays en développement et aux pays en transition.
  • Coordonner les activités du gouvernement fédéral à l'échelle internationale au moyen des mécanismes en place et élaborer une démarche stratégique pour l'ensemble du gouvernement du Canada.
  • Renforcer la capacité des organisations non gouvernementales nationales et de leurs membres à faire connaître les pratiques exemplaires canadiennes en appuyant des activités et des publications et en participant à des tribunes et à des réseaux internationaux.

[Précédent] [Table des matières] [Prochaine]